Forum Opéra

OFFENBACH, La Périchole — Asnières

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
25 mai 2019
Oya Kephale au Pérou

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra-bouffe en 3 actes et 4 tableaux de Jacques Offenbach,
livret d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy
Inspiré du Carrosse du Saint-Sacrement de Prosper Mérimée
Version de 1874, créée à Paris (théâtre des Variétés) le 25 avril 1874
(première version créée à Paris, théâtre des Variétés, le 5 février 1868)

Détails

La Périchole
Sonia Jacobson
Piquillo
Gabriel Marie d’Avigneau
Don Andrès de Ribeira, vice-roi
Alexandre Lu Minh
Le Comte de Panatellas
Côme Jocteur-Monrozier
Don Pedro de Hinoyosa
Adrien Le Doré
Le marquis de Tarapote
et un vieux prisonnier

Gauillaume Obry
Premier notaire
Kévin Lérou Pourqué
Second notaire
Jean Baptiste Leguen
Guadalena, première cousine
Manuelita, première dame d’honneur

Constance de Castelbajac
Berginella, deuxième cousine
Frasquinella, deuxième dame d’honneur

Stéphanie Rivage
Mastrilla, troisième cousine
Brambilla, troisième dame d’honneur

Marie-Andine Bouvattier
Clercs de notaire, gardes
Thomas Brouchet
Ghislain Delaporte

Chœur et orchestre Oya Kephale
Direction : Laëtitia Trouvé

Asnières, Théâtre Armande Béjart, 25 mai 2019n 20 h 30

Grand moment d’émotion au théâtre Armande Béjart d’Asnières où l’on vient d’apprendre que cette dernière représentation de La Périchole signait également la fin de la collaboration entre la cheffe d’orchestre Laëtitia Trouvé et l’association Oya Kephale. Pendant 15 ans, en tant que directrice artistique de la troupe, elle a su insuffler une énergie à la fois musicale et d’exigence de qualité à tous les amateurs et professionnels qui sont passés sur le plateau et dans la fosse. Avec pour ligne de mire les grandes opérettes d’Offenbach, dont certaines ont connu sous sa baguette plusieurs productions. En cette année anniversaire, saluons donc bien bas son humanisme et souhaitons-lui encore bien des satisfactions dans les nouveaux généreux projets qu’elle entreprend.

C’est évidemment un peu dommage que la troupe ne se soit jamais trouvé un metteur en scène permanent aussi talentueux. Car autant la qualité musicale a toujours été irréprochable, autant le côté scénique – pourtant très honorable – n’arrive pas au même niveau d’excellence. Et il faut dire qu’avec La Périchole, on mesure les limites de la démonstration. L’œuvre est-elle trop difficile et composite ? Laëtitia Trouvé la définit comme l’opérette la plus aboutie d’Offenbach : « Son écriture magistrale et ce dosage parfait entre humour, colère, bienveillance, tendresse, moquerie et amour fou, font de La Périchole une œuvre exceptionnelle où chaque numéro est un petit bijou d’intelligence musicale. » Mais, de fait, on a ce soir plus l’impression d’assister à une suite de perles formant un somptueux collier, plutôt qu’à un ensemble solidement structuré.


© Photo Emeric Guyard
 

Comme à l’accoutumée, des personnalités se distinguent de l’ensemble. Sonia Jacobson, dont on avait apprécié la Grande Duchesse l’an passé, est une solide Périchole, et même si elle n’en a pas tout à fait le côté mezzo, elle en assume avec brio toutes les facettes lyriques. Elle détaille très joliment ses trois airs, évidemment très attendus, « La lettre », « Je suis un peu grise » et « Mon dieu, que les hommes sont bêtes », sans aucune outrance ni vulgarité, et même peut-être un peu trop sur la retenue, mais c’est en tous cas de la très belle ouvrage. A ses côtés, Gabriel Marie d’Avigneau est un excellent Piquillo, à la voix à la fois claire et nuancée, à l’excellente diction et au jeu scénique accompli. Alexandre Lu Minh est paradoxalement desservi par son allure juvénile, alors que sa voix correspond plutôt bien au Vice-roi. Une mention spéciale pour les trois cousines, en regrettant quand même leur côté bien peu subversif…

Cette nouvelle production de La Périchole présente donc la marque habituelle d’Oya Kephale, une qualité musicale exemplaire en un soin particulier de la prononciation, mais est entachée des mêmes faiblesses que certains des précédents spectacles, avec des costumes plutôt trop traditionnels et moins réussis que d’habitude, des scènes parlées trop longues et pas assez rapides, des chœurs (au demeurant très bons musicalement) coincés dans des attitudes et des mises en place stéréotypées, et certains personnages pas toujours assez clairement caractérisés. Quant à certaines voix un peu tendues, cela peut s’expliquer par le fait de chanter l’œuvre trois soirs de suite, ce que peu de professionnels oseraient envisager.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra-bouffe en 3 actes et 4 tableaux de Jacques Offenbach,
livret d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy
Inspiré du Carrosse du Saint-Sacrement de Prosper Mérimée
Version de 1874, créée à Paris (théâtre des Variétés) le 25 avril 1874
(première version créée à Paris, théâtre des Variétés, le 5 février 1868)

Détails

La Périchole
Sonia Jacobson
Piquillo
Gabriel Marie d’Avigneau
Don Andrès de Ribeira, vice-roi
Alexandre Lu Minh
Le Comte de Panatellas
Côme Jocteur-Monrozier
Don Pedro de Hinoyosa
Adrien Le Doré
Le marquis de Tarapote
et un vieux prisonnier

Gauillaume Obry
Premier notaire
Kévin Lérou Pourqué
Second notaire
Jean Baptiste Leguen
Guadalena, première cousine
Manuelita, première dame d’honneur

Constance de Castelbajac
Berginella, deuxième cousine
Frasquinella, deuxième dame d’honneur

Stéphanie Rivage
Mastrilla, troisième cousine
Brambilla, troisième dame d’honneur

Marie-Andine Bouvattier
Clercs de notaire, gardes
Thomas Brouchet
Ghislain Delaporte

Chœur et orchestre Oya Kephale
Direction : Laëtitia Trouvé

Asnières, Théâtre Armande Béjart, 25 mai 2019n 20 h 30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La guerre à mort
Emmanuelle HAÏM, Corinne WINTERS, Florian SEMPEY
Spectacle
Chaleur d’Il Tamerlano pour une nuit fraîche
Filippo MINECCIA, Ottavio DANTONE, Bruno TADDIA
Spectacle