Forum Opéra

Schubert – Goethe Lieder

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
3 mars 2016
Mauro Peter, der Musensohn

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Ganymed, D.544

Erster Verlust, D. 226

Rastlose Liebe, D.138

Meeres Stille, D.216

Gesänge des Harfners op. 12

Der Musensohn, D.764

Der König in Thule, D367

Heidenröslein, D.257

Der Fischer, D.225

Erlkönig, D.328

Am Flusse, D.766

An den Mond, D.296

Wandrers Nachtlied, D.768

Versunken, D.715

Geheimes, D.719

An die Entfernte, D.765

Willkommen und Abschied, D.767

Mauro Peter, ténor

Helmut Deutsch, piano

Enregistré du 25 au 27 février 2015

1 CD Sony Classical 88875083882 – 53’20

Est-il risqué de s’attaquer à Schubert et à Goethe lorsque l’on est un jeune ténor de trente ans ? Ces deux sommets de la littérature (poétique et musicale) du romantisme allemand ne requièrent-ils pas une maturité et une approche plus intellectuelle de ce répertoire ? Au lieu de nous poser toutes ces questions, ne ferions-nous pas mieux de nous débarrasser de nos idées préconçues et de nous lancer dans l’écoute du dernier enregistrement de Mauro Peter et Helmut Deutsch ?

Le ténor suisse est ici conscient de son jeune âge (pas même trente ans), et n’hésite pas à le faire valoir comme atout, rappelant que Schubert était plus jeune que lui quand il composa sur ces textes de Goethe. Il est important de ne pas oublier que le compositeur des « divines longueurs » restait aussi un chantre de la fougue amoureuse. De la fougue, il y en a dans Rastlose Liebe ou encore Versunken, si bien que Helmut Deutsch garantit la dose de sagesse et de modération nécessaire à la réussite de ces deux pièces. En revanche, dans les pages plus mélancoliques (Erster Verlust ou les Drei Gesänge des Harfners), le ténor sait exactement quand ralentir telle cadence, accentuer telle syllabe ou souligner tel contour mélodique, permettant à l’auditeur de profiter pleinement de ces « divines longueurs ». Ce que l’on déguste avec cette voix, c’est surtout la clarté du timbre et la belle couronne d’harmoniques qui entoure la tessiture aiguë. Aussi, le seul défaut que l’on peut voir percer est inhérent à l’âge du chanteur : les graves manquent un peu de rondeur et de couleur, ce qui fait de l’interprétation d’un Meeres Stille un exercice particulièrement difficile, surtout dans un studio qui capte tout, et ne pardonne rien.

Heureusement, dans cet enregistrement, la sensibilité musicale de Mauro Peter va de pair avec un respect absolu de la prononciation. Rien n’y est laissé au hasard, chaque mot étant compris, pesé et travaillé, ce qui sert Goethe autant que Schubert et donne à chaque lied une logique très naturelle (écoutez le Heidenröslein, dont la simplicité est aussi belle que déroutante). Nous sommes bien loin d’une interprétation « jolie mais idiote », Peter équilibrant savamment la candeur de l’interprétation et le soin du détail mélodique ou prosodique.

Et si après tant de finesse, l’auditeur reste toujours sur sa faim, qu’il tourne son oreille vers les merveilles de Helmut Deutsch. Le pianiste accompagnateur est partenaire de concert régulier de Mauro Peter dans ce programme qu’il connaît par cœur, pour l’avoir interprété notamment avec Hermann Prey. C’est donc en maître absolu de son art qu’il façonne chaque mélodie de manière différente. La diversité des attaques dans Ganymed, le jeu clair et précis, même dans les passages tourmentés (et si difficiles !) du Erlkönig et cette capacité à faire paraître le discours à la fois naturel et réfléchi font de Helmut Deutsch sans aucun doute un interprète incontournable de la musique de Schubert.

Avec tant de belles promesses, on se réjouit de voir que les Schubertiades du duo Peter/Deutsch fleurissent les unes après les autres (et l’on ose espérer tout bas d’autres incursions au disque).

____

Commander ce CD – Schubert: Goethe Lieder

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
71waf42uo-l._sx355_

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Ganymed, D.544

Erster Verlust, D. 226

Rastlose Liebe, D.138

Meeres Stille, D.216

Gesänge des Harfners op. 12

Der Musensohn, D.764

Der König in Thule, D367

Heidenröslein, D.257

Der Fischer, D.225

Erlkönig, D.328

Am Flusse, D.766

An den Mond, D.296

Wandrers Nachtlied, D.768

Versunken, D.715

Geheimes, D.719

An die Entfernte, D.765

Willkommen und Abschied, D.767

Mauro Peter, ténor

Helmut Deutsch, piano

Enregistré du 25 au 27 février 2015

1 CD Sony Classical 88875083882 – 53’20

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Pétillant et pétulant
Iakovos PAPPAS, Christophe CRAPEZ, Chloé JACOB
CD