Forum Opéra

SCHEIN, SCHÜTZ, BACH, Ach, Herr !- Fontevraud

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
26 mars 2024
Joies de la dissonance

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Johann Hermann Schein
«Singet Fröhlich Gotte» (Psalm 81, 2-5)
«Lehre uns bedenken» (Psalm 90, 12-14)
«Wie lieblich sind deine Wohnungen» (Psalm 84 2-4)

Heinrich Schütz
«Jauchzet dem Herren alle Welt» – Der 100. Psalm

Michael Praetorius -Jan Sandström
«Es ist ein Rot entsprungen»

Martin Moulin
«Ach Herr, straf mich nicht in deinem Zorn»

Johann Hermann Schein
«Da Jakob vollendet hatte» (1. Mose 49, 33 und 50, 1)
«Ich freue mich im Herren» (Jesaja 61, 10)

Johann Sebastian Bach – Knut Nystedt
«Komm, süsser Tod!»

Johann Sebastian Bach – Knut Nystedt
«Lobet den Herrn, alle Heiden» BWV 230

Abbaye de Fontevraud, dimanche 24 mars 2024, 17h

 

Détails

Ensemble vocal Seguido

Direction

Valérie Fayet

Viole de gambe

Delphine Le Gall

Orgue

Michel Bourcier

Coaching vocal

Agnès Brosset

 

En ouverture de festival de Pâques, l’abbaye de Fontevraud accueille un beau concert de l’Ensemble Seguido déjà applaudi lors de la Folle journée de Nantes.

Le thème de cette édition 2024 est un hommage à Bach qui effectivement clôt superbement le concert. Mais avant cela, la cheffe de choeur Valérie Fayet nous fait joliment voyager dans la musique sacrée germanique, mettant particulièrement à l’honneur le trop méconnu Johann Hermann Schein dont les psaumes résonnent avec autorité dans la belle acoustique du réfectoire.

« Singet Fröhlich Gotte » propose une entrée jubilatoire dans le répertoire. S’y s’affirment déjà l’équilibre entre les pupitres, la plénitude du son, la netteté des finales et une impeccable justesse qui seront une constante tout au long du programme. En trois temps nous irons de la joie vers l’ intériorité, d’abord avec « Lehre uns bedenken », dense et recueilli, où l’ensemble négocie parfaitement les ruptures et les contrastes puis « Wie lieblich sind deine Wohnungen », presqu’immobile et nourrit d’un beau travail de couleurs dans le medium.

A chaque changement de compositeur, les pupitres changent de position, ce sera donc le cas une première fois avec une brève incursion dans les Psaumes de David mis en musique par Heinrich Schütz.
La polyphonie est encore une fois parfaitement lisible, tout comme le texte, pourtant ardu, qui est articulé au laser. Pour sa part, le « Amen » conclusif sublime les dissonances.
Michel Bourcier à l’orgue positif et Delphine le Gall à la viole de gambe proposent un bel accompagnement, au souffle juste, concentré et investi.

Au cœur de ce programme très intelligemment construit, Valérie Fayet, dont la direction aussi souple que précise, sans afféterie aucune, ne lâche jamais ses chanteurs, a placé deux partitions contemporaines, remarquables, au premier rang desquels le magnifique « Es ist ein Rot entsprungen », à capella, d’après Michael Praetorius et réinventé par Jan Sandström avec des clusters à bouche fermées et un quatuor dialoguant avec le chœur. Il démontre la diversité des talents de l’Ensemble qui offre ici un moment de grâce qui contraste superbement avec le début du concert et donnera ensuite une perception élargie au spectateur lorsqu’il repartira en terre baroque. La sensibilité de l’oreille aux dissonances se sera ainsi faite plus aiguë.

« Ach Herr, straf mich nicht in deinem Zorn » de Martin Moulin creuse cette veine avec une œuvre commandée par l’Ensemble et interprétée en présence du compositeur. La viole de gambe est cette fois à l’honneur et Delphine le Gall, au son riche, velouté, y propose une interprétation aussi intense que sensible. Du côté des voix, dissonances, onomatopées créent un tapis sonore vibratoire tout en nuances qui réjouit l’oreille.

Après cet acmé contemporain, nous revenons donc à Schein, mais avec une écoute toute différente, comme dilatée pour « Ich freue mich im Herren » et plus encore pour « Da Jakob vollendet hatte » dont la modernité des dissonances et des mélismes est frappante, singulièrement mise en valeur par les voix qui travaillent les couleurs en aquarellistes talentueux.

« Lobet den Herrn, alle Heiden » de Johann Sebastian Bach clôt ce moment musical de qualité en apothéose, nous ramenant au cœur du thème du festival.
La semaine promet d’autres réjouissances vocales dans ce cadre magnifique avec La Passion selon Saint Matthieu par le Ricercar Consort ainsi que l’Ensemble Aedes, dans un programme Immortal Bach.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Johann Hermann Schein
«Singet Fröhlich Gotte» (Psalm 81, 2-5)
«Lehre uns bedenken» (Psalm 90, 12-14)
«Wie lieblich sind deine Wohnungen» (Psalm 84 2-4)

Heinrich Schütz
«Jauchzet dem Herren alle Welt» – Der 100. Psalm

Michael Praetorius -Jan Sandström
«Es ist ein Rot entsprungen»

Martin Moulin
«Ach Herr, straf mich nicht in deinem Zorn»

Johann Hermann Schein
«Da Jakob vollendet hatte» (1. Mose 49, 33 und 50, 1)
«Ich freue mich im Herren» (Jesaja 61, 10)

Johann Sebastian Bach – Knut Nystedt
«Komm, süsser Tod!»

Johann Sebastian Bach – Knut Nystedt
«Lobet den Herrn, alle Heiden» BWV 230

Abbaye de Fontevraud, dimanche 24 mars 2024, 17h

 

Détails

Ensemble vocal Seguido

Direction

Valérie Fayet

Viole de gambe

Delphine Le Gall

Orgue

Michel Bourcier

Coaching vocal

Agnès Brosset

 

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Mozart triomphe enfin à Aix !
Raphaël PICHON, Karine DESHAYES, Marianne CREBASSA
Spectacle
Où Tancrède découvre qu’il est une femme
Jan Philipp GLOGER, Anna GORYACHOVA, Mélissa PETIT
Spectacle