Forum Opéra

ROSSINI, Il viaggio a Reims — Pesaro

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
17 août 2010
A la recherche de la nouvelle star

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Dramma giocoso en un acte créé au Théâtre Italien, Paris, le 19 juin 1825
Livret de Luigi Balocchi

Détails

Mise en scène, Emilio Sagi
Costumes, Pepa Ojanguren
Lumières, Guido Levi
Corinna, Marina Bucciarelli
Marchesa Melibea, Veronika Vyatkina
Contessa di Folleville, Sachika Ito
Madama Cortese, Maria Kostraki
Cavalier Belfiore, Tony Bardon
Conte di Libenskopf, John Zuckerman
Lord Sydney, Clemente Antonio Daliotti
Don Profondo, Francesco Vultaggio
Barone di Trombonok, Fumitoshi Miyamoto
Don Alvaro, Pietro Di Bianco
Don Prudenzio, Daniele Macciantelli
Don Linguino / Zefirino / Gelsomino, Lawrence Olsworth-Peter
Delia, Christina Poulitsi
Maddalena, Francesca Pierpaola
Modestina, Alisa Kolosova
Antonio, Rodrigo Alvarez
Orchestra Sinfonica G. Rossini
Direction musicale, Andrea Battistoni
Pesaro, Théâtre Rossini, 17 août 2010

Voyage à Reims, comme chaque année dans le cadre du Rossini Opera Festival, en compagnie des jeunes artistes de l’Accademia Rossiniana1. Un rendez-vous immuable pour découvrir la fine fleur du chant rossinien de demain. Rappelons que certaines têtes d’affiche de cette 31e édition ont été révélées les années précédentes à cette occasion : Olga Peretyatko, Yijie Shi, Marianna Pizzolato, Manon Strauss Evrard, …

 

Immuable aussi, la mise en scène d’Emilio Sagi, en service depuis 2001, dont on connaît bien à présent les qualités – esthétisme, fluidité – et les défauts. La transposition de l’action dans un endroit qui évoque à la fois un sanatorium et le pont d’un navire induit une uniformité dans le costume – peignoirs blancs puis robes et complets noirs – qui nuit à l’identification et à la caractérisation des personnages. Autant dire qu’il vaut mieux connaître le livret pour pouvoir suivre et comprendre l’action.

 

Comme chaque année également, les jeunes chanteurs affichés suscitent des avis contrastés. Certains séduisent d’abord par leur présence : le charme latin de Pietro Di Bianco (Don Alvaro) ou la Madame Cortese mutine de Maria Kostraki. D’autres par leur bagage vocal. La technique de Clemente Antonio Daliotti est suffisante pour venir à bout de la grande scène de Lord Sydney (« Ah, perché la conobbi… Invan strappar dal core »), son chant gagnerait à se départir d’une certaine timidité. Tony Bardon a dans le timbre une élégance et un velouté qui trouveraient, dans des rôles moins vaillants que Belfiore, sans doute plus à exprimer. Sachika Ito possède beaucoup des atouts de Folleville, notamment une étoffe que l’on cherchera en vain chez les sopranos coloratures auxquelles on confie d’habitude le rôle. Mais pourquoi exposer ses limites en surenchérissant d’effets qui nuisent plus à l’interprétation qu’ils ne la servent ?

D’autres enfin semblent déjà bien engagés sur le chemin du succès, comme en témoignent les applaudissements à la fin du spectacle. Marina Bucciarelli laisse entrevoir des trésors de musicalité dans un « Arpa gentil » aux reflets dorés et de nouveau dans son ode à Charles X (« All ombra amena del Giglio d’oré »), énoncé ici avec la même acuité, quand il a souvent ailleurs tendance à tirer en longueur. Dommage que son duo avec Belfiore la trouve moins éloquente, comme s’il s’agissait d’une autre interprète. La Melibea de Veronika Vyatkina, à l’identité vocale typiquement slave – rondeur, chaleur, ampleur – ne fait qu’une bouchée, de John Zuckerman, un peu dépassé par l’envergure de Libenskopf. En Don Profondo, Francesco Vultaggio tire aussi son épingle du jeu, faisant montre de vélocité et d’esprit dans un « Medaglie incomparabili » subtilement caractérisé.

  

Mais, plus que sur scène, c’est dans la fosse que l’on trouvera peut-être la révélation attendue, en la personne du jeune chef d’orchestre, Andrea Battistoni qui, sans partition, démontre qu’il maîtrise déjà bien son Rossini. L’intelligence de sa direction apporte à l’ensemble une tenue remarquable, supérieure en tout cas à celle des éditions précédentes.

 

 

 

1 Cf. en 2008 le compte-rendu d’Antoine Brunetto.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Dramma giocoso en un acte créé au Théâtre Italien, Paris, le 19 juin 1825
Livret de Luigi Balocchi

Détails

Mise en scène, Emilio Sagi
Costumes, Pepa Ojanguren
Lumières, Guido Levi
Corinna, Marina Bucciarelli
Marchesa Melibea, Veronika Vyatkina
Contessa di Folleville, Sachika Ito
Madama Cortese, Maria Kostraki
Cavalier Belfiore, Tony Bardon
Conte di Libenskopf, John Zuckerman
Lord Sydney, Clemente Antonio Daliotti
Don Profondo, Francesco Vultaggio
Barone di Trombonok, Fumitoshi Miyamoto
Don Alvaro, Pietro Di Bianco
Don Prudenzio, Daniele Macciantelli
Don Linguino / Zefirino / Gelsomino, Lawrence Olsworth-Peter
Delia, Christina Poulitsi
Maddalena, Francesca Pierpaola
Modestina, Alisa Kolosova
Antonio, Rodrigo Alvarez
Orchestra Sinfonica G. Rossini
Direction musicale, Andrea Battistoni
Pesaro, Théâtre Rossini, 17 août 2010

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Pour le plaisir
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Un requiem lumineux
Thomas HENGELBROCK, Domen KRIŽAJ, Eleanor LYONS
Spectacle