Forum Opéra

MOUSSORGSKI, Boris Godounov – Paris

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
4 mars 2024
L’Histoire se répète, le metteur en scène aussi

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en 7 scènes
Musique et livret de Modeste Moussogsky d’après Boris Godounov d’Alexandre Pouchkine.

(Première version, de 1869)

Créé le 8 février 1874 à Saint-Petrsbourg, Théâtre Mariinski (pour la deuxième version)

Détails

Mise en scène
Olivier Py

Décors et costumes
Pierre-André Weitz

Lumières
Bertrand Killy

 

Boris Godounov
Alexander Roslavets

Fiodor
Victoire Bunel

Xenia
Lila Dufy

La Nourrice
Svetlana Lifar

Le Prince Vassili Chouïski
Marius Brenciu

Andrei
Mikhail Timoshenko

Pimène
Roberto Scandiuzzi

Le faux Dimitri / Grigori
Airam Hernandez

Varlaam
Yuri Kissin

Missail
Fabien Hyon

L’aubergiste
Sarah Laulan

L’innocent
Kristofer Lundin

Nikititch
Sulkhan Jaiani

Mitioukha
Barnaby Rea

 

Orchestre National de France

Chœur de l’Opéra national du Capitole
Maîtrise des Hauts-de-Seine

Direction musicale
Andris Poga

Paris, Théâtre des Champs-Élysées, mercredi 28 février 2024, 19h30

Créée à Toulouse, la production d’Olivier Py arrive au Théâtre des Champs-Elysées, et malgré la défection de Mathias Goerne, offre plus de plaisir musical que scénique. Le prolifique metteur en scène semble plus attaché à souligner l’actualité de cette histoire qu’à diriger un drame shakespearien dont il ne compense malheureusement que peu les maladresses d’écriture, voire rend difficilement lisible des scènes pourtant évidentes : le statisme du chœur et la pauvre direction des figurants (on croirait presque que les militaires répriment une émeute) lors du prologue rendent incompréhensible la manipulation du peuple ou ses chamailleries tragi-comiques. Sans parler de cette ballerine qui danse face à un soldat ivre pendant la scène du couronnement. L’effort pédagogique est donc lourdement appuyé : l’action est transposée au XXe siècle, un immense Z occupe le mur de scène du prologue, la façade du palais est celle de la Douma à Moscou et se retourne pour laisser voir des façades d’immeubles éventrées (sans doute une évocation des bombardements en Ukraine) lors du tableau de la taverne, et les nombreuses autres allusions (déjà détaillées par notre confrère) semblaient ne pas suffire : Boris lance son monologue devant une toile peinte sur laquelle Poutine fait face à Staline, et Fiodor joue à faire virevolter une mappemonde gonflable (la « carte de Russie ») comme Charlie Chaplin singeant Hitler. Quelques réussites plus fines tout de même : l’apparition de l’innocent dès le lever de rideau qui singe le tsar (il réapparaitra travesti, pied de nez à la masculinité toxique des autocrates russes) ; le rideau de scène, toile de fonds de la folie de Boris peuplée de troncs d’arbres formant une sombre forêt infinie, laquelle finira par s’enflammer pour voir Boris s’effondrer, accompagné seulement de son fils qui s’enfuit, tandis que Grigori s’empare du bonnet de Monomaque, le viseur du pistolet de Chouïski pointé sur lui. Mieux vaut tout de même avoir révisé son histoire russe pour comprendre. Belles réussites également de Bertrand Killy dont les lumières stroboscopiques permettent de belles apparitions du fantôme de Dimitri (dont la minuscule tombe hante l’avant-scène) ou jouent avec le cadre de scène pour amplifier l’espace scénique. On retrouve en outre des éléments habituels de la poétique scénique de Py (les hautes façades dorées à alcôve, les néons qui clignotent, la prostituée au mascara dégoulinant, les hommes torse nu…), sans distiller d’autres parfums que celui du déjà-vu.

© Mirco Magliocca

Musicalement, le compte y est davantage, mais quitte à jouer la version de 1869, plus théâtrale et sèche, on aurait aimé plus de relief, de drame et de rugosité. Andris Poga à la tête de l’Orchestre National de France soigne la beauté du son et se montre attentif à ne pas saturer l’espace sonore, ce qui est très appréciable pour le très bon Chœur de l’Opéra National du Capitole qui peut impressionner sans hurler malgré leur effectif réduit. Hélas, les différentes populations sont insuffisamment caractérisées et le chef ne réussit pas à rendre sensible la tension angoissante, la course à l’abime, l’effroi qui habite ce drame. Un peu comme si la sérénité lénifiante de Pimène était à la baguette. Parmi les seconds rôles, nous n’avons pas apprécié l’émission un peu trop relâchée de l’Innocent de Kristofer Lundin, trouvé un peu maigre le Varlaam de Yuri Kissin, et reconnaissons avoir peu de souvenir de Missaïl, Mitioukha et de la nourrice. Louons cependant la présence dévastatrice du Nikititch de Sulkhan Jaiani, et la belle contenance de l’Andreï de Mikhail Timoshenko. Airam Hernandez et Sarah Laulan sont prometteurs, mais sans acte polonais pour le premier, ni chanson du canard pour la seconde, difficile de transformer l’essai. La très intense Xenia de Lila Dufy et le Fiodor plein de vie de Victoire Bunel réussissent néanmoins à briller malgré la brièveté de leur intervention. Roberto Sciandiuzzi est un Pimène décevant, qui offre certes ses longues années de carrière au service de la vieillesse du personnage, mais n’arrive jamais à en faire le prophète implacable et menaçant qui précipitera la chute du tsar. Marius Brenciu campe un Chouïski éclatant, un peu trop sans doute, difficile d’entendre de l’arrogante fourberie ici. Franc succès pour finir que le magnifique Boris d’Alexander Roslavets qui hésite constamment entre la puissance et la fragilité, sait effrayer autant qu’émouvoir sans jamais sombrer dans la caricature.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en 7 scènes
Musique et livret de Modeste Moussogsky d’après Boris Godounov d’Alexandre Pouchkine.

(Première version, de 1869)

Créé le 8 février 1874 à Saint-Petrsbourg, Théâtre Mariinski (pour la deuxième version)

Détails

Mise en scène
Olivier Py

Décors et costumes
Pierre-André Weitz

Lumières
Bertrand Killy

 

Boris Godounov
Alexander Roslavets

Fiodor
Victoire Bunel

Xenia
Lila Dufy

La Nourrice
Svetlana Lifar

Le Prince Vassili Chouïski
Marius Brenciu

Andrei
Mikhail Timoshenko

Pimène
Roberto Scandiuzzi

Le faux Dimitri / Grigori
Airam Hernandez

Varlaam
Yuri Kissin

Missail
Fabien Hyon

L’aubergiste
Sarah Laulan

L’innocent
Kristofer Lundin

Nikititch
Sulkhan Jaiani

Mitioukha
Barnaby Rea

 

Orchestre National de France

Chœur de l’Opéra national du Capitole
Maîtrise des Hauts-de-Seine

Direction musicale
Andris Poga

Paris, Théâtre des Champs-Élysées, mercredi 28 février 2024, 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Crac, boum, hue
Jeanne CROUSAUD, Emily WILSON
Spectacle