Forum Opéra

Concert Mozart – Beaune

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
24 avril 2023
For Ever Mozart

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Wolfgang Amadeus Mozart

Sonates pour piano K 533 et 576

Ariette, lieder, extraits d’opéras, air de concert

Détails

Wolfgang Amadeus Mozart

Sonate en ré majeur pour piano, K 576

Dans un bois solitaire et sombre (Antoine Houdart de la Motte), K 308 (295b)

An Chloe (J. G. Jacobi), K 524

Der Zauberer (C.F. Weisse), K 472

Das Veilchen (Goethe), K 476

Als Luise die Briefe (Gabriele vom Baumberg), K 520

Abendempfindung (Johann Heinrich Kampe), K 523

Sonate en si bémol majeur pour piano, K 333

Idomeneo : n°19 « Zeffiretti lusinghieri » (Ilia)

Cosi fan tutte : n°19 « Una donna a quindici anni » (Despina)

Le Nozze di Figaro : n°27 « Giunse al fin… Deh vieni non tardar » (Suzanna)

Air de concert: « Per pietà bell’idol mio» (Metastasio), K 78 (73b)

 (bis) Le Nozze di Figaro : n° 13 « Voi che sapete » (Cherubino)

 

SunHae Im, soprano

Momo Kodama, piano

 

Beaune, Festival Beethoven, La Lanterne magique, 21 avril 2023, 20h

Pour la cinquième édition du Festival Beethoven, qu’il a créé à Beaune, le violoncelliste Sud-Coréen Sung-Won Yang a réuni quelques-uns de nos meilleurs interprètes pour un beau programme, où, de Bach à Schubert, la musique de chambre est à l’honneur, sous le signe du partage. Le second concert, consacré à Mozart, fait la part belle à la voix, intime comme lyrique. Deux artistes d’exception, d’origine extrême-orientale, vont s’y rencontrer pour conjuguer leurs talents. La soprano coréenne SunHae Im s’est fait connaître dans nombre d’œuvres baroques et classiques qu’elle a illustrées sous la direction de René Jacobs, Fabio Biondi et de tant d’autres, sans négliger le répertoire du XXe siècle (Erwin Schulhoff, tout particulièrement). De Bach à la création contemporaine, de l’Orient à l’Occident, avec une prédilection pour Mozart et Messiaen (1), disciple d’Yvonne Loriod, la pianiste franco-japonaise Momo Kodama n’a plus à faire ses preuves. En outre, elle a formé avec sa sœur Mary un des duos de pianistes les plus renommés.

Leur réunion, initiée par le Festival, est une première. Le programme, élaboré avec soin, nous permet d’écouter des lieder trop rares dans nos salles de concert. Sollicitant peu la technique, leur apparente simplicité interdit de dissimuler les limites de l’intelligence musicale des interprètes, à la différence de pièces brillantes, virtuoses. Loin des lectures appliquées, scolaires, seuls d’authentiques musiciens ont capacité à leur rendre vie. Six lieder – dont l’ariette française qui ouvre l’intervention de notre soprano –, trois airs d’opéras et un air de concert en seconde partie, une sonate pour piano ouvrant chacune d’elles, voilà un équilibre et une progression admirables.

Commençons par les sonates. Bien que dans toutes les oreilles (peut-être les doigts de certains) nous découvrons une dimension insoupçonnée à l’ultime (de juillet 1789), en ré. La fantaisie des épisodes, où la fausse naïveté (« facile ») alterne avec l’invention harmonique et contrapuntique, renouvelle l’écoute en nous entraînant au cœur de la création mozartienne des dernières années. La profonde intelligence du texte, servie par une riche palette sonore et un toucher exemplaire, se confirmera avec celle en si bémol, de dix ans antérieure. Nous en retiendrons surtout l’andante cantabile et le finale en forme de rondo, qui nous réserve bien des surprises, dans un climat changeant, du pathétique à la désinvolture et au feu d’artifice. Avec Momo Kodama, nous tenons une exceptionnelle mozartienne, qui nous fait oublier nos précédentes références.

Elle mettra ses éminentes qualités au service de l’accompagnement des pièces chantées, avec une complicité d’autant plus remarquable que les artistes n’avaient jamais eu l’occasion de jouer ensemble. Malgré certains textes très datés, aucune affectation ni minauderie, pas davantage que de dramatisation expressive : chacune sert le propos avec naturel, simplicité, fraîcheur et sincérité.

