Forum Opéra

MONTEVERDI, L'Incoronazione di Poppea — Aix-en-Provence

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
18 juillet 2022
La promesse des fleurs

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Dramma per musica en un prologue et trois actes

Composé par Claudio Monteverdi

Livret de Giovanni Francesco Busenello

Créé à Venise, au Teatro San Giovanni e Paolo en 1642 ou 43

Détails

Mise en scène

Ted Huffman

Décors, concept original

Johannes Schütz

Décors, adaptations

Anna Wörl

Costumes

Astrid Klein

Lumière

Bertrand Couderc

Collaborateur aux mouvements et maître d’armes

Pim Veulings

Dramaturgie

Antonio Cuenca Ruiz

Poppea

Jacquelyn Stucker

Nerone

Jake Arditti

Ottavia / Virtù

Fleur Barron

Ottone

Paul-Antoine Bénos-Djian

Seneca

Alex Rosen

Arnalta / Nutrice / Famigliare I

Miles Mykkanen

Fortuna / Drusilla

Maya Kherani

Amore / Valletto

Julie Roset

Lucano / Soldato I / Famigliare II

Laurence Kilsby

Liberto / Soldato II

Riccardo Romeo

Littore / Famigliare III

Yannis François

Cappella Mediterranea

Direction musicale

Leonardo García Alarcón

Festival Aix-en-Provence, Théâtre du Jeu de Paume, dimanche 16 juillet, 17h

Le Couronnement de Poppée forme la jeunesse. Après l’Opéra national de Paris cette saison, c’est au tour des chanteurs de l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence d’affûter leur talent sur le chef d’œuvre de Monteverdi. Leonardo García Alarcón à la tête de sa Cappella Mediterranea leur offre un soutien musical sans faille. La basse continue impulse au recitar cantando un flux généreux où les émotions jaillissent au gré du texte en un large éventail de rythmes et de couleurs. 

A la mise en scène, Ted Huffmann choisit de conserver l’esprit d’atelier théâtral. Seul un tube géant, vite expédié dans les cintres, occupe l’espace. Sur le plateau vide, des portants de costume tiennent lieu d’accessoires. Passé le prologue, l’ensemble de la troupe investit une scène qu’elle ne quittera plus, chacun attendant sur les côtés le moment d’intervenir au centre. Les chanteurs sont-ils encore leurs personnages lorsqu’ils se trouvent ainsi placés sur la touche ? Telle est la question souhaitée. Cette mise en abyme impose un travail précis sur le geste et le motif. Aux affusions musicales répond un engagement physique des premiers comme des seconds rôles, tous investis sans condition, tous invités à traduire sur le vif la complexité des sentiments en jeu. S’il y a leçon, elle est de théâtre. 


© Ruth Walz

Le chant, lui, est en fleurs. Une salle d’une taille aussi modeste que le Théâtre du Jeu de Paume autorise le murmure, voire l’exige. Ce n’est que dans le dernier monologue d’Ottavia que Fleur Barron en prend conscience – et soudain le personnage existe quand auparavant il n’était qu’esquissé. Miles Mykkanen serait impayable dans le double rôle d’Arnalta et de la Nourrice – quelle énergie, quelle vis comica ! – s’il ne péchait par excès de décibels, et Julie Roset serait le plus délicieux des Amore, le plus mutin des Valletto si elle ne confondait trop souvent stridence et expression. Les soupirs amoureux du couple inique – Poppea (Jacquelyn Stucker) et Néron (Jake Arditti) – aimeraient autant de sensualité mais plus de nuances, tout comme les soliloques de Seneca (Alex Rosen) ou les tirades de Drusilla (Maya Kherani) voudraient plus d’intentions pour mieux animer le marbre prometteur de leur jeune voix. Seul finalement, Paul-Antoine Bénos-Djian réussit à rendre palpables les errements d’Ottone par la magie d’un chant qui puise dans le mot et le souffle son large Pantone. 

C’est à son exemple que les fruits tiendront la promesse de fleurs suffisamment épanouies cependant pour recevoir au tomber de rideau leur part légitime d’applaudissements. 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Dramma per musica en un prologue et trois actes

Composé par Claudio Monteverdi

Livret de Giovanni Francesco Busenello

Créé à Venise, au Teatro San Giovanni e Paolo en 1642 ou 43

Détails

Mise en scène

Ted Huffman

Décors, concept original

Johannes Schütz

Décors, adaptations

Anna Wörl

Costumes

Astrid Klein

Lumière

Bertrand Couderc

Collaborateur aux mouvements et maître d’armes

Pim Veulings

Dramaturgie

Antonio Cuenca Ruiz

Poppea

Jacquelyn Stucker

Nerone

Jake Arditti

Ottavia / Virtù

Fleur Barron

Ottone

Paul-Antoine Bénos-Djian

Seneca

Alex Rosen

Arnalta / Nutrice / Famigliare I

Miles Mykkanen

Fortuna / Drusilla

Maya Kherani

Amore / Valletto

Julie Roset

Lucano / Soldato I / Famigliare II

Laurence Kilsby

Liberto / Soldato II

Riccardo Romeo

Littore / Famigliare III

Yannis François

Cappella Mediterranea

Direction musicale

Leonardo García Alarcón

Festival Aix-en-Provence, Théâtre du Jeu de Paume, dimanche 16 juillet, 17h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

A l’école de la rue
Yshani PERINPANAYAGAM, Ted HUFFMAN, Margarita POLONSKAYA
Spectacle