Forum Opéra

CHARPENTIER, La descente d’Orphée aux Enfers — Dijon

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
14 mars 2015
Quoi ! Je perds Eurydice !

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra de chambre en deux actes de Marc-Antoine Charpentier

Livret, tiré d’Ovide, d’un auteur anonyme

Créé chez Mademoiselle de Guise, en 1687

Version de concert

Détails

Eurydice

Katherine Watson

Daphné

Elodie Kimmel

Aréthuse

Eugénie Lefebvre

Proserpine

Cécile Achille

Orphée

Samuel Boden

Ixion

Jean-Christophe Clair

Tantale

Matthieu Chapuis

Pluton

Geoffroy Buffière

Apollon et Titye

Victor Sicard

Le Concert d’Astrée

Direction musicale

Emmanuelle Haïm

Dijon, Auditorium

Samedi 14 mars 2015, 20h

Consacré dans sa totalité à  des œuvres de Marc-Antoine Charpentier, le concert  propose en première partie Amor vince ogni cosa, une « pastoraletta » peu connue, en italien, suivie d’une intéressante « sonate à 8 », annonciatrice des meilleures pièces instrumentales de Couperin et de Rameau. Mais c’est La descente d’Orphée aux Enfers, révélée par William Christie et Paul Agnew il y aura bientôt vingt ans, qui attire un très nombreux public. Un mémorable Actéon dans sa version scénique avait été donné, à Lille comme à Dijon, par les mêmes interprètes en 2013.

Le premier acte commence, comme tous les Orphée, par la célébration des noces par les nymphes et les bergers. Eurydice, à peine apparue, est mordue par le serpent. Orphée, désespéré, se voit proposer par son père, Apollon, d’aller la chercher aux Enfers. Son chant, au second acte, émeut les puissances infernales et les Ombres coupables. Proserpine implore Pluton, qui cède, de rendre Eurydice à Orphée. Un chœur des Ombres heureuses, de Furies et de « Fantômes dansants » conclut heureusement l’opéra.

Orphée, chanté par Samuel Boden, est stupéfiant. L’émission colorée, la diction parfaite, la qualité des phrasés emportent l’adhésion. Si sa plainte « Ah ! bergers, c’en est fait, il n’est plus d’Eurydice » nous émeut, c’est dans son air « Eurydice n’est plus », accompagné par les trois violes de gambe, que le sommet est atteint. Katherine Watson, dont on connaît l’art consommé en matière de chant baroque, campe une Eurydice d’une grande vérité. Son chant, toujours frais, naturel, exemplaire, nous fait regretter la disparition prématurée de son héroïne. Malgré la brièveté de son rôle, la Proserpine de Cécile Achille est remarquable : voix bien timbrée, naturellement puissante et expressive. Victor Sicard nous donne un bel Apollon à l’émission chaude et pleine, toujours intelligible. Enfin, Geoffroy Buffière – dont le port et les qualités vocales rappellent étrangement ceux de José van Dam jeune – chante un Pluton impérieux, dont l’humanisation est touchante. Il faudrait encore citer Elodie Kimmel, Eugénie Lefebvre, Jean-Christophe Clair et Matthieu Chapuis car aucun ne démérite. Les ensembles sont un véritable régal, particulièrement le trio formé par Ixion, Tantale et Titie au début du second acte « Affreux tourments, gênes cruelles ». Les chanteurs sont servis par un Concert d’Astrée superlatif, conduit naturellement par Emmanuelle Haïm, aux claviers. Les flûtes, virtuoses et fruitées, les violes, qui équivalent les meilleurs consorts d’Outre-Manche, et le théorbe inventif de Monica Pustilnik servent les voix à merveille. Qu’il s’agisse de l’extrême raffinement, ou de la violence dramatique, la palette expressive et la dynamique renouvellent la lecture de ce trésor du baroque et nous font regretter d’en être resté à une version de concert.

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra de chambre en deux actes de Marc-Antoine Charpentier

Livret, tiré d’Ovide, d’un auteur anonyme

Créé chez Mademoiselle de Guise, en 1687

Version de concert

Détails

Eurydice

Katherine Watson

Daphné

Elodie Kimmel

Aréthuse

Eugénie Lefebvre

Proserpine

Cécile Achille

Orphée

Samuel Boden

Ixion

Jean-Christophe Clair

Tantale

Matthieu Chapuis

Pluton

Geoffroy Buffière

Apollon et Titye

Victor Sicard

Le Concert d’Astrée

Direction musicale

Emmanuelle Haïm

Dijon, Auditorium

Samedi 14 mars 2015, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Quintessence du Lied
Patricia NOLZ, Florian BOESCH
Spectacle