Velouté musical pour temps en berne

The Way of light (the music of Nigel Hess)

Par Brigitte Maroillat | jeu 22 Avril 2021 | Imprimer

A l'instar de Christopher Gunning, Nigel Hess est un compositeur contemporain particulièrement apprécié au Royaume de sa Majesté. Après des études musicales à l'Université de Cambridge où il dirige les spectacles musicaux de la Footlights Revue Company, il poursuit une carrière active de compositeur pour la scène, la télévision avec une incursion plus récente au cinéma. De 1981 à 1985, il est le directeur musical et compositeur attitré de la Royal Shakespeare Company et crée des partitions originales pour de grandes productions telles que Much Ado About Nothing, Cyrano de Bergerac, Julius Caesar et Othello. Mais c’est en signant la bande originale du film Ladies in Lavender (Les Dames de Cornouailles) que Nigel Hess accède à une notoriété internationale. Cette partition marque également une première collaboration avec le violoniste Joshua Bell.

Le disque The way of light est une compilation de compositions originales crées sur commandes pour la célébration de divers évènements publics de premier plan en Grande Bretagne. Le disque est particulièrement savoureux même si  le compositeur n’évite pas toujours l’écueil du « easy listening » notamment  dans l’orchestration de Chansons de Normandie  et dans la texture de la pièce chorale Live with Me and be My Love (un tantinet mielleuse comme dans certaines comédies musicales hollywoodiens des années 40). Mais ces réserves n’enlèvent en rien la saveur d’un mets qui nous fait l’offrande de beaux moments musicaux.

Parmi les pièces marquantes du disque, A Celebration overture, qui rappelle Hook de John Williams pour l’utilisation des cuivres et le dynamisme insufflé à la partition. La superbe suite Old Man of Lochnadar en trois mouvements, d’une grande richesse orchestrale, s’ouvre sur une danse animée, très proche de Appalachian Spring d'Aaron Copland, dominée par les bois et agrémentée par les cornemuses et le violon. Pour la petite histoire, cette suite a été composée pour un ballet tiré d'un livre du Prince Charles et interprété pour la première fois par le National Youth Ballet de Grande-Bretagne.

Le tissu orchestral des pièces présentées est particulièrement riche et à l'évidence sous l’influence et l’inspiration de ses compositeurs préférés : Elgar, Walton, Mahler, Fauré, John Williams, Tallis, Sondheim. A l'écoute, on est séduit par le pouvoir d'évocation de la musique de Nigel Hess, riche d'un imaginaire révélant l’âme d’un pays et de son peuple. On peut également citer au titre des réussites de cet album Les Variations Jesu Joy, une œuvre rendue célèbre par la grande-tante de Nigel Hess, la célèbre pianiste Dame Myra Hess, qui trouve sa source d'inspiration dans la musique de Bach parée ici de fioritures pianistiques romantiques et des touches de jazz.

Dans ce programme, la voix n’est pas en reste, Nigel Hess étant particulièrement à son aise dans la composition pour chœurs et orchestre. Son Benedictus, grande fugue vocale, est une pièce entre deux rives, l'incantation joyeuse et les accents dramatiques, un style que l’on retrouve dans Arise My love, une autre belle œuvre pour chœur et  voix de soprano, en l’occurrence celle élégiaque de Emma Tring et composée pour une production mémorable de Too Much Ado About Nothing avec Sir Derek Jacobi (que l'on retrouve dans le final du disque). De même, Kyrie offre un beau contraste entre l’interprétation d 'Emma Tring, accompagnée du ténor Christopher Bowen et rehaussée par l'intervention du chœur sur le thème du film Ladies in Lavender.

Au fil de l’écoute, les œuvres choisies continuent de surprendre, émouvoir et divertir l'auditeur jusqu'au grand final The Way of Light sorte d’apothéose musicale, avec une belle tirade introductive du grand acteur Shakesperien Sir Derek Jacobi tiré du In Memoriam d'Alfred Tennyson. La voix jeune et fraiche d'Eléanor Grant illumine cette célébration à la fois de la scène et des mots. 

Cet album illustre richement l'éventail du talent de Nigel Hess  et son don particulier dans l'écriture tellement sensible pour les voix. Du divertissement rehaussé avec talent à un certain niveau d'exigence, plutôt agréable et fortement recommandé en ces temps en berne.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager