Envol vers de nouvelles sphères

Voces8 | Infinity

Par Benoit Jacques | dim 31 Octobre 2021 | Imprimer

Vous envisagez de modifier l'ambiance sonore dans la salle d'attente de votre cabinet de lithothérapie ayurvédique ? Vous cherchez la meilleure musique pour tester la nouvelle récolte de Cannabis sativa de votre jardin ? Vous êtes fasciné par le renouveau du répertoire choral, nourri par une nouvelle génération de compositeurs, pour la plupart encore inconnus ? Arrêtez les recherches, Infinity, le nouvel album de Voces8 est pour vous !

Une PME dédiée au chant

Voces8, c’est l’un de ces formidables ensembles vocaux qui abondent au Royaume Uni, où la pratique du chant choral appartient à la culture de base. C’est l’un des rares ensembles qui aient développé, en marge de leurs tournées de récitals, un centre de formation vocale, avec masterclasses, cours d’été et même une méthode pour la pratique musicale à l’école, en lien avec les aspects littéraires et mathématiques de l’éducation. Cette initiative a été saluée par l’Unesco. Sur scène, les huit chanteurs pratiquent depuis plus de 15 ans leur art avec un sens de l’entertainment que possèdent les anglo-saxons au plus haut point. Et du côté des CD, ils se montrent aussi productifs que diversifiés. Ils ont défendu le répertoire classique de compositeurs tels que Bach, Purcell, Marcello, John Tavener, Tallis ou Elgar mais s’ouvrent régulièrement à de la musique d’aujourd’hui : Radiohead, Enya, Adèle ou la BO de Game of Thrones. Leur 15ème album sort chez Decca et pourra surprendre le public qui ne les connaît que par leurs prestations publiques. 

Soutien à la création

Infinity prolonge pourtant une voie explorée dans plusieurs de leurs précédents albums, celle d’une musique tournée vers la méditation, l’espace éthéré et la pureté d’espaces sonores transcendants. Ce nouvel opus illustre également le constant soutien à la créativité et aux compositeurs contemporains, par la commande de nouvelles pièces et de nouveaux arrangements : il y en a six sur cet album !
Les 15 plages du CD portent la signature de 15 compositeurs différents, totalement inconnus du grand public. Et parmi ceux-ci, il faut souligner et saluer la présence de 5 femmes : on n’arrive pas encore à la parité, mais quelle nouvelle sortie discographique peut revendiquer un tel bilan ?
A une exception près, ils ont moins de 50 ans et proviennent des 4 coins de la planète, avec une nette touche islandaise. On regrette vivement que le maigre livret accompagnant le CD reste complètement muet sur ces créateurs contemporains. L’un d’entre eux, le norvégien Ola Gjeilo, a été invité en 2015 comme compositeur en résidence par Voces8, qui a consacré un CD entier à ses œuvres. Gjeilo, pianiste et compositeur, a été formé à la Juilliard, et il contribue activement au renouveau du répertoire choral, y compris celui du chant sacré, dans la lignée d’un Arvo Pärt. 

Un répertoire planant

Tout l’album se concentre sur les qualités instrumentales de la voix, le plus beau et le premier des instruments. Plus de la moitié des titres ne comportent pas de texte et une dizaine d’entre eux sont accompagnés ici d’un piano, là d’une harpe, d’un violoncelle ou d’un vibraphone. Voces8 se complait avec volupté dans la texture et la structure harmonique du chant d’ensemble, déployant le côté fusionnel de leurs huit timbres magnifiquement assortis. Vous n’en retiendrez sans doute pas une mélodie joliment tournée à siffler sous la douche, mais vous pourrez vous délecter des douces vibrations que procurent tous les intervalles qu’ils explorent, des plus consonnants aux plus dissonnants. L’absence totale de vibrato permet de goûter pleinement la justesse des quintes et tierces, ou les battements qui apparaissent lorsque des notes trop proches se frottent l’une à l’autre .
On a déjà cité Arvo Pärt, et cet album évoque également l’Adagio de Samuel Barber, dans l’interprétation vocale d’Accentus ou encore l’univers d’Angelo Badalamenti, façon Twin Peaks. Certains morceaux explorent plus le registre aigu, superbement défendu par les deux sopranos de l’ensemble, comme dans la plage titulaire de l’album Infinity, commandée à la pianiste et compositrice française Anne Lovett, établie à Londres. D’autres nous entraînent vers le grave, chaleureux et réconfortant, comme Still de Ola Gjeilo, déjà cité. Avec A Pile of Dust l’ensemble nous emmène dans une lente progression qui culmine dans l'explosion d’aigus célestes, avant de redescendre pas à pas vers la sérénité de leur point de départ. Tout cela est merveilleusement réalisé. L’équilibre, le savant dosage entre chaque partie emporte complètement l’auditeur et Voces8 se révèle une fois encore un instrument à part entière, bien au-delà de l’addition des 8 virtuoses qui le composent. Il reste qu'il s'agit ici d'une expérience musicale qui sort un peu des sentiers battus.

Un désintérêt pour le support physique ?

La question mérite d’être posée devant la maigreur des informations disponibles sur le double feuillet qui tient lieu de livret. L’acheteur un peu curieux d’en savoir plus sur ces jeunes créateurs qui enrichissent de telle manière le répertoire vocal en est réduit à Wiki-chercher sur le web d’éventuelles réponses. On aura compris que les textes chantés – quand il y en a – n’occupent pas une place centrale dans la démarche. Mais on ne trouve ici que le nom de l’auteur, en caractères minusculess. Et puis une 16e plage bonus (une arrangement de Finlandia de Sibelius) récompense ceux qui choisissent l’une ou l’autre plateforme pour déguster ce nouvel album. Le répertoire déployé dans Infinity, pourtant très original, méritait plus que les deux phrases un peu bateau qui évoquent le pouvoir qu'a la voix de nous transporter vers un autre monde planant et méditatif.
Clairement, Voces8 ne croit plus dans l’avenir du CD !

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager