Forum Opéra

L'elisir d'amore — Bordeaux

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
4 avril 2022
A petite échelle

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Melodramma giocoso en deux actes de Gaetano Donizetti sur un livret de Felice Romani.

Créé le 12 mai 1832 au Teatro della Canobbiana de Milan.

Détails

Mise en scène

Adriano Sinivia

Décors

Cristian Taraborrelli

Costumes

Enzo Iorio

Lumières

Fabrice Kebour

Adina

Golda Schultz

Nemorino

Kevin Amiel

Belcore

Samuel Dale Johnson

Dulcamara

Giorgio Caoduro

Giannetta

Sandrine Buendia

Orchestre National Bordeaux Aquitaine

Chœur de l’Opéra National de Bordeaux

Direction du choeur

Salvatore Caputo

Direction musicale

Nil Venditti

Bordeaux, Grand Théâtre, vendredi 1er avril 2022, 20h

Certaines productions défient les années. Qui imaginerait étrennée à Lausanne il y a dix ans la mise en scène par Adriano Sinivia de L’elisir d’amore, à l’affiche actuellement de l’Opéra national de Bordeaux. La transposition lilliputienne du livret de Felice Romani dans un champ de blé sert de prétexte à une habile succession d’images et de clins d’œil qui renouvelle le propos sans le travestir et effleure quelques sujets toujours d’actualité. Déjà en filigrane les préoccupations écologiques, déjà l’usage de la vidéo, suffisamment modéré pour ne pas devenir envahissant, et de nouveau le sourire, la poésie, la tendresse, tout ce qui fait le charme inusable d’un opéra dont le succès perdure en dépit des mauvais pressentiments de Donizetti la veille de sa création, en 1832 à Milan. Pour preuve près de deux siècles plus tard, les applaudissements du public bordelais, signe d’un enthousiasme que l’on aimerait entièrement partager. 

Car ce séjour à petite échelle dans le monde merveilleux de Nemorino, en mode Microcosmos ou, plus près nous, à la façon du Chêne – le film de Michel Seydoux et Laurent Charbonnier –, si distrayant et intelligent soit-il, voudrait une direction d’orchestre moins appuyée pour enchanter totalement. Nil Venditti conduit à (trop) vive allure un orchestre qui ronfle (trop) souvent comme un orphéon municipal. Acoustique du Grand Théâtre aidant, l’orchestration de Donizetti, pourtant subtile dans cet opéra, confirme la piètre réputation du compositeur en la matière et les ensembles apparaissent opaques malgré un chœur irréprochable.


© Eric Bouloumié

Gageons que les représentations suivantes aideront à clarifier le discours musical. Déjà la deuxième partie paraît mieux maîtrisée. Kevin Amiel comme Giorgio Caoduro semblent vocalement plus à l’aise au fur et à mesure qu’avance la soirée et le seront sans doute encore davantage dans les jours à venir (deux distributions en alternance jusqu’au 10 avril). Preste sur scène et moins benêt que la moyenne des Nemorino, on voudrait que le premier chantât l’intégralité de la partition comme il interprète « une furtiva lagrima », avec ce même souci d’expression, ce même appui sur le souffle et cette même volonté de nuances, en dépit d’une voix moins colorée que dans nos souvenirs, et d’une hauteur d’émission qui confère aux aigus le brillant qu’elle retire aux registres inférieurs – conséquence d’un prochain Almaviva du Barbier de Séville à Toulouse ? Le second, bousculé dans son grand air d’entrée, retrouve au deuxième acte la tenue exigée par ses duos avec Adina et l’aplomb rossinien nécessaire au portrait bouffe de Dulcamara. Noyée dans le flot orchestral et peu avantagée par la mise en scène, Giannetta, confiée à Sandrine Buendia, n’a jamais paru aussi secondaire. Belcore voudrait pour mieux bomber le torse un baryton moins relâché – et question de goût, moins clair – que Samuel Dale Johnson. Impossible en revanche de ne pas succomber à l’Adina de Golda Schultz dont la présence et l’aisance scéniques s’allient à une voix pulpeuse, qu’une métaphore gourmande rapprocherait d’une confiture de cerises : suave, généreuse, fruitée mais dépourvue d’acidité. Soprano sapide donc, dont la saveur est encore rehaussée par un chant souple, égal sur la longueur et lié, apte à tracer de la coquette un portrait en tout point convaincant. Nouvel exemple réjouissant de l’émergence de ces « voix d’Afrique » qui – pure coïncidence – seront mises à l’honneur à Paris dans les jours à venir, à travers la première édition d’un concours lyrique les 7 et 9 avril au Palais de la Porte Dorée ainsi qu’une soirée exceptionnelle samedi 16 avril au Théâtre des Champs-Elysées. 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Melodramma giocoso en deux actes de Gaetano Donizetti sur un livret de Felice Romani.

Créé le 12 mai 1832 au Teatro della Canobbiana de Milan.

Détails

Mise en scène

Adriano Sinivia

Décors

Cristian Taraborrelli

Costumes

Enzo Iorio

Lumières

Fabrice Kebour

Adina

Golda Schultz

Nemorino

Kevin Amiel

Belcore

Samuel Dale Johnson

Dulcamara

Giorgio Caoduro

Giannetta

Sandrine Buendia

Orchestre National Bordeaux Aquitaine

Chœur de l’Opéra National de Bordeaux

Direction du choeur

Salvatore Caputo

Direction musicale

Nil Venditti

Bordeaux, Grand Théâtre, vendredi 1er avril 2022, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

La Musique souvent nous prend comme une mer

L’art de combiner les mots d’une manière agréable à la pensée
LivreSWAG

Sacrati : La finta pazza, par la Cappella Mediterranea

Le sacre de Sacrati
CDSWAG

Rameau, Nouvelle symphonie – Minkowski, Sempey

Belle revanche
CDSWAG

Les dernières interviews

Le questionnaire de Proust de Konstantin Krimmel

Interview

Renée Fleming : « À ce stade de ma carrière, tous mes rêves se sont réalisés ! »

Interview

Giovanni Antonini : « Il faut croire au pouvoir des mots »

Interview

Les derniers dossiers

Questionnaire de Proust

Dossier

Les grands entretiens de Charles Sigel

Dossier

Philippe Boesmans (1936 – 2022)

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Christian Jost, Voyage vers l’espoir – Genève

Faire du beau avec du tragique ?
Kartal KARAGEDIK, Rihab CHAIEB, Gabriel FELTZ
Spectacle

L’Anneau d’or, Heinrich Schütz – Dijon

Schütz, entre son maître et son élève
Etienne MEYER
Spectacle

HAYDN, Les Saisons – Paris (Philharmonie)

Dans les Saisons de Haydn à la Philharmonie, les voix font le printemps !
William CHRISTIE
Spectacle

Gala des 20 ans d’ODB Opéra – Paris

Les stars de demain
Marlène ASSAYAG, Guillem AUBRY, Alexandre BALDO
Spectacle