Le Mandarin merveilleux

Bartók à l'envers

Splendeur. C’est elle qui nous saisit à la gorge et nous fait presque suffoquer lorsque le rideau se lève après le bref prologue dit par un récitant enregistré. Splendeur de la scénographie imaginée...
Le Château de Barbe-Bleue, Le Mandarin merveilleux - Bartók - Alain Altinoglu, Christophe Coppens, Ante Jerkunica, Nora Gubisch - Bruxelles (La Monnaie) - 08/06/2018 -
3
S'abonner à Le Mandarin merveilleux