Forum Opéra

Concert lyrique – Joseph Calleja, Ekaterina Siurina — Orange

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
7 juillet 2015
Le ciel luisait d’une étoile

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Francesco Cilea, Adriana Lecouvreur

Prélude

Air de Maurizio « La dolcissima effigie »

Giusepe Verdi, Rigoletto

Air de Gilda « Caro nome »

Air d’il Duca di Mantova « Questa o Quella »

Gaetano Donizetti, Don Pasquale

Ouverture

Air de Norina « Quel guardo, il cavaliere »

Giuseppe Verdi, Macbeth

Air de Macduff « Oh Figli Miei… la paterna mano »

Gaetano Donizetti, L’Elisir d’Amore

Air d’Adina « Prendi per me, sei libero »

Duo Adina / Nemorino « Caro elisir ! Sei mio ! Esulti pur la barbara »

Entracte

Gaetano Donizetti, Roberto Devereux

Ouverture

Vincenzo Bellini, La Sonnambula

Air d’Amina « Care compagne »

Francesco Cilea, L’Arlesiana

Air de Federico « È la solita storia del pastore »

Giacomo Puccini, La Bohème

Air de Musetta « Quando men vo… »

Giacomo Puccini, Tosca

Air de Mario Cavaradossi « E lucevan le stelle »

Vincenzo Bellini, I Capuleti e i Montecchi

Intermezzo

Charles Gounod, Roméo et Juliette

Air de Juliette « Je veux vivre »

Air de Roméo « Ah, lève-toi, soleil »

Duo Roméo / Juliette « Nuit d’Hyménée »

Bis

Eduardo di Capua

O sole mio

Giacomo Puccini, Gianni Schicchi

Air de Lauretta « O mio babbino caro »

Gaetano Donizetti, Don Pasquale

Duetto Ernesto Norina « Tornami a dir che m’ami »

Soprano

Ekaterina Siurina

Ténor

Joseph Calleja

Orchestre National de Lyon

Direction musicale

Enrique Mazzola

Chorégies d’Orange, Théâtre antique, mardi 7 juillet, 21h45

Il est loin le temps où, sur les scènes françaises, le ténor dans Tosca chantait « Le ciel luisait d’étoiles » au lieu de « E lucevan le stelle ». C’est dans cet air de Mario Cavarodossi, en italien, que Joseph Calleja porte au firmament provençal son art, aujourd’hui inégalé, de la demi-teinte. La nuit est étouffante, le public pétrifié, l’instant magique. Dans un programme très proche de celui qu’il offrait au public parisien en juin dernier, le ténor à Orange expose une nouvelle fois ce qui rend son chant entre tous précieux : cette manière de filer les sons qu’il maîtrise désormais à la perfection ; le rayonnement du timbre, immédiatement identifiable par son léger grelot ; la générosité avec laquelle il prend chaque air à bras le corps ; la projection ; la longueur ; une impression de force et de douceur. L’homme est un colosse, sa voix une caresse. Joseph Calleja a aussi appris avec le temps à soigner davantage l’expression. Dans un décor de cartes géantes, qui servira le lendemain pour Carmen, les airs se suivent et ne se ressemblent pas. Maurizio, Mantoue, Macduff, même esquissés en quelques minutes, ont chacun leur personnalité. Pourtant, on sent le chanteur embarrassé. Est-ce la chaleur de la nuit ? L’immensité du lieu ? Une fatigue passagère ? Le manque de répétitions qu’accusent plusieurs décalages ? Après « La dolcissima effigia » envisagée comme un tour de chauffe, « Questa o quella » est privé de cette pulsion qui, à Paris, faisait le Duc insolent. Puis une fois la mesure du théâtre antique prise, un léger incident dans « La paterna mano » freine le ténor dans son élan. Les aigus, toujours puissants, sont alors écourtés. La prudence devient de mise, y compris dans le duo de L’elisir d’amore, où l’ivresse de Nemorino reste sous contrôle. Dans la deuxième partie, Cavaradossi donc, et auparavant Federico, touchent à la grâce. Romeo voit ses ardeurs tempérées par une Juliette bêcheuse. Car autant le ténor paraît sincère, autant la soprano fait des manières ; et ce, bien avant cette « nuit d’hyménée » finale où l’incompatibilité vocale entre les deux chanteurs se confirme.


Joseph Calleja, Ekaterina Siurina © Choregies d’Orange

Juchées sur platform shoes, Gilda, Norina, Amina jouaient déjà les mijaurées. Une manière pour ces héroïnes romantiques de masquer leurs insuffisances techniques ? L’absence de notes piquées chez l’une, de suraigu chez l’autre, l’imprécision de la vocalise, les cadences simplifiées… Indéniablement, le canto spianato sied mieux que le fiorito à cette voix dont on peut aimer l’acier effilé. A moins que ces attitudes trop empruntées ne soient un moyen de dissimuler le trac qui oblige Ekaterina Siurina pour chanter Musetta, à s’aider d’une partition dont le vent tourne les pages.

Enrique Mazzola dirige l’Orchestre de Lyon en virtuose. L’ouverture de Roberto Devereux bombe le torse ; l’intermezzo d’I Capuleti e Montecchi rutile et cavale… Il faut ravir l’auditoire en peu de numéros. Telle est la loi de ce genre de concert où la recherche d’efficacité l’emporte sur la subtilité. Sans perdre de temps, la soirée se referme sur trois bis, dont le duo de Norina et Ernesto où, s’affranchissant de sa partenaire, le ténor maltais laisse une dernière fois dans le ciel scintiller l’étoile de sa voix.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Francesco Cilea, Adriana Lecouvreur

Prélude

Air de Maurizio « La dolcissima effigie »

Giusepe Verdi, Rigoletto

Air de Gilda « Caro nome »

Air d’il Duca di Mantova « Questa o Quella »

Gaetano Donizetti, Don Pasquale

Ouverture

Air de Norina « Quel guardo, il cavaliere »

Giuseppe Verdi, Macbeth

Air de Macduff « Oh Figli Miei… la paterna mano »

Gaetano Donizetti, L’Elisir d’Amore

Air d’Adina « Prendi per me, sei libero »

Duo Adina / Nemorino « Caro elisir ! Sei mio ! Esulti pur la barbara »

Entracte

Gaetano Donizetti, Roberto Devereux

Ouverture

Vincenzo Bellini, La Sonnambula

Air d’Amina « Care compagne »

Francesco Cilea, L’Arlesiana

Air de Federico « È la solita storia del pastore »

Giacomo Puccini, La Bohème

Air de Musetta « Quando men vo… »

Giacomo Puccini, Tosca

Air de Mario Cavaradossi « E lucevan le stelle »

Vincenzo Bellini, I Capuleti e i Montecchi

Intermezzo

Charles Gounod, Roméo et Juliette

Air de Juliette « Je veux vivre »

Air de Roméo « Ah, lève-toi, soleil »

Duo Roméo / Juliette « Nuit d’Hyménée »

Bis

Eduardo di Capua

O sole mio

Giacomo Puccini, Gianni Schicchi

Air de Lauretta « O mio babbino caro »

Gaetano Donizetti, Don Pasquale

Duetto Ernesto Norina « Tornami a dir che m’ami »

Soprano

Ekaterina Siurina

Ténor

Joseph Calleja

Orchestre National de Lyon

Direction musicale

Enrique Mazzola

Chorégies d’Orange, Théâtre antique, mardi 7 juillet, 21h45

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

A l’école de la rue
Yshani PERINPANAYAGAM, Ted HUFFMAN, Margarita POLONSKAYA
Spectacle