Les poèmes sont illustrés avec un sens rare de la narration (2). SunHae Im, outre ses qualités de chant, est une délicieuse conteuse, qui cisèle chaque mot, sculpte chaque phrase, tout en conduisant la ligne vocale avec art. Que ne chante-t-on plus souvent les deux ariettes françaises que Mozart écrivit en 1778 ? « Dans un bois solitaire et sombre », que nous écoutons ce soir, est un petit drame annonciateur de « Das Veilchen », avec son caractère juvénile, son ardeur, et son épisode pathétique. « An Chloe », adolescent lui aussi, chaleureux, « Der Zauberer », fiévreux, troublé, renouvelé à chaque couplet, apparaissent comme de sympathiques épisodes par rapport aux deux derniers lieder de la soirée. « Als Luise die Briefe » où le feu ne brûle pas seulement les lettres d’amour (3), « Abendempfindung », ému, crépusculaire, schubertien avant l’heure, avec sa partie récitative, sont d’authentiques chefs-d’œuvre.

Les textes, magnifiés, permettent à SunHae Im d’en traduire la moindre intention. Avec un médium fruité, chaleureux, des aigus tout juste acidulés, la voix est sonore qui fera merveille dans les rôles (4) qu’elle incarnera ensuite. Les caractères, les situations sont bien différenciés, et nos deux complices excelleront dans l’exercice. Comédienne accomplie, notre soprano rayonne, avec vivacité, tendresse, c’est un délice empreint d’émotion. La conduite du chant, le soutien, le style, l’égalité des registres, l’aisance, le modelé de chaque phrase, tout concourt à notre bonheur. Il en va de même dans le « Per pietà » (à ne pas confondre avec l’air de concert pour ténor, K 420), cantilène à quatre couplets, créée à Milan. Les quatre vers de Métastase suffisent à nourrir l’inspiration du prodigieux gamin de 13 ans… Aucune intention démonstrative, après un récitatif introductif, c’est un air à reprises variées, avec un passage pathétique central. Le public est conquis, sous le charme, et ses acclamations appellent un bis, le « Voi che sapete » que chante Chérubin, ému, épris de la Comtesse, est un bonheur supplémentaire.

(1) Le prochain festival Messiaen, à La Meije, l’accueillera pour les 13 pièces de Catalogue d’oiseaux  (le 21 juillet).

(2) Le très nombreux public se voyait proposer une brève présentation souriante de chaque sonate, de chaque groupe de mélodies ou d’airs, en français comme en anglais.

(3) 28 ans après, Schubert composera un lied de réponse « Luisens Antwort », D 319.

(4) Tour à tour Ilia (Idomeneo), Despina (Cosi fan tutte), Suzanna et Cherubino – en bis – (Le Nozze di Figaro)

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Wolfgang Amadeus Mozart

Sonates pour piano K 533 et 576

Ariette, lieder, extraits d’opéras, air de concert

Détails

Wolfgang Amadeus Mozart

Sonate en ré majeur pour piano, K 576

Dans un bois solitaire et sombre (Antoine Houdart de la Motte), K 308 (295b)

An Chloe (J. G. Jacobi), K 524

Der Zauberer (C.F. Weisse), K 472

Das Veilchen (Goethe), K 476

Als Luise die Briefe (Gabriele vom Baumberg), K 520

Abendempfindung (Johann Heinrich Kampe), K 523

Sonate en si bémol majeur pour piano, K 333

Idomeneo : n°19 « Zeffiretti lusinghieri » (Ilia)

Cosi fan tutte : n°19 « Una donna a quindici anni » (Despina)

Le Nozze di Figaro : n°27 « Giunse al fin… Deh vieni non tardar » (Suzanna)

Air de concert: « Per pietà bell’idol mio» (Metastasio), K 78 (73b)

 (bis) Le Nozze di Figaro : n° 13 « Voi che sapete » (Cherubino)

 

SunHae Im, soprano

Momo Kodama, piano

 

Beaune, Festival Beethoven, La Lanterne magique, 21 avril 2023, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Ce rôle lui va si bien
Daniele RUSTIONI, Ermonela JAHO, Adam SMITH
Spectacle