Forum Opéra

L’Opéra retrouvé

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Edito
24 mai 2021
L’Opéra retrouvé

Infos sur l’œuvre

Détails

Mercredi 19 mai a marqué la réouverture en France des lieux de culture : cinémas, musées, théâtres… L’a-t-on attendu ce moment !

A un point tel que pour un peu, dans l’euphorie de la liberté revenue, on oublierait combien les consignes sanitaires continuent d’affecter les règles de ce jeu de société géant qu’on appelle opéra. Les heures de représentation calées sur l’horloge du couvre-feu, les jauges réduites, les bars fermés, l’entracte escamoté, le port du masque, toutes ces contraintes qui, sous prétexte de « distanciation », empêchent l’accomplissement du rite social et imposent finalement de n’aller à l’opéra que pour l’opéra. Qu’importe ! Le FFP2 paralyse l’interaction mais n’empêche pas le public de communier avec les artistes dans l’allégresse des salles de spectacle retrouvées. Si l’art lyrique privé de la rumeur des foyers et de ses after mondains n’est plus une fête pour certains, il reste pour d’autres une source inépuisable de joie.

Sur l’incertitude du lendemain, sur les variants de toutes nationalités, sur le pass sanitaire et les tests PCR nécessaires pour franchir les frontières, sur l’intubation de la vie culturelle durant ces derniers mois, sur les méfaits induits par la consommation gratuite de streaming, sur les recettes en péril des billetteries, sur les collectifs d’occupation des théâtres, sur les déclarations à l’emporte-pièce de certains de nos édiles pressés de mettre à profit la situation pour tirer un trait sur un genre qui n’est pas le leur, sur les affiches de la discorde et de l’impéritie, sur les Cassandre des réseaux sociaux qui enveloppent de hashtag funestes leurs sombres prédictions, un seul mot : rideau !

Face aux inconnues du déconfinement, s’il est un enseignement à tirer de la crise sanitaire et à opposer aux lyrico-sceptiques, c’est l’absolue nécessité de la culture, pour tous, au quotidien. Etudes scientifiques à l’appui, un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé publié en 2019 le démontrait ; le virus l’a confirmé : la pratique culturelle joue un rôle crucial dans la prévention de la santé mentale, le bien-être et la cohésion sociale. Aux règles d’hygiène de vie, au « buvez (de l’eau), bougez, éliminez », aux cinq fruits et légumes par jour, il faut désormais ajouter ce codicille : « cultivez-vous ! ».

Sur France Culture, la psychanalyste Claude Halmos argumente : « Aller dans les lieux de culture est important parce que partager nos émotions avec les autres, les amplifie et les inscrit dans une circulation des émotions qui est à la fois revigorante, et humanisante. […] On parle de « spectacle vivant », mais il est aussi vivifiant, parce que l’énergie qui circule à travers les corps, nous aide à « recharger » si l’on peut dire, « nos batteries ». ».

Ca tombe bien ! Les communiqués s’enchainent ; les programmes refleurissent ; des festivals s’improvisent ; les annonces des saisons prochaines bourgeonnent. Il y a dans l’air comme un frémissement qui invite à élargir l’horizon et fredonner « Nessun dorma » en résiliant son abonnement Netflix. Que personne ne dorme ! L’Opéra est de retour.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Infos sur l’œuvre

Détails

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Récemment, un magazine spécialisé en art lyrique – un de ces magazines que l’on feuillette ostensiblement en sirotant un Bellini en terrasse – soumettait à ses lecteurs la question suivante : « la mise en scène d’opéra, est-on allé trop loin ? ».
Edito
Voilà un siècle que Giacomo Puccini s’est éteint à Bruxelles, emporté par le cancer qui lui rongeait la gorge, par le traitement redoutable qu’il était venu y chercher et par un arrêt cardiaque. Et depuis un siècle sa musique n’a cessé de résonner sur les scènes du monde entier.
Edito
C’est sur les rives du Bosphore, en prenant le ferry qui relie Kadiköy sur le flanc asiatique d’Istanbul pour rejoindre la rive européenne qu’est soudainement revenue en moi la question de mon identité.
Edito