Forum Opéra

VERDI, Rigoletto — Paris (Bastille)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
6 juin 2020
Trois Rigoletto pour le prix d’un (streaming)

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Mélodrame en trois actes

Livret de Francesco Maria Piave, d’après Le Roi s’amuse de Victor Hugo

Création 11 mars 1851, à Venise, Teatro La Fenice

Détails

Mise en scène
Claus Guth
Décors et costumes
Christian Schmidt
Lumières
Olaf Winter
Dramaturgie
Konrad Kuhn
Vidéo
Andi A. Muller

Duc de Mantoue
Francesco Demuro
Rigoletto
Franco Vassalo
Quinn Kelsey
Gilda
Irina Lungu
Sparafucile
Andrea Mastroni
Maddalena
Vesselina Kasarova
Conte Monterone
Mikhail Kolelishvili
Marullo
Michal Partyka
Matteo Borsa
Christophe Berry
Conte Ceprano
Tiago Matos
Contessa Ceprano
Andreea Soare
Giovanna
Isabelle Druet
Un page
Adriana Gonzalez

Chœur et Orchestre de l’Opéra de Paris
Chef de chœur
José Luis Basso
Direction musicale
Nicola Luisotti

Paris, Opéra Bastille, le 20 avril 2016, 19h30

A l’occasion de la rediffusion en streaming de Rigoletto (visible jusqu’au 7 juin 2020), nous vous proposons de relire ci-après le compte rendu de la représentation du 20 avril 2016.


Tout a déjà été dit – ou presque – sur la nouvelle production de Rigoletto signée Klaus Guth, par Yannick Boussaert dans son compte rendu de la première. Deux bouffons donc, cohabitent sur le plateau : un comédien et un chanteur. Le premier (excellent Pascal Lifschutz) incarne le bossu devenu un clochard traînant sur la scène, pendant toute la représentation, un carton rempli de ses souvenirs. Le second joue (et chante) le drame, présenté comme un flashback, à l’intérieur du carton dont la réplique gigantesque sert de décor unique à la représentation. L’idée n’est certes pas mauvaise : elle inscrit l’intrigue dans un cadre dépouillé et permet des variations sur le thème du double, d’ailleurs même Sparafucile porte un costume identique à celui de Rigoletto (« Pari siamo », chante celui-ci). Force est de reconnaître cependant que, sur un plan esthétique, le résultat n’est guère enthousiasmant et que l’émotion n’est pas toujours au rendez-vous. Ainsi durant « La donna è mobile » et une partie du quatuor qui suit, ces ballerines à demi-nues et emplumées comme les danseuses du Lido, fantasme du Duc qui vient de sniffer un rail de coke, suscitent-elles des rires dans la salle à un moment particulièrement dramatique.


© Monika Rittershaus / Opéra national de Paris

Placée sous la direction un rien tonitruante de Nicola Luisotti, la seconde distribution aligne dans les quatre rôles principaux des interprètes qui ne manquent pas de qualités. La voix sombre d’Andrea Mastroni lui permet de camper un Sparafucile inquiétant à souhait. De plus la basse possède un belle assise dans le grave comme en témoigne son fa longuement tenu à la fin de sa scène avec Rigoletto à l’acte un. Dans le rôle du Duc, Francesco Demuro succède à Michael Fabiano. Si le timbre du ténor sarde est moins charmeur que celui de l’Américain, ses possibilités dans l’aigu lui permettent de conclure sa Cabalette « Possente amor mi chiama » par un superbe contre-ré tenu. Regrettons cependant que son jeu se limite à quelques postures convenues et que son chant peu nuancé oscille le plus souvent entre forte et mezzo-forte, sans doute à cause du trac perceptible en début de soirée.  Acclamée au rideau final, Irina Lungu visiblement émue a fait des débuts remarqués sur la scène de l’opéra. Si son timbre n’a pas la pureté de celui d’Olga Peretyatko, la cantatrice dispose d’un medium solide et d’une voix longue qui culmine sur un contre-mi bémol facile et brillant. Fine comédienne, dotée d’un physique agréable, elle incarne une Gilda à la fois touchante et résolue. Enfin, dès son entrée en scène, le bouffon de Franco Vassallo impressionne par l’ampleur de ses moyens et la justesse de son jeu. Pourtant la voix semble faiblir à la fin du trois et après une pause plus longue qu’à l’accoutumée, on vient nous prévenir que le baryton, souffrant, sera remplacé pour le dernier acte par Quinn Kelsey  qui fait partie de la première distribution. C’est ainsi qu’à la fin du spectacle, les trois interprètes du bouffon, l’acteur et les deux chanteurs, se tenant par l’épaule, sont venus saluer un public chaleureux et ravi.

Voir la vidéo

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Mélodrame en trois actes

Livret de Francesco Maria Piave, d’après Le Roi s’amuse de Victor Hugo

Création 11 mars 1851, à Venise, Teatro La Fenice

Détails

Mise en scène
Claus Guth
Décors et costumes
Christian Schmidt
Lumières
Olaf Winter
Dramaturgie
Konrad Kuhn
Vidéo
Andi A. Muller

Duc de Mantoue
Francesco Demuro
Rigoletto
Franco Vassalo
Quinn Kelsey
Gilda
Irina Lungu
Sparafucile
Andrea Mastroni
Maddalena
Vesselina Kasarova
Conte Monterone
Mikhail Kolelishvili
Marullo
Michal Partyka
Matteo Borsa
Christophe Berry
Conte Ceprano
Tiago Matos
Contessa Ceprano
Andreea Soare
Giovanna
Isabelle Druet
Un page
Adriana Gonzalez

Chœur et Orchestre de l’Opéra de Paris
Chef de chœur
José Luis Basso
Direction musicale
Nicola Luisotti

Paris, Opéra Bastille, le 20 avril 2016, 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Naples vs Salzbourg : le match
Anna NETREBKO, Romain GILBERT, Eve-Maud HUBEAUX
Spectacle