Forum Opéra

WAGNER, Die Feen — Leipzig

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
21 mai 2016
Patchwork wagnérien

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra romantique en trois actes

Livret du compositeur d’après La donna serpente, fable de Carlo Gozzi.

Détails

Mise en scène
Renaud Doucet
Décors et costumes
André Barbe
Lumières
Guy Simard

Ada
Christiane Libor
Lora
Dara Hobbs
Arindal
Endrik Wottrich
Gernot
Milcho Borovinov
Farzana
Jean Broekhuizen
Zemina
Magdalena Hinterdobler
Morald
Nikolay Borchev
Drolla
Jennifer Porto
Le Roi des Fées, Groma
Sejong Chang
Gunther
Guy Mannheim
Harald
Roland Schubert
Un messager
Tae Hee Kwon

Chœur de l’Opéra de Leipzig
Chef des Chœurs
Alessandro Zuppardo
Gewandhausorchester
Direction musicale
Friedemann Layer

Leipzig, samedi 21 mai 2016, 19h

Premier opéra du (futur) Maître, Die Feen est un véritable patchwork d’influences dans lesquelles baigne le jeune Wagner. Là Beethoven, là Mozart, là du bel-canto (qui sera encore plus exploité dans Das Liebesverbot) et déjà de-ci de-là la griffe encore un peu rétractée de l’auteur de Tannhauser. Opéra mineur sans doute, mais opéra passionnant pour le spéléologue lyrique, il a l’inconvénient d’exiger des voix capables d’à peu près tout ce que le XIXe siècle demandera : des voix légères et agiles et des formats plus lourds et vaillants, quand il ne faut pas tout simplement posséder toutes ces qualités à la fois.

Une gageure à laquelle l’opéra de Leipzig s’essaie depuis le bicentenaire de la naissance de Wagner en 2013. La reprise de cette saison à l’occasion d’un festival Wagner rassemble des forces satisfaisantes et pour certaines déjà rodées. C’est le cas de Christiane Libor, titulaire du rôle d’Ada au Chatelet en 2009. La maturité a du bon, la soprano berlinoise réalise une quadrature quasi parfaite : souffle et nuances agrémentent puissance et endurance. Pour ne rien gâcher, cette fée ne cesse d’émouvoir, passée la stricte performance technique. Son Arindal penche du côté Wagnérien stricto sensu. Voix massive, aigu claironnant, Endrik Wottrich se perd à mesure que le chant tombe dans le grave. La diction lui pose problème notamment quand les phrases exigent rapidité dans la déclamation. Le reste de la distribution se situe plutôt dans une école mozartienne. Cela convient parfaitement à Jennifer Porto (Drolla) et Milcho Borovinov (Gernot) dont le duo du deuxième acte emprunte pêle-mêle et à Papageno/Papagena et à Pedrillo/Blondchen. Elle légère et fruitée, lui davantage bouffe, s’acquittent avec délectation de leur interlude comique puis soutienne efficacement les tutti. Cela sied un peu moins à Lora (Dara Hobbs) et à Morald (Nikolay Borchev) dont l’écriture est déjà plus lourde. Elle s’en tire avec un usage intelligence d’un timbre épicé, lui sera plus en retrait. La myriade de seconds rôles tiennent leur rang : Farzanna (Jean Broekhuizen) et Zemina (Magdalena Hinterdobler), deux seules rescapées des Trois Dames de La Flûte enchantée, manquent de projection mais pas de nuances ou de couleurs, Gunther (Guy Mannheim) met à profit son timbre de ténor de caractère, la plus agréable surprise revenant au Harlad de Roland Schubert belle basse wagnérienne.


© Kirsten Nijhof

La soirée est de prime abord plus laborieuse en fosse où Friedemann Layer peine à alléger les quelques lourdeurs et longueurs du premiers acte. Problème réglé dès le retour du premier entracte : battue aérienne et tempi plus rapides siéent mieux au Gewandhausorchester dont la beauté des pupitres est mise en valeur par l’acoustique remarquable de la salle. Les chœurs, fortement sollicités, ne sont pas en reste. Tout juste regrettera-t-on un manque de volume quand les effectifs se séparent entre fées et humains.

Tous en tous cas prennent plaisir à être en scène dans la sucrerie imaginée par Renaud Doucet. Un repas de famille dans ce qui ressemble à un salon de catalogue de magasin d’ameublement sert d’entrée en matière : on apprend que nous allons écouter Die Feen en direct de l’opéra de Leipzig. Le père de famille se rêve en Arindal et les personnages, décors et costumes kitchement féeriques envahissent cet intérieur bourgeois. A défaut d’être original ou toujours réussi, l’ensemble fonctionne et garde en permanence un second degré de bon ton.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra romantique en trois actes

Livret du compositeur d’après La donna serpente, fable de Carlo Gozzi.

Détails

Mise en scène
Renaud Doucet
Décors et costumes
André Barbe
Lumières
Guy Simard

Ada
Christiane Libor
Lora
Dara Hobbs
Arindal
Endrik Wottrich
Gernot
Milcho Borovinov
Farzana
Jean Broekhuizen
Zemina
Magdalena Hinterdobler
Morald
Nikolay Borchev
Drolla
Jennifer Porto
Le Roi des Fées, Groma
Sejong Chang
Gunther
Guy Mannheim
Harald
Roland Schubert
Un messager
Tae Hee Kwon

Chœur de l’Opéra de Leipzig
Chef des Chœurs
Alessandro Zuppardo
Gewandhausorchester
Direction musicale
Friedemann Layer

Leipzig, samedi 21 mai 2016, 19h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Rossini sur instrument d’époque
Marina VIOTTI, Jan SCHULTSZ
Spectacle