Forum Opéra

Récital Hibla Gerzmava — Paris

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
25 novembre 2019
En habit de diva

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Mikhail Glinka
« Ya Pomniu Chudnoye Mgnovenie »
« V krovi gorit ogon zhelania » (Dans mon sang brûlait la flamme du désir)
« Zhavoronok » (L’alouette)
« Ja zdes’, Inezilia » (Me voici, Inesilla)

Nikolaï Rimsky-Korsakov
« Ne veter, veja s vysoty » (Ce n’est pas le vent qui souffle des hauteurs), Op.43 n°2
« Redejet oblakov letuchaja grjada » (La chaîne de nuages s’amincit dans le ciel), Op.42 n°3
« Zvonche zhavoronka pen’e » (L’alouette chante plus fort), Op.43 n°1

Piotr Ilitch Tchaikovksi
« To bylo ranneyu vesnoy » (C’était au début du printemps), Op. 38 n°2
« Gornimi tikho letela dusha nebesami » (Sans bruit, l’âme s’est envolée vers les cieux), Op. 47 n°2

Sergueï Rachmaninov
« Siren’ » (Les lilas), Op. 21 n°5
« Veter pereliotny » (Le vent passager), Op. 34 n°4
« Ditia kak tsvetok ty prekrasna » (Mon enfant, tu es belle comme une fleur), Op. 8 n°2
« Oni otvechali » (Réponse), Op. 21 n°4

Gaetano Donizetti
Anna Bolena, « Piangete voi… Al dolce guidami… Coppia iniqua »

Reynaldo Hahn
« À Chloris »

Giuseppe Verdi
La forza del destino, « Pace, pace, mio Dio! »

Gabriel Fauré
« Après un rêve »
« Le papillon et la fleur »

Vincenzo Bellini
Norma, « Casta Diva… »

Bis

« Non ti scordar di me » – Ernesto De Curtis
« Travushka-Muravushka » (mélodie populaire russe)
Adriana Lecouvreur, « Io sono l’umile ancella » – Francesco Cilea

Hibla Gerzmava, soprano
Ekaterina Ganelina, piano

Paris, Salle Gaveau, lundi 25 novembre 2019, 20h30

De la diva, Hibla Gerzmava a certainement l’habit si l’on en juge par les grandiloquentes robes à cape qu’elle a revêtues lors de son récital salle Gaveau lundi 25 novembre. Elle n’en a pas encore tout à fait l’aura puisque la salle à la jauge modeste n’affiche pas complet. La soprano russe peut pourtant se prévaloir d’une solide carrière sur les grandes scènes du monde et Paris la connaît pour ses engagements couronnés de succès à l’opéra : Vitellia, Elisabeth de Valois et Desdemona. Quant à l’étoffe, elle reste encore à raffiner pour rejoindre les plus grandes.

Le récital, accompagné du piano méticuleux d’Ekaterina Ganelina, se donne un programme aussi riche qu’ambitieux construit autour du répertoire russe en première partie et de grands airs du belcanto entrecoupés de « pauses » de mélodies françaises en seconde partie. C’est dans son répertoire natal qu’elle déploie des charmes certains, une voie ronde, chaleureuse et aisée sur toute la tessiture. La technique épouse les intentions et de romances en mélodies, Hibla Gerzmava peint des tableaux mélancoliques, s’emporte de passions amoureuses ou se pique d’espagnolade. Ces qualités, on les retrouvera – malgré une diction françaises truffées d’exotismes – dans les quelques pages de Fauré et de Hahn qu’elle se ménage entre les scènes exigeantes du répertoire italien. La encore, avec sobriété, elle fait confiance au texte derrière lequel elle s’efface, galbe juste sa ligne nimbée d’une élégance simple et la magie opère.

Dans le répertoire romantique italien elle est plus à la peine. Verdi lui convient davantage. Elle peut y couler cette voix large et opulente et caractériser d’accents de furie les passages qui s’y prêtent. C’est encore à peu près vrai dans les cabalattes belliniennes et donizettiennes. « Coppia iniqua » s’avère autrement plus convaincant que « Al dolce guidami » où les quelques allégements qu’elle propose ne sauront faire oublier l’absence de demi-teinte et de notes filées. Ce n’est pas tant la technique qui lui fait défait qu’une incapacité à la mettre en œuvre qui disqualifie sa proposition. La soprano russe, prise dans la concentration technique nécessaire à ces morceaux de bravoure est obligée de concéder une interprétation sommaire.  C’est malheureusemet sur cette inadéquation vocale que Hibla Gerzmava achève son programme. La fatigue aidant, le « Casta diva » finit de révéler ce qui n’est pas à sa portée d’interprète et accuse des aigus durcis, une respiration bruyante et toujours cette émission bloquée au mezzo-forte. Fort heureusement, trois bis enjoués réclamés par un public visiblement conquis par l’interprète et son énergie, viendront redonner une teinte festive et généreuse.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Mikhail Glinka
« Ya Pomniu Chudnoye Mgnovenie »
« V krovi gorit ogon zhelania » (Dans mon sang brûlait la flamme du désir)
« Zhavoronok » (L’alouette)
« Ja zdes’, Inezilia » (Me voici, Inesilla)

Nikolaï Rimsky-Korsakov
« Ne veter, veja s vysoty » (Ce n’est pas le vent qui souffle des hauteurs), Op.43 n°2
« Redejet oblakov letuchaja grjada » (La chaîne de nuages s’amincit dans le ciel), Op.42 n°3
« Zvonche zhavoronka pen’e » (L’alouette chante plus fort), Op.43 n°1

Piotr Ilitch Tchaikovksi
« To bylo ranneyu vesnoy » (C’était au début du printemps), Op. 38 n°2
« Gornimi tikho letela dusha nebesami » (Sans bruit, l’âme s’est envolée vers les cieux), Op. 47 n°2

Sergueï Rachmaninov
« Siren’ » (Les lilas), Op. 21 n°5
« Veter pereliotny » (Le vent passager), Op. 34 n°4
« Ditia kak tsvetok ty prekrasna » (Mon enfant, tu es belle comme une fleur), Op. 8 n°2
« Oni otvechali » (Réponse), Op. 21 n°4

Gaetano Donizetti
Anna Bolena, « Piangete voi… Al dolce guidami… Coppia iniqua »

Reynaldo Hahn
« À Chloris »

Giuseppe Verdi
La forza del destino, « Pace, pace, mio Dio! »

Gabriel Fauré
« Après un rêve »
« Le papillon et la fleur »

Vincenzo Bellini
Norma, « Casta Diva… »

Bis

« Non ti scordar di me » – Ernesto De Curtis
« Travushka-Muravushka » (mélodie populaire russe)
Adriana Lecouvreur, « Io sono l’umile ancella » – Francesco Cilea

Hibla Gerzmava, soprano
Ekaterina Ganelina, piano

Paris, Salle Gaveau, lundi 25 novembre 2019, 20h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Halévy pour la vie
John OSBORN, Ambur BRAID, Henrik NANASI
Spectacle