Forum Opéra

Cendrillon — Nantes

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
25 novembre 2018
Un jour, son prince viendra

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en 4 actes et 6 tableaux sur un livret d’Henri Cain et Paul Collin

Créé le 24 mai 1899 à l’Opéra-Comique à Paris

Détails

Mise en scène, décors, costumes et lumière

Ezio Toffolutti

Chorégraphie

Ambra Senatore

Cendrillon

Rinat Shaham

Le Prince

Julie Robard-Gendre

Madame de la Haltière

Rosalind Plowright

La Fée

Marianne Lambert

Noémie

Marie-Bénédicte Souquet

Le Doyen de la faculté

Vincent Ordonneau

Dorothée

Agathe de Courcy

Pandolfe

François Le Roux.

Danseurs du Centre Chorégraphique National de Nantes

Chœur d’Angers Nantes Opéra

Direction

Xavier Ribes

Orchestre National des Pays de la Loire

Direction musicale

Claude Schnitzler

Nantes, Théâtre Graslin, dimanche 25 novembre 2018, 16h

Le tout puissant Noël tresse dans les rues des guirlandes scintillantes, habille les places de sapins et de cabanes de bois d’où s’échappent des odeurs de vin chaud, enferme désormais les crèches dans les églises et dicte aux maisons d’opéra des programmes de circonstance où petits et grands peuvent mettre à l’épreuve leur âme d’enfant. Paris affiche la Cendrillon de Rossini, Nantes préfère celle de Massenet. Quelle bonne idée ! La semi-clandestinité réservée à cet opéra créé avec succès en 1899 fait partie de ces injustices dont l’art lyrique est coutumier. Le voir – ou le revoir – suffit à convaincre de la valeur d’un ouvrage sans temps mort où rires et larmes s’enlacent tendrement en une subtile alchimie. Un jour, son prince viendra mais en attendant, pourquoi tant d’indifférence ?

N’aurait-on pas assez vanté les mérites d’une musique savante au point d’user du pastiche mais aussi d’annoncer Debussy par son respect de la prosodie et son maillage harmonique ? A la tête de l’Orchestre National des Pays de La Loire, Claude Schnitzler s’essaye à le rappeler après avoir déjà dirigée la partition quelques années auparavant à Lille. De son propre aveu, son approche est aujourd’hui moins nerveuse, judicieux parti-pris tant cette musique de vair refuse d’être brusquée. L’équilibre est la clé d’une direction à laquelle ne manque qu’un soupçon de magie. Equilibre dans l’usage des contrastes, dans l’emploi de tempi mesurés et dans les rapports de volume entre voix et instruments.

N’aurait-on pas assez souligné l’efficacité d’un livret fidèle au conte de Perrault et respectueux dans sa fidélité des impératifs théâtraux ? Pas de longueur mais des scènes d’ensemble, des duos à fendre des pierres, des airs et même un ballet intelligemment agencés. Les références freudiennes relevées par Ezio Toffolutti passent inaperçues ; sa mise en scène obéit d’abord à la lettre. Avec des portes et ses toiles peintes dans le goût néo-classique, le décor veut accuser la légèreté de la pièce mais la distance au texte se mesure au ridicule de robes dont le panier privé d’étoffe dévoile les jupons. La chorégraphie d’Ambra Senatore, directrice du Centre chorégraphique national de Nantes, tourne le dos aux figures de danse traditionnelles. Sa fantaisie revendiquée correspond à l’esprit de l’œuvre (et à la volonté de Massenet qui, lors de la création, avait proscrit le tutu).


© Jean-Marie Jagu

N’aurait-on pas assez affirmé combien, avant Richard Strauss, Massenet exalte la voix féminine ? Du contralto coléreux de Madame de La Haltiere aux coloratures arachnéennes de la Fée, Cendrillon s’apparente à un dictionnaire amoureux du chant lyrique. Il faut pour en tourner chaque page une prononciation irréprochable. Là est le moindre défaut de Rinat Shaham, titulaire du rôle-titre à Nantes après Bruxelles en 2011. Pourquoi s’être encore conformé à une tradition imputable sans doute au seul enregistrement studio de l’opéra et ne pas avoir choisi une voix de soprano pour chanter Cendrillon ? La mezzo-soprano israélienne possède, sinon, cette modestie lumineuse propre au personnage et l’étendue nécessaire pour que les notes piquées du carillon au 3e acte semblent empruntées à l’air des clochettes. Ce n’est pas Lakmé mais, avec ses aigus en forme d’écho, l’ombre légère de Dinorah qu’évoque la Fée. Dorée des pieds à la tête, Marianne Lambert se joue des innombrables coloratures d’un soprano virevoltant auquel ne manque aucun des atours virtuoses. Insoupçonnable travesti, Julie Robard-Gendre confirme combien il est regrettable de confier le rôle du Prince à un ténor. Son mezzo-soprano sombre parvient à tracer son propre sillon dans ce jardin de voix féminines. Rosalind Plowright appartient désormais au cercle fermé de ces chanteuses auxquelles il suffit d’apparaître pour être. En dépit de sons chaotiques, cette Madame de La Haltière acariâtre crève la scène. Seul protagoniste masculin, François Le Roux fait valoir derrière un Pandolfe pitoyable l’interprète émérite du répertoire mélodique français, attentif au poids de chaque mot.

N’aurait-on pas été assez explicite ? Des seconds rôles truculents et des chœurs en rang serré achèvent de rendre plus que recommandable cette nouvelle production d’un opéra magique trop peu représenté, à Nantes jusqu’au 4 décembre, puis à Angers du 14 au 18 décembre.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en 4 actes et 6 tableaux sur un livret d’Henri Cain et Paul Collin

Créé le 24 mai 1899 à l’Opéra-Comique à Paris

Détails

Mise en scène, décors, costumes et lumière

Ezio Toffolutti

Chorégraphie

Ambra Senatore

Cendrillon

Rinat Shaham

Le Prince

Julie Robard-Gendre

Madame de la Haltière

Rosalind Plowright

La Fée

Marianne Lambert

Noémie

Marie-Bénédicte Souquet

Le Doyen de la faculté

Vincent Ordonneau

Dorothée

Agathe de Courcy

Pandolfe

François Le Roux.

Danseurs du Centre Chorégraphique National de Nantes

Chœur d’Angers Nantes Opéra

Direction

Xavier Ribes

Orchestre National des Pays de la Loire

Direction musicale

Claude Schnitzler

Nantes, Théâtre Graslin, dimanche 25 novembre 2018, 16h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

So Romantique ! – Cyrille Dubois

L’âme de l’opéra-comique
CDSWAG

PUCCINI, Turandot, par Antonio Pappano

Une leçon puccinienne
CDSWAG

This be her Verse, par Golda Schultz et Jonathan Ware

La parole aux femmes
CDSWAG

Les dernières interviews

Renée Fleming : « À ce stade de ma carrière, tous mes rêves se sont réalisés ! »

Interview

Giovanni Antonini : « Il faut croire au pouvoir des mots »

Interview

Stanislas de Barbeyrac : « Il y aura peut-être un jour Tristan, si je suis sage »

Interview

Les derniers dossiers

Questionnaire de Proust

Dossier

Les grands entretiens de Charles Sigel

Dossier

Philippe Boesmans (1936 – 2022)

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

LULLY, Thésée – Paris (TCE)

Médée, sorcière toxique
Christophe ROUSSET, Karine DESHAYES, Mathias VIDAL
Spectacle

Récital de Marie-Laure Garnier et Tristan Raës – Paris

Fanny, Mel, Clara, Nadia, Lili et les autres
Marie-Laure GARNIER
Spectacle

VERDI, Luisa Miller – Rennes

Obscure clarté
Marta TORBIDONI, Cristian SAITTA, Alessio CACCIAMANI
Spectacle

Récital Marina Rebeka, Karine Deshayes – Paris (TCE)

Le triomphe du belcanto
Karine DESHAYES, Marina REBEKA, Speranza SCAPPUCCI
Spectacle