Le Concert de Paris, une recette toujours gagnante

Concert de Paris - Paris

Par Clément Taillia | jeu 21 Juillet 2022 | Imprimer

La dixième édition du Concert de Paris organisé chaque année par Radio-France et France Télévisions sur le Champ-de-Mars, au pied de la Tour Eiffel dont partent les feux d’artifice du 14 Juillet, n’était pas qu’un anniversaire ; c’était une renaissance, après deux années marquées par la pandémie, avec un public, soit absent (en 2020), soit restreint (en 2021). Le retour à des conditions d’accueil normales était visiblement attendu : environ 100 000 personnes se sont massées sur le Champ-de-Mars, quand la retransmission en direct sur France 2 atteignait 20% de part d’audience.  

Dans un événement si populaire, grande est la tentation d’aligner les tubes, et on comprend que les organisateurs y cèdent partiellement : la traditionnelle Marche hongroise de la Damnation de Faust de Berlioz ouvre, comme d’habitude, les festivités, sous la baguette souple de Cristian Macelaru. Un soupçon de cross-over vient disperser les craintes que la programmation apparût trop sérieuse. Des standards signés Verdi, Mozart, Offenbach ou Bernstein figurent en bonne place. Ils sont, du reste, souvent fort bien interprétés : Erwin Schrott prête son magnétisme hors norme à un cruel Leporello et un onctueux Don Giovanni. Lea Desandre lui réplique en parfaite Zerlina, avant de rappeler à tout le monde qu’elle est, en Cherubino, une silhouette totalement idéale. Nadine Sierra apporte sa virtuosité et l’opulence de son timbre au « Sempre libera » de La Traviata (qui inaugure, bizarrement, un programme censé être consacré à « l’égalité »), et à des extraits de West Side Story et des Indes Galantes Stanislas de Barbeyrac lui apporte une réplique parfaite. Ce dernier, qui nous confiait, en coulisses, être « heureux d’interpréter de la musique française à l’occasion de ce concert unique », revient seul pour du Lehar, mais en français : « Je t’ai donné mon cœur » le montre à l’aise dans le lyrisme exacerbé des « Tauberlieder », sans que la foule et la sonorisation le conduisent à en sacrifier l’intimité et la douceur. Alice Sara Ott semble s’amuser comme une folle dans le final du Concerto pour piano de Grieg tandis que l’Orchestre National de France et le Chœur de Radio France, qui n’ont eu que quelques jours de répétitions, sont impeccables dans la fougue du final de Daphnis & Chloé comme dans la solennité de l’incontournable « Va pensiero ».


© DR

Mais il faut aussi saluer qu’un coup de projecteur soit porté sur des pièces moins connues, ou moins immédiatement accessibles. Du coté des instrumentistes, on se réjouit ainsi d’entendre l’immense Leonidas Kavakos dans le final du Concerto pour violon de Korgnold, ou d’applaudir Gauthier Capuçon dans une mélodie de Miroslav Skoryk, en hommage à l’Ukraine. Le « Quadrille » des Mariés de la Tour Eiffel permet de rendre hommage à Germaine Tailleferre, seule membre féminin du Groupe des Six, quand Les feux de la Saint-Jean, dans une orchestration d’Anne Dudley, sont l’occasion d’apprécier tout à la fois l’écriture de Cécile Chaminade, où l’on retrouve des échos de Bizet et de Saint-Saëns, et la qualité de la Maîtrise de Radio France.

La soirée passe en une seconde, les stars, au bord de la scène, font des selfies avec la Tour Eiffel, juste avant que celle-ci s’embrase, sans attendre les fin de La Marseillaise – voilà qui constituait la seule entorse à l’adage voulant que, le 14 Juillet comme les autres jours, on ne change pas une recette gagnante !

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.