Forum Opéra

Récital Jodie Devos – La Côte-Saint-André

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
28 août 2023
Puissante simplicité

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Jean-Philippe Rameau
Naïs, Ouverture, Chaconne pour les lutteurs
Dardanus (1744), Bruit de guerre
Dardanus (1739), Tambourins
Castor et Pollux, Premier et deuxième airs pour une Spartiate, Premier air pour quatre Athlètes, « Tristes apprêts »
Hippolyte et Aricie (1742), Tonnerre
Les Indes galantes : « Ranimez vos flambeaux »,  « Viens Hymen », Chaconne pour tous les Peuples, Air pour les Esclaves africains, Premier tambourin pour les Matelots provençaux et matelotes provençales
Zoroastre (1749), « Reviens, c’est l’amour qui t’appelle » , « Règne amour »
Zoroastre (1756), « L’Amour vole »
Les Fêtes de l’Hymen et de l’Amour, « Amour, lance tes traits »
Les Sybarites, « L’Amour amène Mars » , Air pour les Lutteurs Crotoniates

Antoine Dauvergne
Hercule mourant : Air pour les peuples, « Triomphe aimable paix », Menuets, Contredanse, « Quelle voix suspend mes alarmes ? », Premier et deuxième airs des Africains

 

Jodie Devos, soprano

Jeune Orchestre Rameau

Direction musicale

Bruno Procopio

Chapelle de la Fondation des Apprentis d’Auteuil, lundi 21 août 2023, 21h

On connait l’intérêt voire l’admiration de Berlioz pour le répertoire lyrique français des deux siècles précédant le sien : fervent amateur de Gluck surtout, reconnaissant également Rameau, compositeur alors complétement oublié, sur lequel Berlioz a écrit plusieurs articles élogieux et dont il avait lu les écrits théoriques. Que le prestigieux festival que lui consacre son village natal décide cette année de programmer un récital largement consacré au maitre dijonnais est donc bien plus qu’une bonne idée de musicologue.

Dans le cadre de la chapelle de la Fondation Apprentis d’Auteuil, à la fois vaste par ses dimensions et intime par son acoustique, étonnamment peu réverbérée, le concert de ce soir frise la perfection. Le Jeune Orchestre Rameau met-il du temps à se chauffer ou les dissonances et décalages sont-ils voulus par Rameau lui-même dans la décidément détonante ouverture de Naïs ? Sans doute un peu des deux car la suite du concert les voient rigoureux, précis, équilibrés, dansants et loyaux à la baguette d’un Bruno Procopio qui n’a pas peur de bousculer une certaine tradition interprétative. Nous n’avons, par exemple, pas souvenir d’avoir entendu des cordes aussi présentes dans l’introduction de « Tristes apprêts ». L’effet est très réussi, le malaise de Telaïre semble nous gagner, sa fébrilité, tandis que son hébétude est portée par un basson bien moins solitaire qu’à l’habitude. Signalons également le souci musicologique qui a présidé à l’élaboration de ce programme : outre une version rare du Tonnerre d’Hyppolite et Aricie datant de 1742 (et recréée par ce même orchestre en 2021 seulement), de larges extraits de son talentueux, mais toujours méconnu, contemporain Antoine Dauvergne ont été insérés. Enfin il n’est pas si courant d’entendre des extraits des Sybarites ou ces tambourins-ci de Dardanus. A coté des raretés, beaucoup de tubes aussi, dont la chaconne finale des Indes Galantes, une des plus belles et difficiles page de Rameau. Cette heure et demie de musique n’avait donc rien d’un parcours de santé pour la trentaine de musiciens réunis, et leur réussite est d’autant plus éclatante qu’ils ont peu l’habitude de jouer ensemble et sont pour beaucoup de jeunes musiciens (le – très bon – timbalier est-il seulement majeur ?) issus de conservatoires supérieurs de musique du monde entier, épaulés par des professionnels plus confirmés. Bien sûr le trac s’en mêle parfois un peu : le trompettiste surexposé dans la Chaconne pour tous les Peuples n’évite pas quelques fausses notes, mais il se surpassera, osant même quelques variations jazzy lors du bis de ce même morceau. On regrette de ne pouvoir entendre plus souvent cet ensemble et espérons sincèrement que ce programme fera l’objet d’une tournée, voire d’un disque.

© Bruno Moussier

Et que serait un tel écrin sans une pierre précieuse ? Celle de ce soir n’a rien d’un gros diamant tape-à-l’œil, ce serait plutôt une perle brillante et simple, belle dans la régularité de son éclat. Jodie Devos est maintenant bien connue des mélomanes pour avoir redonné vie à des morceaux pour coloratures du répertoire français du XIXe avec pour armes principales un français cristallin, un timbre richement coloré et un naturel désarmant qui attire la sympathie, tout en faisant oublier des suraigus souvent tendus. Or point de suraigus chez Rameau, la chanteuse peut ce soir se concentrer sur tout ce qui fait son charme. Là où beaucoup gonflent leur voix pour donner aux mots leur poids tragique, Jodie Devos ne cherche pas à se faire plus grosse que le mythe. A l’inverse, son naturel l’éloigne de l’affèterie qui peut vite salir les ailes de tous ces amours volants. Elle est proche de notre idéal pour ce répertoire. On admire le mélange de sincérité et délicatesse par lequel elle aborde « Viens Hymen » et si le « Triomphe aimable paix » de Dauvergne la voit moins à son aise, quel éclatant « Règne amour » de Zoroastre aux aigus solides et souples, contrastant avec un « Tristes apprêts » dépouillé, à la prononciation parfaite, nette sans introduire trop d’angles dans une émission qui conserve toute sa rondeur ! Un mot enfin sur son « Aux langueurs d’Apollon » : une Folie douce, sans histrionisme, aux excès purement belcantiste qui font déborder une pulpe vocale intacte, une Folie un peu timide certes, mais que ce sourire en coin est agréable, qu’il est aimable, pour qui veut bien perdre sa férocité.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Jean-Philippe Rameau
Naïs, Ouverture, Chaconne pour les lutteurs
Dardanus (1744), Bruit de guerre
Dardanus (1739), Tambourins
Castor et Pollux, Premier et deuxième airs pour une Spartiate, Premier air pour quatre Athlètes, « Tristes apprêts »
Hippolyte et Aricie (1742), Tonnerre
Les Indes galantes : « Ranimez vos flambeaux »,  « Viens Hymen », Chaconne pour tous les Peuples, Air pour les Esclaves africains, Premier tambourin pour les Matelots provençaux et matelotes provençales
Zoroastre (1749), « Reviens, c’est l’amour qui t’appelle » , « Règne amour »
Zoroastre (1756), « L’Amour vole »
Les Fêtes de l’Hymen et de l’Amour, « Amour, lance tes traits »
Les Sybarites, « L’Amour amène Mars » , Air pour les Lutteurs Crotoniates

Antoine Dauvergne
Hercule mourant : Air pour les peuples, « Triomphe aimable paix », Menuets, Contredanse, « Quelle voix suspend mes alarmes ? », Premier et deuxième airs des Africains

 

Jodie Devos, soprano

Jeune Orchestre Rameau

Direction musicale

Bruno Procopio

Chapelle de la Fondation des Apprentis d’Auteuil, lundi 21 août 2023, 21h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Un choc, à la séduction et à la force renouvelées
Leonardo GARCÍA ALARCÓN, Ted HUFFMAN, Jasmin DELFS
Spectacle