Forum Opéra

Don Giovanni — Zurich

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
26 mai 2013
Du sang !

Note ForumOpera.com

1

Infos sur l’œuvre

Détails

Wolfgang Amadeus MOZART

Don Giovanni
Dramma giocoso en deux actes
Créé à Prague (Teatro di Praga) le 29 octobre 1787

Mise en scène
Sebastian Baumgarten
Décors
Barbara Ehnes
Costumes
Tabea Braun
Vidéo
Chris Kondek
Lumières
Franck Evin
Dramaturgie
Werner Hintze

Don Giovanni
Peter Mattei
Donna Anna
Marina Rebeka
Don Ottavio
Pavol Breslik
Le Commandeur
Rafal Siwek
Donna Elvira
Julia Kleiter
Leporello
Ruben Drole
Zerlina
Anna Goryachova
Masetto
Erik Anstine

Choeur de l’Opéra de Zürich
Orchestre La Scintilla
Direction musicale
Robin Ticciati

Opernhaus, Zürich, dimanche 26 mai 2013, 19h

Etrange capharnaüm que ce nouveau Don Giovanni zurichois : entre un orchestre baroque à l’intonation défaillante et une mise en scène multipliant des lectures dont la pertinence n’apparaît que de façon irrégulière, on comprend les huées que le public adresse lors des saluts au chef d’orchestre et au metteur en scène. A voir le sourire de ce dernier, pas sûr que l’accueil réservé à son travail lui ait été si désagréable…

Le malaise, à vrai dire, a commencé dès l’ouverture. Les différents registres de l’orchestre baroque La Scintilla, emmenée par un Robin Ticciati à la recherche de dynamique, ne semblent pas trouver un langage commun. Chaque attaque des vents (flûtes et cors naturels surtout) sonne passablement faux, et chaque attaque des cordes révèle le déficit d’intonation du passage précédent. Si ces problèmes tendent à se résoudre au second acte, les départs manqués des cuivres restent trop nombreux. Certes, les instruments d’époque permettent un dessin plus franc des traits orchestraux, mais ce gain de théâtralité et de définition ne devrait pas se faire au détriment de l’intonation. Pas en 2013 ! Surtout, une telle théâtralité devient caduque lorsque les décalages entre la fosse et l’orchestre sont aussi nombreux. On ne compte pas le nombre d’intentions, soit de la part du chef, soit de la part des chanteurs, qui n’ont pu se réaliser, tuées dans l’œuf par un décalage trop important pour être excusable. Du coup, les qualités individuelles des interprètes se font oublier, tant on croirait entendre la première scène-orchestre. Peter Mattei a beau avoir ce timbre charnu et cette ligne exceptionnelle qui en font potentiellement un Don Giovanni plus qu’enviable ; Ruben Drole a beau camper un Leporello de fort belle tenue, Marina Rebeka (Donna Anna) s’efforcer d’exposer l’ampleur de son chant. Julia Kleiter peut bien interpréter une Donna Elvira autoritaire qu’on aurait voulue plus nuancée, Pavol Breslik (Don Ottavio) peut même nous enchanter de son timbre mozartien gracieux quoique un peu tendu… Qu’importe, puisque l’on en est réduit à imaginer ce qu’aurait dû être la musique de ce spectacle.

La mise en scène, quant à elle, transpose l’action dans le cadre d’une étrange secte. Digne représentant du Regietheater berlinois, Sebastian Baumgarten parasite volontairement toute illusion théâtrale. Soit. Mais à quelle fin ? Pour assister au premier acte à un bal façon messe noire sacrificielle bon marché où de vilains masques manière Ku Klux Klan parquent les paysans invités en coulisses. Pour voir un banquet final extrêmement commun, alliant de pauvres effets pyrotechniques au costume « diable de carnaval » porté par Don Giovanni. Pour voir ce dernier passer d’une sorte de Tartuffe à un gourou punk, peu convaincant dans l’un ou l’autre de ces rôles. Rare fil conducteur de ce travail décousu, une projection vidéo qui commente l’action et dénonce ainsi la fausseté – ou l’embourgeoisement – de ce monde moralisateur, face à un Don Giovanni d’une liberté toute aristocratique. On le comprend donc, le propos du metteur en scène n’est pas vide de sens – loin de là. Mais les différentes lectures s’activent sans véritable pensée dramaturgique, et il manque à tout cela une ligne d’ensemble forte.

A l’image de ce Don Giovanni sanguinaire, une telle mise en scène dissèque l’opéra de Mozart, au point d’en sectionner les organes vitaux. Sa capacité à agir sur le spectateur – raison d’être d’une pareille transposition – s’en trouve considérablement réduite. Ne reste alors qu’une plaisanterie grotesque et longuette.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

1

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Wolfgang Amadeus MOZART

Don Giovanni
Dramma giocoso en deux actes
Créé à Prague (Teatro di Praga) le 29 octobre 1787

Mise en scène
Sebastian Baumgarten
Décors
Barbara Ehnes
Costumes
Tabea Braun
Vidéo
Chris Kondek
Lumières
Franck Evin
Dramaturgie
Werner Hintze

Don Giovanni
Peter Mattei
Donna Anna
Marina Rebeka
Don Ottavio
Pavol Breslik
Le Commandeur
Rafal Siwek
Donna Elvira
Julia Kleiter
Leporello
Ruben Drole
Zerlina
Anna Goryachova
Masetto
Erik Anstine

Choeur de l’Opéra de Zürich
Orchestre La Scintilla
Direction musicale
Robin Ticciati

Opernhaus, Zürich, dimanche 26 mai 2013, 19h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle