Forum Opéra

BELLINI, I puritani — Bilbao

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
20 octobre 2022
Xabier Anduaga en pleine maturité

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Melodramma serio en trois actes

Musique de Vincenzo Bellini

Livret de Carlo Pepoli

Créé au Théâtre Italien de París, le 24 janvier 1835

Production du Teatro Real, en coproduction avec le Teatro Municipal de Santiago de Chile

Détails

Mise en scène

Emilio Sagi

Scénographie

Daniel Bianco

Décors

Peppispoo

Lumière

Eduardo Bravo

Lord Gualtiero Valton

Alejandro Lopez

Sir Giorgio

Manuel Fuentes

Lord Arturo Talbo

Xabier Anduaga

Sir Riccardo Forth

Andrzej Filonczyk

Sir Bruno Robertson

Josu Cabrero

Enriqueta de Francia

Laura Vila

Lady Elvira Valton

Jessica Pratt

Chœur de l’Opera de Bilbao et Euskadiko Orkestra

Direction musicale

Giacomo Sagripanti

Bilbao, Euskalduna, samedi 15 octobre 2022, 19h

L’Opéra de Bilbao ouvre sa saison avec des Puritani qui apportent toute satisfaction. Il faut dire que la distribution, entre stars du répertoire et jeunes pousses prometteuses, délivre une performance exaltante, sous la baguette experte et soignée de Giacomo Sagripanti.

Seule la réalisation scénique reste basique. Déjà recensée à Madrid, Emilio Sagi plonge le mélodrame dans un décor unique de jais et de costumes sombres à l’exception de ceux des protagonistes féminins. La scène s’éclaire de rangées de lustres élégants mais hors de propos et qui offrent peu de possibilités dramaturgiques. La direction d’acteur relève un peu le niveau et fournit un support simple mais adéquat aux interprètes.  


© Moreno Esquibel

Les chœurs, Josu Cabrero (Bruno) et Andrzej Filonczyk (Forth) donnent le « la » dès la première scène : voix franches et sonores, lignes châtiées et soucis des nuances. Les chœurs s’illustrent toute la soirée par leur unité et leur précision rythmique notamment dans les scènes finales où Giacomo Sagripanti adopte une plasticité rythmique pour coller au sens dramatique. Andrzej Filonczyk construit savamment un personnage aussi amoureux que despote en s’autorisant quelques prises de risques à l’aigu notamment dans le duo « suoni la tromba ». Laura Villa (Enrichetta) et Alejandro Lopez (Gualtiero) complètent avec les mêmes scrupules stylistiques les comprimari. Manuel Fuentes ouvre un podium digne des olympiades du belcanto. Timbre au métal noble, souffle ample se coulent dans une ligne bellinienne élégante et surtout dans un portrait tout en humanité de l’oncle. Difficile de décerner la palme entre Jessica Pratt et Xabier Anduaga. Elle, dont l’Elvira marseillaise séduisait déjà notre correspondant, porte une incarnation intense assise sur une technique superlative et une grande intelligence musicale. Ut, ré et même mi (dans le final du 1er acte) qu’elle tresse dans une ligne ornée de trilles, de staccati, le tout varié avec générosité dans toutes les reprises. Surtout, jamais l’interprétation ne verse dans la démonstration : chaque audace, chaque appoggiature épouse le portrait de la jeune amoureuse, qui déchante, perd pied avant de s’abandonner à nouveau dans un dernier duo brûlant qui culmine sur un ré et s’achève sur un ut somptueux, tous deux à l’unisson, qui soulève la clameur de la salle. Xabier Anduaga, sans disposer encore du même bagage technique, capitalise sur d’autres qualités : un volume et une projection généreuse qui devraient le conduire vers d’autres rivages que ceux rossiniens de ses débuts, un timbre capiteux aux reflets lumineux à l’aigu, un souffle et une ligne toute rubinienne. Ce capital lui autorise de très belles nuances dans « A te o cara » et lui laisse toute latitude pour colorer son chant à chaque instant et s’autoriser des prises de risque électrisantes (sans tenter de fa ou de de en ce soir de première dans « credeasi misera ») au service du portrait du jeune noble fougueux.

Ce haut niveau de bel canto est d’autant plus galvanisant qu’il est serti de toute la maestria de Giacomo Sagripanti en fosse. Celui-ci réalise la quadrature du cercle à la tête d’un orchestre très en place. Il assoit son plateau dans tout le confort possible tant en terme de volume que de rythme : il distribue les petits points d’orgue propices à la tenue d’une note ou l’exécution d’une cadence, varie la pulsation dans les finals et les tutti, charpente l’orchestre pour appuyer les dynamiques, sans jamais tomber dans la lourdeur, et ménage des espaces pour ses instruments solistes. 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Melodramma serio en trois actes

Musique de Vincenzo Bellini

Livret de Carlo Pepoli

Créé au Théâtre Italien de París, le 24 janvier 1835

Production du Teatro Real, en coproduction avec le Teatro Municipal de Santiago de Chile

Détails

Mise en scène

Emilio Sagi

Scénographie

Daniel Bianco

Décors

Peppispoo

Lumière

Eduardo Bravo

Lord Gualtiero Valton

Alejandro Lopez

Sir Giorgio

Manuel Fuentes

Lord Arturo Talbo

Xabier Anduaga

Sir Riccardo Forth

Andrzej Filonczyk

Sir Bruno Robertson

Josu Cabrero

Enriqueta de Francia

Laura Vila

Lady Elvira Valton

Jessica Pratt

Chœur de l’Opera de Bilbao et Euskadiko Orkestra

Direction musicale

Giacomo Sagripanti

Bilbao, Euskalduna, samedi 15 octobre 2022, 19h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La démesure et l’intimité, à la fois
Robin ADAMS, Adel ABDESSEMED, Jonathan NOTT
Spectacle