Forum Opéra

Charpentier, Auprès du feu on fait l’amour —

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
3 avril 2022
Il faut aimer, c’est un mal nécessaire

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Airs sérieux et à boire composés par Marc-Antoine Charpentier (1643-1704)

Au bord d’une fontaine

Beaux petits yeux d’écarlate
Si Claudine ma voisine
Tout renaît, tout fleurit
Que Louis par sa vaillance
Ne fripez point mon bavolet
Celle qui fait tout mon tourment
Rendez-moi mes plaisirs
Profitez du printemps
Quoi ! Rien ne peut vous arrêter
A ta haute valeur
Stances du Cid
Tristes déserts, sombres retraites
Ah ! Qu’ils sont courts les beaux jours
Consolez-vous, chers enfants de Bacchus
Auprès du feu l’on fait l’amour
Allons sous ce vert feuillage
Oiseaux de ces bocages
Veux-tu compère Grégoire
Quoi ! Je ne verrai plus
Feuillages verts, naissez
Non, non, je ne l’aime plus
Amour, vous avez beau redoubler mes alarmes
Ah ! Laissez-moi rêver
Ruisseau qui nourrit dans ce bois
En vain, rivaux assidus
Rentrez, trop indiscrets soupirs
Sans frayeurs dans ce bois
Ayant bu du vin clairet
Fenchon, la gentille Fenchon
Retirons-nous, fuyons
Il faut aimer c’est un mal nécessaire
Ah ! Qu’on est malheureux d’avoir eu des désirs

Bis : extrait de la musique de scène de Circé

Dessus

Gwendoline Blondeel, Claire Lefilliâtre

Haute-contre
Cyril Auvity

Taille
Marc Mauillon

Basse

Geoffroy Buffière

Les Epopées

Direction

Stéphane Fuget

Grande Salle des Croisades, Château de Versailles, samedi 26 mars, 21h

Bien qu’il n’ait pu achever qu’une seule tragédie lyrique durant sa carrière, Marc-Antoine Charpentier a beaucoup composé pour la voix : quelques cantates et pastorales, des musiques de scène, des histoires sacrées ou des messes, mais aussi de nombreux airs sérieux et à boire. L’exploration de ce corpus révèle l’art d’un compositeur capable d’inscrire son style dans des formes très brèves. Harmonies expressives, variété mélodique et souplesse déclamatoire se retrouvent dans chacune de ces miniatures musicales où se concentrent tour à tour le dépit amoureux, le désir charnel, la tendresse galante, la plainte, la pochardise ou même l’édification (dans un air à la gloire du roi : « Que Louis par sa vaillance »).

Le concert organisé au château de Versailles par Les ÉpopéesStéphane Fuget et cinq solistes, dans la Grande Salle des Croisades, très chaleureuse et idéale pour ce répertoire intimiste, présentait en quasi intégralité ces airs sérieux et à boire, sous les micros du label Château de Versailles Spectacles. L’ordre du programme ne suivait pas celui du catalogue de W. Hitchcock (plus ou moins chronologique), mais privilégiait la variété de ton et les échos entre les différents airs. Les chanteurs restaient parfois debout après un air pour voix seule, tandis que le chanteur suivant se tournait vers lui pour lui adresser les paroles de son air. Ainsi, « Profitez du printemps » semblait être une réponse à « Rendez-moi mes plaisirs » et la voix poivrote de « Consolez-vous, chers enfants de Bacchus » une adresse à la voix élégiaque de « Ah ! qu’ils sont courts les beaux jours ».

Notons d’emblée chez tous les interprètes une gourmandise des mots qui mettait en relief les textes de ces airs. Cependant, le choix interprétatif de la prononciation restituée altérait parfois pour le public leur compréhension. Stéphane Fuget nous a habitué à cet usage dans les représentations de sa classe de chant baroque au CRR de Paris, et même s’il s’appuie sur des recherches historiques précises, on peut se demander si son application est pertinente dans un concert sans surtitres. Certes, cela confère un charme certain à ces textes d’une autre époque ainsi rendus étranges, voire étrangers, mais l’on ne peut s’empêcher, dans cette salle recouverte de toiles du XIXe siècle qui fantasment le Moyen Âge des croisades, de s’interroger sur la juste distance à adopter face au passé et d’observer que la recherche de la réplique exacte, hors du contexte de création d’une œuvre, peut tout autant mettre à distance (et égarer ?) que la réappropriation fantaisiste. 

Le tempérament naturel de Claire Lefilliâtre convenaient superbement aux tourments de certains airs plaintifs, dans lesquels on perçevait comme un feu qui couve sous la glace, et les airs plus pastoraux laissaient affleurer une grande douceur de ton. La diction se faisait cependant parfois un peu trop floue et la voix un peu trop ronde pour pouvoir offrir le texte avec précision. La voix de Gwendoline Blondeel marquait par sa fraîcheur d’expression alliée à un timbre très fruité qui ne manquait pas de mordant : elle était tout aussi à son aise dans la verve gredine de « Ne fripez point mon bavolet » que dans le polisson « Auprès du feu l’on fait l’amour » ou l’élégiaque « Rentrez, trop indiscrets soupirs », dans lequel on retrouvait les accents plein de tendresse du personnage de Créuse dans Médée.

Cyril Auvity interprétait d’abord des trios et des airs plutôt comiques, avec un investissement remarquable, avant de déployer ses immenses qualités de déclamation dans les Stances du Cid, véritable bijou d’écriture musicale sur le texte de Corneille, dont la richesse d’invention concentre presque celle d’un opéra entier en quelques minutes. Son timbre clair et son émission franche, sans vibrato, lui permettaient de ciseler le texte avec habileté. On retrouvait les mêmes qualités de clarté et de franchise chez Marc Mauillon, peut-être portées à un degré d’incandescence plus grand encore. Très à l’aise lui aussi dans le registre comique, défendu avec verve, il rayonnait dans les morceaux aux tonalités plaintives comme « Tristes déserts, sombres retraites », où l’art de la nuance et l’éclat de la parole révèlaient quel poète anime cette voix. Un peu plus en retrait, faisant montre de moins d’abattage, Geoffroy Buffière ne déméritait pas : son timbre de basse moelleux sied parfaitement aux quelques airs à boire et aux ensembles qui lui échoient.

Depuis son clavecin, dont il jouait avec vélocité, Stéphane Fuget veillait à l’équilibre et à la cohésion entre les solistes et les trois instrumentistes des Épopées. Coloré et chargé dans les Stances du Cid, l’accompagnement se faisait parfois plus piquant et espiègle pour certains airs moins sérieux, mais toujours avec mesure et éloquence.

Un extrait de Circé, tragédie de Thomas Corneille dont Charpentier composa la musique de scène, achevait en bis cette galerie de miniatures musicales, immenses par la beauté et l’invention, et servies ce soir-là par d’extraordinaires interprètes. 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Airs sérieux et à boire composés par Marc-Antoine Charpentier (1643-1704)

Au bord d’une fontaine

Beaux petits yeux d’écarlate
Si Claudine ma voisine
Tout renaît, tout fleurit
Que Louis par sa vaillance
Ne fripez point mon bavolet
Celle qui fait tout mon tourment
Rendez-moi mes plaisirs
Profitez du printemps
Quoi ! Rien ne peut vous arrêter
A ta haute valeur
Stances du Cid
Tristes déserts, sombres retraites
Ah ! Qu’ils sont courts les beaux jours
Consolez-vous, chers enfants de Bacchus
Auprès du feu l’on fait l’amour
Allons sous ce vert feuillage
Oiseaux de ces bocages
Veux-tu compère Grégoire
Quoi ! Je ne verrai plus
Feuillages verts, naissez
Non, non, je ne l’aime plus
Amour, vous avez beau redoubler mes alarmes
Ah ! Laissez-moi rêver
Ruisseau qui nourrit dans ce bois
En vain, rivaux assidus
Rentrez, trop indiscrets soupirs
Sans frayeurs dans ce bois
Ayant bu du vin clairet
Fenchon, la gentille Fenchon
Retirons-nous, fuyons
Il faut aimer c’est un mal nécessaire
Ah ! Qu’on est malheureux d’avoir eu des désirs

Bis : extrait de la musique de scène de Circé

Dessus

Gwendoline Blondeel, Claire Lefilliâtre

Haute-contre
Cyril Auvity

Taille
Marc Mauillon

Basse

Geoffroy Buffière

Les Epopées

Direction

Stéphane Fuget

Grande Salle des Croisades, Château de Versailles, samedi 26 mars, 21h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Crac, boum, hue
Jeanne CROUSAUD, Emily WILSON
Spectacle