Forum Opéra

OFFENBACH, Barbe-Bleue – Lyon

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
29 janvier 2024
Désacralisation du monstre

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra bouffe en trois actes de Jacques Offenbach
sur un livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy,
créé le 5 février 1866 à Paris (Théâtre des Variétés)

Détails

Mise en scène et costumes
Laurent Pelly

Adaptation des dialogues
Agathe Mélinand

Décors
Chantal Thomas

Lumières
Joël Adam

 

Barbe-Bleue
Florian Laconi

Prince Saphir
Jérémy Duffau

Fleurette
Jennifer Courcier

Boulotte
Héloïse Mas

Popolani
Guillaume Andrieux

Comte Oscar
Thibault de Damas

Roi Bobèche
Christophe Mortagne

Reine Clémentine
Julie Pasturaud

Alvarez
Dominique Beneforti

Héloïse
Sharona Applebaum

Eleonore
Marie-Ève Gouin

Isaure
Alexandra Guerinot

Rosalinde
Pascale Obrecht

Blanche
Sabine Hwang-Chorier

 

Chœurs de l’Opéra de Lyon

Direction des Chœurs
Benedict Kearns

 

Orchestre de l’Opéra de Lyon

Direction musicale
James Hendry

 

Opéra National de Lyon, mercredi 24 janvier 2024 à 20h

On ne se lasse pas, bien sûr, des opéras d’Offenbach, pas plus que des contes de fées. Ça tombe bien, Barbe-Bleue est précisément l’un et l’autre – un conte horrible repris au prisme hilarant d’une bouffonnerie mâtinée de nonsense s’aventurant parfois dans le registre de la satire sociale et politique. La reprise de la production de 2019 est un nouveau succès auprès du public lyonnais : près d’un lustre plus tard, le spectacle n’a pas pris une ride, et le plaisir reste intact. Nous avions rendu compte à l’époque des qualités de la mise scène dynamique de Laurent Pelly, forte d’une dimension intemporelle qui lui permet de continuer à brocarder les représentations convenues de la campagne et de la cour, les clichés sur les chaumières et les palais autant que la répartition genrée des rôles, et de désacraliser le monstre (tant il est vrai que le personnage de Barbe-Bleue, outre l’héritage de Perrault, incarne ici, commediante, tragediante, un acteur sans cesse en représentation, dans une mise en abyme typique de l’œuvre d’Offenbach).

On retrouve cette année une partie de la distribution, dont les interprètes nous semblent avoir conservé les mêmes qualités déjà soulignées : en premier lieu Héloïse Mas, désormais Boulotte d’anthologie, dotée d’un mezzo puissant, oscillant avec beaucoup de justesse entre le comique le plus débridé et l’émotion la plus sincère ; Christophe Mortagne en roi Bobèche, amusant tyranneau de comédie dont le grotesque masque l’ignominie ; Thibault de Damas crédible dans le rôle du Comte grandiloquent, aussi lucide qu’incompétent (« c’est en ne sachant jamais où j’allais moi-même que je suis arrivé à conduire les autres ! ») – même si l’on a souvent besoin des sous-titres pour comprendre le texte.

© Stoflet

Jennifer Courcier, à nouveau aussi alerte en Fleurette qu’en princesse Hermia, a gagné en présence vocale. Et plus encore que la première fois, le charme des cinq premières femmes de Barbe-Bleue, Sharona Applebaum (Héloïse), Marie-Ève Gouin (Eleonore), Alexandra Guerinot (Isaure), Pascale Obrecht (Rosalinde), Sabine Hwang-Chorier (Blanche) opère, par les voix comme par le jeu dramatique, de manière quasiment magique dans le finale de l’acte II, en une sorte de parenthèse lyrique illustrant l’une des facettes d’une œuvre qui ne se réduit pas à la farce. Elles manifestent ensuite avec talent, sous la conduite de Boulotte, la dimension féministe de leur révolte.

Parmi les nouveaux venus, le jeune ténor Jérémy Duffau, voix souple et diction claire, donne au prince Saphir toute la prestance voulue, sans préjudice de sa dimension comique ; Christophe Andrieux est un Popolani convaincant, tour à tour cauteleux, inquiétant ou touchant, et toujours bien chantant ; la reine Clémentine trouve en Julie Pasturaud une interprète solide, capable de tenir tête, vocalement et scéniquement, au roi Bobèche. Et c’est l’excellent Florian Laconi qui endosse le costume de Barbe-Bleue (précédemment porté par Yann Beuron) avec un grand bonheur de chant – voix puissante, belle projection, aigus sonores – assorti d’un jeu scénique parfaitement maîtrisé, jusque dans les excès mêmes du personnage, tout en rodomontades et finalement contraint, lui aussi, en quelque sorte, de « courber l’échine ».

Les Chœurs (préparés par Benedict Kearns) et l’Orchestre de l’Opéra de Lyon, impeccables, suivent sans faiblir la direction énergique du jeune chef britannique James Hendry. Si le premier acte, entendu du parterre, donne l’impression d’être parfois peu sonore, l’effervescence et le volume des actes suivants rendent justice à l’écriture brillante et trépidante d’Offenbach.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra bouffe en trois actes de Jacques Offenbach
sur un livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy,
créé le 5 février 1866 à Paris (Théâtre des Variétés)

Détails

Mise en scène et costumes
Laurent Pelly

Adaptation des dialogues
Agathe Mélinand

Décors
Chantal Thomas

Lumières
Joël Adam

 

Barbe-Bleue
Florian Laconi

Prince Saphir
Jérémy Duffau

Fleurette
Jennifer Courcier

Boulotte
Héloïse Mas

Popolani
Guillaume Andrieux

Comte Oscar
Thibault de Damas

Roi Bobèche
Christophe Mortagne

Reine Clémentine
Julie Pasturaud

Alvarez
Dominique Beneforti

Héloïse
Sharona Applebaum

Eleonore
Marie-Ève Gouin

Isaure
Alexandra Guerinot

Rosalinde
Pascale Obrecht

Blanche
Sabine Hwang-Chorier

 

Chœurs de l’Opéra de Lyon

Direction des Chœurs
Benedict Kearns

 

Orchestre de l’Opéra de Lyon

Direction musicale
James Hendry

 

Opéra National de Lyon, mercredi 24 janvier 2024 à 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Rossini sur instrument d’époque
Marina VIOTTI, Jan SCHULTSZ
Spectacle