Forum Opéra

PURCELL, Odes et autres concerts – Sablé

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
29 août 2023
Brillant finale

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Henry Purcell

From those serene and rapturous joys, ode, Z326

Fly bold rebellion, ode, Z324

Why are all the muses mute, ode, Z343

 

Céline Scheen, Myriam Arbouz, sopranos

Paul Figuier, Anthea Pichanick, altos

David Tricou, Thomas Hobbs, ténors

Benoît Arnould, Edward Grint, basses

 

La Banquet céleste

Direction musicale
Damien Guillon

 

La Flèche, Salle Coppélia, le 26 août 2023, 16h

________________________________________________

 

Je chante la nuit

Chansons et arrangements de compositeurs très variés, de Rameau aux Beatles, Charles Trénet et Paolo Conte, en passant par Bizet, Debussy, Ravel et autres

Ma p’tite chanson

Agathe Peyrat, chant et ukulele

Pierre Cussac, accordéon de concert et chant

Sablé, Espace Madeleine Marie, le 26 août 2023, 18h15

___________________________________________

 

Amore siciliano

Cecilia
Ana Vieira Leite

Donna Isabella
Mariana Flores

Santino
Léo Fernique

Don Lidio
Valerio Contaldo

Giuseppe (Peppino)
Matteo Bellotto

Cappella Mediterranea

Direction musicale

Leonardo García Alarcón

 

Sablé, Scène Joël Le Theule, le 26 août 2023, 20h30

La dernière journée de ce 45e festival aura été la plus riche, tant par la quantité d’événements offerts que par leur richesse et leur qualité. Avec pas moins de huit activités en cinq lieux différents, à Sablé et à La Flèche, il fallait être marathonien confirmé pour bénéficier de tout le programme. Visite, conférence, rencontre, ateliers, ouverts à chacun, animés par de prestigieux artistes, précédaient trois concerts d’un égal intérêt.

A La Flèche, le Banquet céleste, avec huit chanteurs, proposait trois odes de cour – rares – de Purcell. Sans entrer dans les détails de chacune, soulignons combien les expressions en étaient variées, servies par des solistes aussi unis qu’on puisse le souhaiter dans un chœur très homogène et équilibré, qu’individualisés et brillants dans leurs interventions, seuls ou en petits ensembles. Aussi remarquables l’un que l’autre, les deux ténors (David Tricou et Thomas Hobbs) d’émission très différente, le contre-ténor Paul Figuier et Anthea Pichanick, pour les parties d’alto, les basses Benoît Arnould et Edward Grint, somptueux, enfin Céline Scheen et Myriam Arbouz pour couronner le tout, nous ont ravi. Nous devons également ces excellents moments aux instruments, animés, tout aussi investis sous la direction de Damien Guillon.

De toute autre nature était le concert suivant, prévu en plein air, donc amplifié, mais que les intempéries ont contraint de rapatrier dans la vaste salle de l’Espace Madeleine Marie de Sablé. Le public le plus divers se bousculait pour trouver un siège libre. Duo insolite, pour d’improbables musiques, toutes également séduisantes : Agathe Peyrat, soprano de culture classique, au large ambitus et à la diction exemplaire, aux couleurs adaptées à chaque pièce, jouant (fort bien) de l’ukulele, s’est associée à Pierre Cussac, dont la maîtrise de l’accordéon de concert est exemplaire. De surcroît, les interventions vocales de ce dernier ajoutent encore à la palette. Le programme associe des chansons (de Paolo Conte à Brigitte Fontaine – Eternelle – et Trénet (le soleil a rendez-vous avec la lune) à des mélodies de Debussy, des airs lyriques (ainsi l’air de Zurga des Pêcheurs de perles…) dont l’intelligence des interprétations force l’admiration. Le clou du spectacle : un Boléro de Ravel où les voix, l’ukulele en guise de caisse claire, et un accordéon magistral, restituent l’incroyable progression, avec sa modulation attendue et son délire sonore. Un exploit, où l’humour le dispute à la tendresse.

Enfin, Amore siciliano, dont Leonardo García Alarcón avait dévoilé la gestation le matin même, allait triompher devant une salle enthousiaste. L’ouvrage est connu : une trame narrative empruntée à une chanson calabraise (la canzone di Cecilia) va nourrir ce pasticcio, où des pièces du baroque italien ou de la tradition orale vont s’enchaîner harmonieusement pour un opéra émouvant, servi magistralement. On ne sait qu’admirer le plus : les talents du chef argentin, auteur, de Quito Gato, arrangeur de cette pièce, ou bien la réalisation achevée plus que jamais (1). L’ouvrage a gagné en densité comme en concision, et l’émotion portée par la Cappella Mediterranea (2) comme le chant des solistes, proprement habités par leur personnage, emportent l’adhésion de chacun. Ana Vieira Leite, admirable Cecilia, et Matteo Bellotto, qui chante Peppino, son amant, étaient des représentations précédentes auxquelles nous avons assisté. Valerio Contaldo, don Lidio, et la Donna Isabella de Mariana Flores, au chant flamboyant nous étaient familiers. Une belle découverte que le Santino de Leo Fernique, contre-ténor stupéfiant d’aisance, aux couleurs chaudes et à la projection idéale.

Aux acclamations de la salle, répondent deux généreux bis, le dernier étant une chanson argentine confiée à Mariana Flores accompagnée par Quito Gato (dont l’enregistrement – Alfonsina – est attendu). Une soirée que chacun gardera en mémoire.

(1) Forumopéra avait rendu compte de deux productions de cette œuvre (à Froville, que dirigeait alors Laure Baert ; puis à Dijon).
(2) Où une nouvelle violoncelliste (Karolina Plywaczewska), remarquable, s’est parfaitement intégrée : son jeu est un modèle difficilement surpassable.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Henry Purcell

From those serene and rapturous joys, ode, Z326

Fly bold rebellion, ode, Z324

Why are all the muses mute, ode, Z343

 

Céline Scheen, Myriam Arbouz, sopranos

Paul Figuier, Anthea Pichanick, altos

David Tricou, Thomas Hobbs, ténors

Benoît Arnould, Edward Grint, basses

 

La Banquet céleste

Direction musicale
Damien Guillon

 

La Flèche, Salle Coppélia, le 26 août 2023, 16h

________________________________________________

 

Je chante la nuit

Chansons et arrangements de compositeurs très variés, de Rameau aux Beatles, Charles Trénet et Paolo Conte, en passant par Bizet, Debussy, Ravel et autres

Ma p’tite chanson

Agathe Peyrat, chant et ukulele

Pierre Cussac, accordéon de concert et chant

Sablé, Espace Madeleine Marie, le 26 août 2023, 18h15

___________________________________________

 

Amore siciliano

Cecilia
Ana Vieira Leite

Donna Isabella
Mariana Flores

Santino
Léo Fernique

Don Lidio
Valerio Contaldo

Giuseppe (Peppino)
Matteo Bellotto

Cappella Mediterranea

Direction musicale

Leonardo García Alarcón

 

Sablé, Scène Joël Le Theule, le 26 août 2023, 20h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Cecilia Bartoli et Andreas Scholl comme au bon vieux temps !
Cecilia BARTOLI, Andreas SCHOLL, Sara MINGARDO
Spectacle