Forum Opéra

DELIBES, Lakmé — Tours

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
27 janvier 2017
Naissance d’une Lakmé

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes

Livret d’Edmond Gondinet et Philippe Gille

Création le 14 avril 1883 à Paris

Coproduction Staatstheater de Bonn & Opéra-Théâtre de Metz-Métropole

Détails

Mise en scène

Paul-Emile Fourny

Décors

Benoit Dugardyn

Costumes

Giovanna Fiorentini

Chorégraphie

Elodie Vella

Lumières

Patrice Willaume

Lakmé

Jodie Devos

Gérald

Julien Dran

Nilakantha

Vincent Le Texier

Mallika

Madjouline Zerari

Frédéric

Guillaume Andrieux

Mistress Benson

Anna Destraël

Hadji

Carl Ghazarossian

Choeurs de l’Opéra de Tours

Orchestre Symphonique Région Centre-Val de Loire/Tours

Direction musicale

Benjamin Pionnier

Tours, Grand-Théâtre, vendredi 27 janvier, 20h

Réduire Lakmé à son air des clochettes est aujourd’hui position rétrograde. Des interprètes – Dessay, Devieilhe –, des enregistrements – Plasson en tête –, l’épuisement d’un certain snobisme wagnérien ont apporté un nouveau regard sur l’opéra-comique de Léo Delibes, jugé désormais moins désuet que délicat avec son exotisme fragile, ses mélodies subtiles, son orchestration colorée. Si la partition ne saurait se résumer aux acrobaties d’un seul numéro, elle n’en repose pas moins sur le rôle-titre auquel sont confiés non seulement le tintement des clochettes mais aussi plusieurs autres airs, certes moins virtuoses, mais également exigeants en termes de ligne, de style et de diction.

Jodie Devos pour ses débuts sur la scène du Grand-Théâtre du Tours le rappelle à ceux qui continueraient d’avoir une image faussée du chef d’œuvre de Delibes. D’une voix dont la légèreté n’exclut pas la chair et le fruit, sa fille du brahmane n’est jamais si juste que lorsqu’elle déroule gracieusement le fil ininterrompu d’un chant posé sur le souffle. Avec l’extrême suraigu pour limite, ce n’est pas la pyrotechnie que l’on retient d’abord, si précises soient les notes piquées, si nette soit la vocalise, mais le battement gracile du trille, la finesse du trait, la pureté de sons augmentés ou diminués selon l’effet recherché. Une telle Lakmé se consume inévitablement dans un « plus doux rêve » immatériel que viennent froisser les interventions de ses partenaires masculins. Vincent Le Texier, en Nilakantha, privilégie non sans brusquerie le fanatisme religieux à l’amour paternel. Soit méforme (mais pourquoi ne pas avoir fait d’annonce ?), soit inadéquation de la technique vocale au rôle, Julien Dran est un Gérald en difficulté, la projection insuffisante, l’aigu étranglé proche de l’accident, dépourvu de douceur et d’ardeur, les deux piliers sur lesquels doit prendre appui l’officier anglais. Cantonnée au seul duo du jasmin, Majdouline Zerari (Malika) entrelace avec souplesse son mezzo enivrant à la voix de sa comparse et Carl Ghazarossian est un Hadji attachant auquel la pâleur de Gérald donne une présence inhabituelle. N’était Anna Destraël en Mistress Benson, trop digne pour jouer les duègnes, la compagnie des britanniques, dominée par le juvénile Frédéric de Guillaume Andrieux, remplit son joyeux office.


© Marie Petry

Désormais à la tête de la maison et de l’orchestre, Benjamin Pionnier veut ne pas céder à la tentation du kitch. C’est ainsi du moins que nous avons interprété une direction raisonnée, ni trop lyrique dans les épanchements amoureux, ni trop dramatique dans les quelques coups qui secouent la partition  (à commencer par les accords supposés violents de l’ouverture). La greffe avec les forces musicales et chorales  tourangelles semble prendre à travers l’usage chatoyant de teintes pittoresques. Jamais ne nous avait paru aussi flagrante la parenté entre la scène du marché indien et la feria de Séville au 4e acte de Carmen, partition de huit ans antérieure à Lakmé.

Confronté à la délicatesse d’une œuvre qu’un traitement scénique inadapté aurait tôt fait de ringardiser, Paul-Emile Fourny prend le parti de la stylisation. Des moucharabiehs de bois blancs délimitent un espace que les costumes conformes à l’époque du livret aident à situer dans le temps. Cette sobriété est appréciable. Néanmoins, un travail plus fouillé sur le mouvement des protagonistes aurait apporté ce supplément de vie théâtrale qui, en ce soir de première, tintait dans la voix de Jodie Devos.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes

Livret d’Edmond Gondinet et Philippe Gille

Création le 14 avril 1883 à Paris

Coproduction Staatstheater de Bonn & Opéra-Théâtre de Metz-Métropole

Détails

Mise en scène

Paul-Emile Fourny

Décors

Benoit Dugardyn

Costumes

Giovanna Fiorentini

Chorégraphie

Elodie Vella

Lumières

Patrice Willaume

Lakmé

Jodie Devos

Gérald

Julien Dran

Nilakantha

Vincent Le Texier

Mallika

Madjouline Zerari

Frédéric

Guillaume Andrieux

Mistress Benson

Anna Destraël

Hadji

Carl Ghazarossian

Choeurs de l’Opéra de Tours

Orchestre Symphonique Région Centre-Val de Loire/Tours

Direction musicale

Benjamin Pionnier

Tours, Grand-Théâtre, vendredi 27 janvier, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle