Forum Opéra

VERDI, Otello — Parme

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
11 octobre 2015
Droit dans ses bottes

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en quatre actes, livret d’Arrigo Boito

Créé le 5 février 1887 à La Scala de Milan

Détails

Mise en scène, décors et costumes

Pier Luigi Pizzi

Lumières

Vincenzo Raponi

Chorégraphie

Gino Potente

Otello

Carlo Ventre

Jago

Marco Vratogna

Cassio

Manuel Pierattelli

Roderigo

Matteo Mezzaro

Lodovico

Romano Dal Zovo

Cassio

Manuel Pierattelli

Roderigo

Matteo Mezzaro

Lodovico

Romano Dal Zovo

Montano

Stefano Rinaldi Miliani

Un araldo

Matteo Mazzoli

Desdemona

Aurelia Florian

Emilia

Gabriella Colecchia

Coro del Teatro Regio di Parma

Coro di voci bianche e giovanili Ars Canto Giuseppe Verdi

Filarmonica Arturo Toscanini

Direction musicale

Daniele Callegari

Festival Verdi, Parma, dimanche 11 octobre, 15h30

Il n’est pas si fréquent à l’opéra qu’interprétations scénique et musicale soient au diapason, c’est-à-dire procèdent d’une même approche, l’une servant le propos de l’autre, et inversement. Telle est la première qualité de cette nouvelle production d’Otello à l’affiche du Festival Verdi 2015. D’une part la mise en scène de Pier Luigi Pizzi, d’une beauté immobile avec ses colonnes au premier acte, son jardin géométrique au deuxième, son trône posé sur un piédestal au troisième, remplacé au quatrième par le lit de Desdemona. Décors rectilignes épris de perspective, costumes aux coupes longilignes et aux couleurs harmonieuses évoquant un orient fantasmé – le drame se déroule à Chypre, rappelons-le – scénographie classique pour une lecture respectueuse du livret, conventionnelle a-t-on envie d’écrire tant aucune idée ne vient bousculer l’ordre hiératique de la représentation.

D’une part donc, une interprétation théâtrale d’un classicisme éprouvé, plus esthétique que dramatique (comme souvent chez Pizzi), d’autre part la direction de Daniele Callegari, classique elle-aussi, soucieuse d’obéir à une partition complexe dont elle suit le mouvement tumultueux à la lettre. L’orchestre gronde, tempête, ricane, gémit ou caresse à propos (le fameux thème du baiser) sans que rien ne vienne renouveler notre écoute : ni propositions rythmiques, ni contrastes inédits, ni détails inhabituels, ni intentions cachées soudain révélées, Les cuivres cafouillent lors de l’arrivée des émissaires vénitiens, c’est le seul faux pas instrumental de la matinée. Le chœur du Teatro Regio démêle sans faillir l’écheveau polyphonique d’une écriture savante. Verdi en sa maturité est un orfèvre. Aucun des seconds rôles ne brigue une première place, qu’il s’agisse du Lodovico raide comme la justice de Romano Dal Zovo, de l’Emilia décapante de Gabriella Colecchia ou du Cassio de Manuel Pierattelli, jeune ténor italien aux prises avec les quelques tensions de sa partition.


© Roberto Ricci

En Otello, Carlo Ventre s’acquitte de sa mission sans ne laisser s’échapper une seule note, tel Terminator exterminant froidement un à un ses ennemis. Impressionnant mais peu émouvant jusqu’à ce qu’enfin dans la scène finale, le béton se fendille et que l’on sente derrière ce chant massif une volonté d’expression. Jago trouve en Marco Vratogna un interprète conforme aux exigences du rôle à savoir un baryton solide, libre dans l’aigu, sonore dans le grave et surtout capable de donner aux mots leur juste poids afin de dessiner un portrait satisfaisant du malfaiteur. Seule Aurelia Florian n’entre pas vraiment dans ce cadre tracé droit à la règle. D’une jeunesse séduisante, sa Desdemona est physiquement idéale mais son soprano offre deux visages contrastés : libre dans la partie supérieure du registre avec des sons épanouis et des aigus filés de toute beauté, contraint dans la partie inférieure, en mal d’assise, d’intonation et de projection. Dommage.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en quatre actes, livret d’Arrigo Boito

Créé le 5 février 1887 à La Scala de Milan

Détails

Mise en scène, décors et costumes

Pier Luigi Pizzi

Lumières

Vincenzo Raponi

Chorégraphie

Gino Potente

Otello

Carlo Ventre

Jago

Marco Vratogna

Cassio

Manuel Pierattelli

Roderigo

Matteo Mezzaro

Lodovico

Romano Dal Zovo

Cassio

Manuel Pierattelli

Roderigo

Matteo Mezzaro

Lodovico

Romano Dal Zovo

Montano

Stefano Rinaldi Miliani

Un araldo

Matteo Mazzoli

Desdemona

Aurelia Florian

Emilia

Gabriella Colecchia

Coro del Teatro Regio di Parma

Coro di voci bianche e giovanili Ars Canto Giuseppe Verdi

Filarmonica Arturo Toscanini

Direction musicale

Daniele Callegari

Festival Verdi, Parma, dimanche 11 octobre, 15h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Danse pour la fin du monde
Nicky SPENCE, Jaquelyn STUCKER, Clive BAYLEY
Spectacle
Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle