De l'amour de la musique

Dictionnaire amoureux de Stendhal

Par Christophe Rizoud | lun 23 Janvier 2023 | Imprimer

Stendhal et la musique : un truisme, un pléonasme presque, qui imprègne le dictionnaire amoureux de Dominique Fernandez. Si les entrées relatives au quatrième art sont peu nombreuses – « Musique » évidemment, « Rossini » comme il convient, « Mozart », « Cimarosa », « Castrat », « Scala » – le sujet affleure au fil des pages, car « avec l’amour, et autant que l’amour, la musique a été la grande affaire de Stendhal ».

La musique ou l’opéra ? Stendhal confesse dans Henry Brulard : « Je ne sais combien de lieues je ne ferais pas à pied, ou à combien de jours de prison je ne me soumettrais pas pour entendre Don Juan et le Matrimonio Segreto, et je ne sais pas pour quelle autre chose je ferais cet effort ! ». Et aussi, dans Souvenirs d’égotisme : « Les plus doux moments de ma vie, sans comparaison, se sont passés dans les salles de spectacle. » Mozart retient sa préférence plus que Rossini avec lequel il entretient un goût conflictuel – « J’ai grand peur qu’on ne parle encore de lui [Mozart] quand l’astre de Rossini aura pâli. C’est qu’il a été l’inventeur de tous points et dans tous les sens ; il ne ressemble à personne, et Rossini ressemble encore un peu à Cimarosa, à Guglielmi, à Haydn ».

Cette passion pour l’art lyrique infléchirait jusqu’au style de l’auteur de La Chartreuse de Parme. « L’écriture en apparence si sèche, si prosaïque de Stendhal est une écriture dont il a pris l’exemple dans les opéras autant que dans les codes civils » démontre Dominique Fernandez dans l’article sur les répétitions, ce péché d’écrivain dont Stendhal était coutumier. Le quatuor d’Idomeneo, son opéra préféré de Mozart, n’impose-t-il pas aux personnages, accablés de douleur, de répéter un grand nombre de fois la même phrase – Soffrir più non si può.

Un dictionnaire n’est jamais aussi amoureux que lorsque l’auteur partage avec son sujet les mêmes passions : l’Italie, la musique, la peinture. En un jeu de miroir captivant où la liberté de ton se conjugue au sens de la narration, les impressions de l’un répondent aux investigations de l’autre. Dilettantisme et érudition dialoguent de concert. La confrontation peut parfois tourner à la querelle. C’est amusé que l’on assiste par-delà le temps à la discussion vive autour de l’art de Bellini, coupable d’après Stendhal de ne pas de démarquer suffisamment de Rossini. « Décidément, Bellini n’est qu’une sorte de Gluck ; sa musique n’est qu’un récitatif obligé, et encore il n’y a rien de piquant dans son orchestre. Pas de chant ; quand il veut faire quelque chose de chantant, il tombe dans la contredanse, ou dans le chant d’église », écrit -il en 1831 à son ami Adolphe de Mareste. Comment ? Pas de chant ! Dominique Fernandez eût-il eu plus tôt connaissance de cette lettre que de son propre aveu il aurait renoncé à l’écriture de son dictionnaire amoureux. Cela aurait été fort dommage.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager