Forum Opéra

Suzanne Balguerie

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
2 juillet 2013
Une Ariane, une Alceste, mais une Isolde ?

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Suzanne Balguerie
soprano

Ernest Reyer


« Salut, splendeur du jour » (Sigurd)
Christoph Willibald Gluck
« O malheureuse Iphigénie » (Iphigénie en Tauride)
Richard Wagner
« Seule dans ma misère » (Lohengrin)
« Doux et calme » (Tristan et Isolde)
Christoph Willibald Gluck
« Non, ce n’est pas un sacrifice », « Divinités du Styx » (Alceste)
Giuseppe Verdi
« Radamès doit venir… O mon pays » (Aïda)
Charles Gounod
« Ah, je ris de me vois si belle » (Faust)
Paul Dukas
« O mes clairs diamants », « Ah, ce n’est pas encore la clarté véritable » (Ariane et Barbe-bleue)

Silvio Lazzari
Ballade de Naïk (La Tour de Feu)
Par Jacqueline Courtin

Paul Dukas
« O mes clairs diamants » (Ariane et Barbe-bleue)
Par Marcelle Bunlet

Jacques Offenbach
« Elle a fui, la tourterelle » (Les Contes d’Hoffmann)
Maurice Pesse
« Tous les baisers »
Par Eugénie Brunelet

Richard Wagner
Récit de Kundry (Parsifal)
Ballade de Senta (Le Vaisseau Fantôme)
Par Marcelle Bunlet

Enregistrements réalisés entre 1919 et 1935

1 CD Malibran MR 758 – 76’09

 

Des wagnériennes françaises, il y en eut. On pense forcément à Régine Crespin ou Germaine Lubin. Il y en eut beaucoup d’autres, car on a beaucoup joué Wagner en France à une époque où l’on ne faisait pas forcément appel à des chanteuses étrangères pour interpréter ce répertoire, surtout pour l’interpréter en français, bien sûr. Nous avons aujourd’hui perdu l’habitude d’entendre Elsa ou Senta s’exprimer dans notre langue, d’où le dépaysement que procurent de prime abord les gravures de Suzanne Balguerie (1888-1973). Et ce n’est pas seulement le français qui surprend, c’est aussi une approche assez légère, une voix claire, faite pour sonner dans des salles à taille humaine et non dans de vastes hangars à l’acoustique douteuse. Par ailleurs, les conditions d’enregistrement des années 1920 rendaient-elles vraiment justice aux voix dans ce répertoire ? Aussi ne sont-ce peut-être pas ces Wagner qui retiendront le plus notre attention. Même l’Aïda, elle aussi traduite en langue de Molière, sonne curieusement à nos oreilles. C’est en revanche dans le répertoire français qu’éclate l’immense supériorité de Balguerie.

Suzanne Balguerie a peu enregistré, le présent disque rassemble dix plages de cette artiste (mais l’on sait qu’elle grava aussi des extraits de Tannhäuser ou de Fidelio), et c’est sans doute la raison pour laquelle Malibran a dû emprunter dans le legs discographique d’autres chanteuses pour offrir un CD de durée suffisante. En l’occurrence, le rapprochement a cela de précieux qu’il fait encore mieux ressortir la modernité et la subtilité du chant de Balguerie, si on le compare avec les intonations pointues et démodées d’une Eugénie Brunelet ou avec la force peu nuancée d’une Marcelle Bunlet (1900-1991).

Une fois les pendules ainsi remises à l’heure, l’immense talent de Suzanne Balguerie s’impose dans l’opéra français où son art est incomparable, de Gluck à Dukas en passant par Reyer ou même Gounod. Assez inattendu de la part d’une grande tragédienne, l’air des bijoux de Faust est superbement interprété, avec toutes les qualités attendues dans ce morceau de virtuosité, un trille impeccable et un aigu final longuement tenu. Les airs de Gluck révèlent en Alceste une actrice suprême, capable de passer en quelques notes de l’abattement à la résolution, avec d’infinies délicatesse de phrasé. Pris très lentement, « Divinités du Styx » n’en frappe pas moins par ses aigus dardés. Le réveil de Brunehilde dans Sigurd n’a pas connu d’interprète plus frémissante. Quant à Ariane et Barbe-bleue, la première œuvre qu’elle interpréta en scène, Salle Favart en 1921, c’est là que Balguerie triomphe, malgré une orchestration particulièrement luxuriante : qui égalera la douceur de cette Ariane à la voix limpide, qu’on ne saurait confondre avec sa nourrice (ce n’est pas toujours le cas) et qui n’a rien d’une virago ? Il nous manquera hélas à jamais un témoignage de sa Pénélope de Fauré, où tous s’accordèrent à la trouver sublime. Créatrice du Socrate de Satie et des Poèmes pour Mi, de Messiaen, Suzanne Balguerie fut toujours prête à accompagner les avant-gardes ; hélas, l’industrie du disque ne s’intéressa guère à elle, peut-être justement faute de pouvoir l’immortaliser dans un répertoire plus « commercial ».
 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
758

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Suzanne Balguerie
soprano

Ernest Reyer


« Salut, splendeur du jour » (Sigurd)
Christoph Willibald Gluck
« O malheureuse Iphigénie » (Iphigénie en Tauride)
Richard Wagner
« Seule dans ma misère » (Lohengrin)
« Doux et calme » (Tristan et Isolde)
Christoph Willibald Gluck
« Non, ce n’est pas un sacrifice », « Divinités du Styx » (Alceste)
Giuseppe Verdi
« Radamès doit venir… O mon pays » (Aïda)
Charles Gounod
« Ah, je ris de me vois si belle » (Faust)
Paul Dukas
« O mes clairs diamants », « Ah, ce n’est pas encore la clarté véritable » (Ariane et Barbe-bleue)

Silvio Lazzari
Ballade de Naïk (La Tour de Feu)
Par Jacqueline Courtin

Paul Dukas
« O mes clairs diamants » (Ariane et Barbe-bleue)
Par Marcelle Bunlet

Jacques Offenbach
« Elle a fui, la tourterelle » (Les Contes d’Hoffmann)
Maurice Pesse
« Tous les baisers »
Par Eugénie Brunelet

Richard Wagner
Récit de Kundry (Parsifal)
Ballade de Senta (Le Vaisseau Fantôme)
Par Marcelle Bunlet

Enregistrements réalisés entre 1919 et 1935

1 CD Malibran MR 758 – 76’09

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

L’arbre généalogique de Wagner
Christophe ROUSSET, Michael SPYRES
CDSWAG