Forum Opéra

Saul & David

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
DVD
2 mars 2016
Israël en Syrie

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en quatre actes, livret d’Einar Christiansen

Créé au Théâtre royal de Copenhague le 28 novembre 1902

Détails

Mise en scène

David Pountney

Décors et costumes

Robert Innes Hopkins

Lumières

Davy Cunningham

Chorégraphie

Rebekka Lund

Saül

Johan Reuter

David

Niels Jørgen Riis

Mikal

Ann Petersen

Jonathan

Michael Kristensen

Samuel

Morten Staugaard

Abner

Leif Jone Ølberg

Abishai

Signe Sneh Schreiber

La Sorcière d’Endor

Susanne Resmark

Une jeune fille

Pernille Bruun

Un garde

Morten Lassenius Kramp

Chœur de l’Opéra de Copenhague

Orchestre de l’Opéra royal danois

Direction musicale

Michael Schønwandt

Enregistré à l’Opéra de Copenhague en mai 2015

1 DVD Dacapo 2.110412 – 132 minutes

Toutes proportions gardées, Saul et David est aux Danois ce que Carmen est aux Français : c’est l’opéra national, emblématique. Evidemment, l’œuvre de Carl Nielsen est loin d’avoir fait le tour du monde, et les représentations en sont rares en dehors des frontières danoises. C’est d’ailleurs le versant comique de sa production lyrique qui a connu en premier les honneurs du DVD, avec Maskerade, mis en scène en 2000 à Bregenz par David Pountney (Capriccio). Lors du 150e anniversaire de la naissance de Nielsen, le directeur du Welsh National Opera a également été sollicité par Copenhague pour mettre en scène Saul et David, mais avec beaucoup moins de bonheur. Il nous sert la transposition obligée vers une dictature militaire proche-orientale d’aujourd’hui, Israël ressemblant ainsi fort à la Syrie, par exemple, le soulèvement de David contre Saül devenant l’offensive de Daech contre le régime de Bachar el-Assad. Kalachnikovs, tenues camouflage et immeubles bombardés, voilà ce qui constitue donc l’identité visuelle d’un spectacle qui rappelle étrangement ce dont nous abreuvent les journaux télévisés. Loin de la grandeur épique voulue par Nielsen, c’est un quotidien sordide qui nous est donné à voir, le comble étant le logis de la sorcière d’Endor, capharnaüm digne de l’intérieur des Groseille dans La Vie est un long fleuve tranquille. La scène du sacrifice donne évidemment lieu à un des ces actes de salissure désormais inévitables : une sorte de vache-qui-rit en carton-pâte descend des cintres ; Saül y plonge un couteau, puis la main, et se macule de sang le visage et la poitrine. David Pountney utilise aussi les intermèdes orchestraux pour introduire une note comique, avec six danseurs incarnant des représentants à l’ONU qui palabrent vainement pour aboutir à d’illusoires résolutions.

Dans la fosse, Michael Schønwandt dirige avec amour une partition qu’il connaît bien et dont il met en relief les qualités d’écriture, mais doit se contenter d’une distribution vocale elle aussi moins héroïque qu’on ne le voudrait. Silhouette à la Demis Roussos, Niels Jørgen Riis possède un timbre clair qui convient au personnage juvénile de David, mais paraît moins à l’aise dans les passages plus tendus d’un rôle finalement assez lourd. Il y a vingt ans, on l’aurait peut-être plutôt distribué en Jonathan, où son confrère Michael Kristensen fait de son mieux pour compenser par une articulation expressive le manque de puissance de sa voix. Les Senta, les Elisabeth et les Isolde qui composent son répertoire permettent à Ann Petersen d’assumer sans faiblir le rôle de Mikal, dont l’impériosité vocale ne coïncide pas forcément avec le personnage de jeune femme voilée et effacée qu’on lui fait jouer. Sorcière d’Endor basculée dans le quart-monde, Susanne Resmark en fait scéniquement des tonnes sans que cela affecte heureusement sa voix. Qu’il soit en vie, agonisant sur un lit d’hôpital et sous perfusion, ou revenu d’entre les morts, le Samuel de Morten Staugaard est passablement grisonnant et trémulant, ce qui lui enlève une bonne partie de son côté redoutable (David Pountney voit pourtant en lui un intégriste fanatique). Quant au Saül de Johan Reuter, ses qualités d’acteur impressionnent sans doute davantage que ses pures forces vocales, mais il n’en compose pas moins un mémorable personnage ravagé par le doute et la jalousie.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
91ce9kspsbl._sl1500_

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en quatre actes, livret d’Einar Christiansen

Créé au Théâtre royal de Copenhague le 28 novembre 1902

Détails

Mise en scène

David Pountney

Décors et costumes

Robert Innes Hopkins

Lumières

Davy Cunningham

Chorégraphie

Rebekka Lund

Saül

Johan Reuter

David

Niels Jørgen Riis

Mikal

Ann Petersen

Jonathan

Michael Kristensen

Samuel

Morten Staugaard

Abner

Leif Jone Ølberg

Abishai

Signe Sneh Schreiber

La Sorcière d’Endor

Susanne Resmark

Une jeune fille

Pernille Bruun

Un garde

Morten Lassenius Kramp

Chœur de l’Opéra de Copenhague

Orchestre de l’Opéra royal danois

Direction musicale

Michael Schønwandt

Enregistré à l’Opéra de Copenhague en mai 2015

1 DVD Dacapo 2.110412 – 132 minutes

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

L’arbre généalogique de Wagner
Christophe ROUSSET, Michael SPYRES
CDSWAG