Forum Opéra

VERDI, Don Carlo — Milan

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
4 février 2017
Le roi prend la reine

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en cinq actes
Livret original en français de Joseph Méry et Camille Du Locle d’après Schiller, traduit en italien par Achille de Lauzières, Angelo Zanardini et Piero Faggioni créé à l’opéra de Paris le 11 mars 1867 (version française) et au Teatro alla Scala de Milan le 10 janvier 1884 (version remaniée en italien). Ici donnée dans la version de Modène de 1886.

Détails

Mise en scène
Peter Stein
Scénographie
Ferdinand Wögerbauer
Costumes
Annamaria Heinreich
Lumières
Jochim Barth
Chorégraphie
Lia Tsolaki

Filippo II
Ferruccio Furlanetto
Don Carlo
Francesco Meli
Elisabetta di Valois
Krassimira Stoyanova
Rodrigo, marchese di Posa
Simone Piazzola
La principessa Eboli
Ekaterina Semenchuk
Il grande Inquisitore
Eric Halfvarson
Tebaldo
Theresa Zisser
Un moine / Carlo Quinto
Martin Summer
Une voix céleste
Céline Mellon
Il comte di Lerma / un Hérault
Azer Zada
Six députés flamands
Gustavo Castillo
Rocco Cavalluzzi
Dongho Kim
Viktor Sporyshev
Chen Lingjie
Paolo Ingrasciotta

Chœurs du Teatro alla Scala
Chef des chœurs
Bruno Casoni
Orchestre du Teatro alla Scala
Direction musicale
Myung-Whun Chung

Teatro alla Scala, Milan, samedi 4 février 2017, 18h30

Production de Salzbourg largement commentée par notre confrère Claude Jottrand en 2013, cette version en italien et en cinq actes, dite de Modène (1886) si l’on se réfère à la présentation de la Scala, est pour ainsi dire quasi complète (à l ‘exception notable des ballets parisiens et du lacrimosa de la fin du IVe acte) selon la genèse riche et complexe de l’œuvre. Elle revient au Teatro alla Scala après quarante ans d’absence, Claudio Abbado l’ayant dirigée pour la Saint-Ambroise de 1977. Sans paraphraser la longue description de Salzbourg, Peter Stein suit avec pointillisme le livret et l’époque sans audace, avec une certaine poésie mais, à Milan, avec un certain ennui que les déplacements et pauses cantonnés à l’avant-scène n’aident guère à animer. Est-ce le sort échu à ce qui est finalement une reprise dans un autre théâtre ?

Ennui aussi lors dès deux premiers actes dans la fosse où Myung-Whun Chung ne parvient pas à maintenir la cohésion entre celle-ci et le plateau. Les décalages avec le chœur, dans une très moyenne forme, sont fréquents quand la battue, plutôt lente, manque de soutien. Il faut attendre le retour du deuxième entracte et le trio du jardin entre Eboli, Carlo et Rodrigo pour qu’enfin le drame prenne de l’ampleur, fouetté par les violons et violoncelles. Dynamique et lyrisme se conjuguent enfin dans les deux derniers actes au diapason d’une distribution de très belle qualité.

Ekaterina Semenchuk ne manque pas d’abattage en Eboli. Appuyée sur un volume sans faille sur toute la tessiture, la mezzo russe campe la femme de pouvoir et fait culminer son interprétation dans un « don fatale » épique qui rattrape les quelques manquements aux vocalises de la chanson du voile. Timbre clair et juvénile, Simone Piazzola délivre une performance en demi-teintes. Son Posa est à l’égal du roi pendant les trois premiers actes, tant par la présence que par la puissance, mais sa mort reste bien trop scolaire et froide. S’exposant davantage, jusqu’à un accident bénin au IVe acte, Francesco Meli habite Carlo de son timbre solaire et de son phrasé mielleux. L’infant révolté et instable l’emporte en conséquence sur le dépressif ou le suicidaire. Si l’acteur n’est pas des plus crédibles, il parvient toutefois à rendre brûlants les désirs et les aspirations du personnage. Ce feu se marie avec l’élégance et la pureté de ligne de Krassimira Stoyanova. Parfois en retrait dans les ensembles, sans doute pour tenir la distance du rôle, la Bulgare pare son chant des demis-teintes, notes filées et pianos qui rendent son Elisabeth ici sensible et fragile, là royale et vindicative. La technique est superlative, notamment dans « non pianger mia compagna » (acte II) tout en subtilités, et bien entendu dans un « Tu, che le vanità » amené crescendo.  Toutefois, la reine cède le pas ce soir-là au roi de Ferruccio Furlanetto. Un soir où la voix n’accuse nullement les 67 années du chanteur, un soir où tout le métier est au service d’une incarnation complète : de la morgue tempétueuse de l’autodafé à la brisure intime d’un « Ella giammai m’amo » qui lui vaut un triomphe. L’art des couleurs de la basse se concentre dans chaque syllabe, polie ou blanchie, pour peindre un Philippe blessé à jamais. Eric Halfvarson souffre davantage de l’usure de son instrument mais là encore, les années et l’intelligence pallient. Le chant est plus brut et rustique, l’Inquisiteur pas moins terrifiant.  

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en cinq actes
Livret original en français de Joseph Méry et Camille Du Locle d’après Schiller, traduit en italien par Achille de Lauzières, Angelo Zanardini et Piero Faggioni créé à l’opéra de Paris le 11 mars 1867 (version française) et au Teatro alla Scala de Milan le 10 janvier 1884 (version remaniée en italien). Ici donnée dans la version de Modène de 1886.

Détails

Mise en scène
Peter Stein
Scénographie
Ferdinand Wögerbauer
Costumes
Annamaria Heinreich
Lumières
Jochim Barth
Chorégraphie
Lia Tsolaki

Filippo II
Ferruccio Furlanetto
Don Carlo
Francesco Meli
Elisabetta di Valois
Krassimira Stoyanova
Rodrigo, marchese di Posa
Simone Piazzola
La principessa Eboli
Ekaterina Semenchuk
Il grande Inquisitore
Eric Halfvarson
Tebaldo
Theresa Zisser
Un moine / Carlo Quinto
Martin Summer
Une voix céleste
Céline Mellon
Il comte di Lerma / un Hérault
Azer Zada
Six députés flamands
Gustavo Castillo
Rocco Cavalluzzi
Dongho Kim
Viktor Sporyshev
Chen Lingjie
Paolo Ingrasciotta

Chœurs du Teatro alla Scala
Chef des chœurs
Bruno Casoni
Orchestre du Teatro alla Scala
Direction musicale
Myung-Whun Chung

Teatro alla Scala, Milan, samedi 4 février 2017, 18h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Qu’est-il arrivé à Baby Maria ?
Matthew WILD, Karsten JANUSCHKE, Nombulelo YENDE
Spectacle