Forum Opéra

Grands prix Forum Opéra 2010

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Actualité
17 janvier 2011

Infos sur l’œuvre

Détails

Cette année encore, la rédaction de Forum Opéra a frôlé le schisme pour décerner ses trophées annuels : l’Arabella de platine qui récompense l’artiste du monde lyrique la plus émérite et l’Ortrud de cristal qui, à l’inverse, anathématise la personnalité la plus irritante. En 2010, les lauréats sont…

 

Marie-Nicole Lemieux

ARABELLA DE PLATINE : Marie-Nicole Lemieux

 

 

Récompensée en 2000 par le Prix Spécial du Lied au Concours Musical International Reine Élisabeth de Belgique, on aurait pu penser que Marie-Nicole Lemieux ferait de la mélodie son fer de lance. C’était méconnaître la largeur d’un talent qui peut embrasser tous les genres et tous les répertoires avec un même bonheur : les lieder de Mahler, la musique de Vivaldi aussi bien que le grand opéra à la française. Déjà, Marie-Nicole Lemieux possède ce timbre rare de contralto qui faisait délirer Musset, auquel elle ajoute la puissance et l’ampleur que la nature refuse souvent à ses consœurs. Son Orlando furioso stupéfia les parisiens un soir d’octobre 2003. Cinq ans plus tard, au même endroit, le bras en écharpe, elle interprétait une inénarrable Mrs Quickly. Interprète accomplie, elle sait passer du rire le plus gaillard – la gourmandise avec laquelle elle chante « J’ai la migraine » d’Offenbach vaut un sketch de Maillan – aux larmes les plus arides – son prochain album chez Naïve scrutera les tréfonds anguleux des Bagatelles de Webern. L’an passé, son enregistrement d’airs d’opéras français, Ne me refuse pas, a fait sensation. Depuis Régine Crespin et Rita Gorr, on n’avait pas entendu notre langue chantée avec autant d’aplomb. Une prouesse qui lui vaut de ravir sur le fil à Anja Harteros, autre grande interprète que 2010 a portée aux sommets, l’Arabella de platine.

ORTRUD DE CRISTAL : Frédéric Mitterand

 

Pour la première fois depuis sa création, l’Ortrud de cristal a été octroyée à un responsable politique : le ministre de la culture lui-même, Frédéric Mitterrand, a été distingué par les votes de la rédaction. Alors qu’il se déclare volontiers l’épigone d’Henri Beyle et de sa vie traversée par l’opéra, on cherche une quelconque impulsion en matière de politique lyrique, notamment et surtout en région. A Paris, les grands paquebots vont sur leur erre, et le ministère est à distance, Frédéric Mitterrand allant manifestement chercher ses références davantage chez Marc Fumaroli que chez Jack Lang (« l’Etat culturel » est cité, sans esprit de critique apparent, dans le discours prononcé après la « remarquable représentation » (sic) donnée pour les 30 ans de l’AROP). En région, il y a un besoin, et un besoin urgent, de retrouver un pilote dans l’avion, pour sortir de l’éparpillement des théâtres et de la difficulté des collectivités territoriales à assumer les coûts de ces belles maisons dispendieuses. C’est certes difficile, mais si l’Etat ne parvient pas à mettre les parties prenantes autour d’une table, à quoi sert la rue de Valois ? Ajoutez à cela l’absence de toute volonté sur le terrain de l’éducation musicale et le panorama est complet. La culture pour chacun, dont Frédéric Mitterrand s’est fait l’ardent défenseur, n’est au fond, qu’un cache-misère assumé destiné à masquer la pénurie et la faiblesse. Triste début 2011. Alors, pour retrouver espoir en attendant des temps meilleurs, on ne peut que citer Butterfly, dont le cinéaste Mitterrand avait donné une jolie illustration : « Un bel dì vedremo » ?

Revoir le palmarès des éditions précédentes

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Infos sur l’œuvre

Détails

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Il est le fondateur, celui par lequel l’opéra en langue tchèque s’est véritablement créé, celui par lequel il s’est construit, au sens propre comme au sens figuré, au point de devenir un monument en République tchèque et plus largement en Bohème.
Actualité
Amina Edris chante Beatriz dans The Exterminating Angel de Thomas Adès, à l’Opéra national de Paris du 29 février au 23 mars 2024
Interview