Gilets jaunes, à l'opéra !

Par Christophe Rizoud | jeu 07 Février 2019 | Imprimer

Les vingt-six plus grandes fortunes du monde détiennent autant d’argent que la moitié de l’humanité, ressassent les journaux dans le but plus ou moins inconscient d’attiser la colère jaune. Bien que le nombre d’actes d’un opéra dépasse rarement le chiffre cinq, si nous endossions aussi notre gilet fluo ?

Les inégalités ne sont pas une fatalité dont le monde de la finance aurait le privilège. L’iniquité gouverne également l’art lyrique où une petite dizaine de chanteurs suffit à monopoliser toutes les attentions. Inutile de les citer. Chacun les a reconnus. Que leur nom apparaisse en haut d’une affiche et c’est l’émeute. Les tarifs grimpent ; les places s’arrachent. A Londres, pour une prochaine Force du destin où brillent plusieurs de ces étoiles, le prix du billet frise les 4000€. Faute de pouvoir pousser les murs des théâtres, les cinémas prennent le relai. Dépit amoureux ou méchanceté gratuite, la frustration guette. Les Cassandre se dressent pour prophétiser l’échec. Les fans s’indignent. Les réseaux sociaux s’enflamment. Il pleut des coups et l’on en conclut, béat, que l’opéra est toujours vivant. Vivant ? Oui par la grâce de déesses et de dieux dont le nombre n’excède pas celui des divinités de l’Olympe. Ainsi ronronne la mythologie lyrique. 

Comment faire partie de ce cercle très fermé ? S’il existait une formule magique... Seuls quelques mots en sont connus. Non pas « timbre », « puissance » ou « technique », mais « aigu » – l’oreille humaine n’aime rien tant qu’être tirée vers le haut –, « plastique » – désormais l’apparence physique est un critère déterminant dans la carrière d’un chanteur – et « travail » – la gloire ne vient pas en se tournant les pouces, fût-on naturellement doté de la plus belle voix du monde. 

Nous, médias, sommes souvent accusés de favoriser ce star system en pointant incessamment les plus larges de nos faisceaux sur ces mêmes artistes. Nous plaidons non coupables, chiffres à l’appui. Des concours de chant, où pourtant bourgeonnent les divas de demain, des dossiers instructifs, des billets d’humeur audacieux, des comptes rendus argumentés ne titilleront jamais autant l’audience que la nouvelle coupe de cheveu ou le dernier flirt d’une des stars de l’opéra. Que l’on mentionne leur seul nom dans le titre d’un article et c’est alors par dix, vingt, trente que se trouve multiplié le nombre de clics. Qu’y pouvons-nous ? Ce que lecteur veut.... Reste l’espoir, souvent démenti par les statistiques, que le visiteur, une fois dégagé du miroir aux alouettes, poursuivra sa navigation vers des pages plus substantielles. 

Faut-il, pour dénoncer le phénomène, bloquer l’accès aux théâtres ? Couvrir de graffitis le stuc et l’or des salles ? Lacérer le rideau de scène ? Rayer les parquets ? Dévaliser la billetterie ? Faut-il, les chaussures maculées de la boue de trottoirs parisiens négligés par l’actuelle municipalité, piétiner les fauteuils ? Cette cristallisation du monde de l’opéra sur une poignée d’artistes est injuste (même si – relativisons – la renommée du plus célèbre d’entre eux n’arrive pas à la cheville de celle d’une vedette de TV réalité ou d’un footballeur). Tant d’autres talents mériteraient un pareil engouement. Pourquoi limiter le nombre de sièges au panthéon lyrique ?

Cher lecteur, toi qui sais le néant des grandeurs de ce monde, toi qui as pris le risque de cliquer sur cet article alors que le titre ne comporte aucun des noms propres à susciter la bousculade, toi qui as poursuivi la lecture de ce texte jusqu’à la dernière ligne bien qu’aucune information sur la prochaine prise de rôle d’une fameuse soprano ne soit divulguée, range ton gilet. Nous sommes tous égaux face à l’inégalité. 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager