Forum Opéra

Récital Jonathan Tetelman – Peralada

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
7 août 2023
Opération séduction

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Franz Liszt (1811-1886)

Tre sonetti di Petrarca : Pace non trovo – Benedetto sia ‘l giorno – I’ vidi in terra angelici costume

Valse oubliée n° 1 S.215, piano solo

Giuseppe Verdi (1813-1901)

O figli, o figli miei ! Ah, la paterna mano (Macbeth)

Paolo Tosti (1846-1913)

A Vucchella

L’alba sepàra dalla luce l’ombra

Ludwig van Beethoven (1770-1827)

Sonate n° 2, op. 13 « Pathétique », 2e mouvement

Ernesto De Curtis (1875-1938)

Tu ca nun chiagne

Torna a Surriento

Isaac Albeniz (1860-1909)

Asturias, de Suite espagnola n° 1, op. 47, piano solo

Agustín Lara (1897-1970)

Granada

Pablo Sorozábal (1897-1988)

No puede ser, de La tabernera del puerto (1936)

 

Jonathan Tetelman, ténor

Daniel Heide, piano

 

Festival Perelada

Église du Carmen

3 août 2023, 20h

Jonathan Tetelman est certainement l’un des phénomènes de la jeune scène lyrique. Une étoile à suivre. Alors que sa courte carrière l’a déjà mené au Royal Opera House de Londres, au Semperoper de Dresde ou au Liceu de Barcelone, il s’apprête à faire ses débuts au Metropolitan dans le rôle de Pinkerton (Madama Butterfly). Rompu à l’exercice scénique, il n’abandonne pas la théâtralité en récital mais ne sacrifie jamais la qualité de l’interprétation. Et si on peut avoir l’impression qu’il en fait parfois un peu trop – quitte à frôler le kitsch et le mauvais goût dans le choix des bis – c’est peut-être simplement parce qu’il a tout d’un vrai ténor : c’est un séducteur en puissance.

© Toti Ferrer

Les « Tre sonetti di Petrarca » de Liszt révèlent d’emblée un grand musicien, en parfaite symbiose avec son pianiste, Daniel Heide, dans des pièces difficiles. La projection est impeccable, parfois un peu nasale sans que cela ne soit dérangeant. Le phrasé se déploie magnifiquement sur l’intégralité d’une palette de nuances parfaitement maîtrisées. Les transitions sont subtiles et fluides et le placement de la voix très homogène malgré une partition pleine de contrastes. Les aigus sont ouverts et bien accrochés, tandis que le médium et le grave sont pleins et nourris, révélant certainement des possibilités dans un répertoire de baryton. On regrette de trop nombreux ports de voix qui, s’ils sembleront pertinents dans  l’air de Macduff, n’apportent rien chez Liszt. D’une manière générale, la tension entre puissance vocale et acoustique du lieu n’est pas toujours maîtrisée, le ténor cédant à la tentation d’une démonstration de virtuosité certes impressionnante, mais peut-être pas pertinente dans une église de taille moyenne.

© Toti Ferrer

Dans la seconde partie du récital, consacrée à Tosti, De Curtis et Sorozábal, Tetelman achève de nous convaincre qu’il peut verser dans la plus extrême douceur et que les ports que nous trouvions intempestifs en première partie peuvent être parfaitement maîtrisés. Il profitera des rappels pour explorer un tout autre répertoire, révélant un certain goût pour le show et n’hésitant pas à faire participer une salle déjà conquise : « Dein ist mein ganzes Herz » (Le Pays du sourire, version allemande), « Nessun dorma » (dans une interprétation un rien trop pathétique) et l’irrésistible « Funiculì funiculà ».

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Franz Liszt (1811-1886)

Tre sonetti di Petrarca : Pace non trovo – Benedetto sia ‘l giorno – I’ vidi in terra angelici costume

Valse oubliée n° 1 S.215, piano solo

Giuseppe Verdi (1813-1901)

O figli, o figli miei ! Ah, la paterna mano (Macbeth)

Paolo Tosti (1846-1913)

A Vucchella

L’alba sepàra dalla luce l’ombra

Ludwig van Beethoven (1770-1827)

Sonate n° 2, op. 13 « Pathétique », 2e mouvement

Ernesto De Curtis (1875-1938)

Tu ca nun chiagne

Torna a Surriento

Isaac Albeniz (1860-1909)

Asturias, de Suite espagnola n° 1, op. 47, piano solo

Agustín Lara (1897-1970)

Granada

Pablo Sorozábal (1897-1988)

No puede ser, de La tabernera del puerto (1936)

 

Jonathan Tetelman, ténor

Daniel Heide, piano

 

Festival Perelada

Église du Carmen

3 août 2023, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Une Médée so british
Lea DESANDRE, Reinoud VAN MECHELEN, Julie ROSET
Spectacle