La Vénus en fourrure vintage

The art of Grace Bumbry

Par Christophe Rizoud | jeu 23 Mars 2017 | Imprimer

Grace Bumbry fêtait le 4 janvier dernier ses 80 ans, prétexte suffisant pour commercialiser une nouvelle compilation selon un principe désormais éprouvé : faire du neuf avec du vieux. Rien d'inédit en effet dans ce coffret de huit CD et un DVD, si ce n'est l'édition intégrale pour la première fois sur laser d'Israel in Egypt dirigé par Maurice Abravanel à la fin des années 50. Celle qui allait gagner à Bayreuth peu d'années après le surnom de « Vénus noire » n'en était qu'aux balbutiements de sa carrière, mais le volcan déjà crachait du feu. Les couleurs rougeoyantes, le port altier, la longueur du trait, tracé d'un crayon sanguine à la pointe grasse comme une terre fertile : tout est déjà là et tout prêterait à se réjouir si le peu d'airs dévolu à la mezzo-soprano dans l'oratorio de Haendel n'avait déjà été repris dans une précédente compilation intitulée Early recordings. Même remarque pour Judas Maccabaeus, enregistré au début des années 60, avec comme pour Israel in Egypt, l'impression laborieuse que laisse aujourd'hui une interprétation antérieure à la révolution baroque. Cet orchestre aux cordes épaisses et aux arêtes émoussées suffirait à disqualifier le plus aguerri des chants. Curiosité dispensable donc que ces quatre premiers CD, auxquels seules les quelques interventions de Grâce Bumbry ont épargné l'oubli.
Heureusement, le reste des enregistrements proposés offre le portrait dans ses meilleures années d'une cantatrice entre toutes inclassable. Mezzo ou soprano, peut-on légitimement s'interroger en l'écoutant régler son compte avec la même aisance à Aida, Elisabetta, Eboli, Azucena et Ulrica. Verdienne donc si l'on en juge à cette enfilade orgueilleuse d'airs composés par Verdi ou wagnérienne ainsi que l'affirme Venus dans Tannhäuser, drapée dans une voix superbe au accents indécents ? Opera singer, liedersängerin ou chanteuse de variété, comme le démontrent tout à la fois ces pages d'un lyrisme intense, des mélodies allemandes somptueusement serties dans le texte et l'anecdotique album With Love, en duo avec Dionne Warwick, inutilement inclus dans la présente compilation ? Tout cela et bien plus encore tant la cinquantaine de titres alignés – airs d'opéra comme lieder – renvoie l'impression d'un chant invincible dont on ne sait s'il faut admirer davantage les teintes cuivrées, le galbe du phrasé, l'ambitus ou la flamboyance.
Pour compléter le panorama, le DVD de Carmen filmé en 1967, avec Herbert von Karajan à la direction d'orchestre et Jon Vickers en Don José, laisse entrevoir derrière la cantatrice, l'actrice : la femme animale et fatale dont l'engagement scénique ne le cédait en rien à la splendeur vocale.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.