Forum Opéra

VERDI, Luisa Miller — Paris (Bastille)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
13 mars 2011
Stoyanova et Alvarez à la rescousse

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Melodramma tragico in tre atti
Livret de Salvatore Cammarano, d’après Kabale und Liebe de Friedrich von Schiller
Créé à Naples (Théâtre San Carlo) le 8 décembre 1849

Détails

Mise en scène, Gilbert Deflo Décors et costumes, William Orlandi Lumières, Joël Hourbeigt Luisa, Krassimira Stoyanova Rodolfo, Marcelo Alvarez Il Conte di Walter, Orlin Anastassov Miller, Franck Ferrari Federica, Maria José Montiel Wurm, Arutjun Kotchinian Laura, Elsa Cenni Un contadino, Vincent Morell Orchestre et chœur de l’Opéra National de Paris Chef de chœur, Alessandro Di Stefano Direction musicale, Daniel Oren Opéra Bastille, Paris, dimanche 13 mars, 14h30

En février 2008, cette production de Luisa Miller avait fait l’objet d’un compte rendu peu enthousiaste ici même. Qu’en est-il de cette reprise, avec une distribution presque entièrement renouvelée ?

 

Force est de constater que les défauts de la production originale – étrillée par la critique de l’époque – n’ont pas été gommés. Si les costumes et les décors de William Orlandi, sublimés par les lumières de Joël Hourbeigt, séduisent l’œil (les photographies n’en restituent qu’imparfaitement le charme), la mise en scène statique de Gilbert Deflo se résume à une simple  mise en place. Livrés à eux-mêmes, les chanteurs ont tendance à jouer gros et à abuser des moulinets, soulignant cruellement le ridicule de certaines scènes. Cette production proprette a toutefois le mérite de respecter le livret, et de ne pas distraire de la musique – les qualités de ses limites, en somme.

 

La distribution féminine est exemplaire : dès les premières notes, Krassimira Stoyanova (Luisa), rayonnante, s’impose comme une révélation. La soprano bulgare, qui débute sur la scène parisienne, possède les moyens du rôle, y compris l’agilité. Sa voix lyrique, bien projetée, au timbre à la fois charnu et lumineux, se détache avec netteté lors les nombreux ensembles qui jalonnent l’œuvre. L’interprète est délicate et sensible. Mais le plus admirable est sans doute le soin apporté à la ligne de chant, jamais pris en défaut. Les deux rescapées dde la distribution d’origine, Elsa Cenni (Laura) et surtout Maria José Montiel (Federica), tiennent parfaitement leurs rôles. On en vient presque à regretter que Verdi ait réservé un rôle si limité à la rivale de Luisa…

 

Quelque chahuté que paraisse parfois son bel instrument (on relève quelques notes poussives et détimbrages intempestifs), Marcelo Alvarez (Rodolfo), annoncé souffrant, signe une prestation attachante dans un rôle qui ne lui convient pas idéalement. Son style, son intelligence musicale et son art des nuances font cependant merveille dans un « Quando le sere al placido » désarmant de générosité. Hélas, le reste de la distribution masculine ne se montre pas à la hauteur du ténor argentin. Le métier et le charisme de Frank Ferrari (Miller), un habitué des lieux, ne sauraient faire oublier l’usure des moyens et un phrasé souvent haché. Si la basse bulgare Orlin Anastassov (Walter) impressionne par le mordant et la puissance de sa voix (que défigure malheureusement un grave« outre-tombesque »), son interprétation du rôle reste fruste – ce qui ne l’empêche pas de se tailler un franc succès auprès du public. Quant au gigantesque Arutjun Kotchinian (Wurm), il nous a paru – en dépit de son aplomb vocal – fort malchantant… En revanche, on ne trouvera rien à redire de Vincent Morell (un contadino) et des chœurs, bien préparés par Alessandro Di Stefano.

 

Bilan mitigé, donc ? Étrangement, on ressort galvanisé de cette représentation, sans doute grâce à la direction énergique de Daniel Oren, très attentif à l’équilibre entre la scène et la fosse, qui insuffle souffle et cohérence à une partition attrayante, mais non exempte de longueurs. Jamais l’ennui ne pointe le bout de son nez. C’était loin d’être gagné d’avance…

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Melodramma tragico in tre atti
Livret de Salvatore Cammarano, d’après Kabale und Liebe de Friedrich von Schiller
Créé à Naples (Théâtre San Carlo) le 8 décembre 1849

Détails

Mise en scène, Gilbert Deflo Décors et costumes, William Orlandi Lumières, Joël Hourbeigt Luisa, Krassimira Stoyanova Rodolfo, Marcelo Alvarez Il Conte di Walter, Orlin Anastassov Miller, Franck Ferrari Federica, Maria José Montiel Wurm, Arutjun Kotchinian Laura, Elsa Cenni Un contadino, Vincent Morell Orchestre et chœur de l’Opéra National de Paris Chef de chœur, Alessandro Di Stefano Direction musicale, Daniel Oren Opéra Bastille, Paris, dimanche 13 mars, 14h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Une Médée so british
Lea DESANDRE, Reinoud VAN MECHELEN, Julie ROSET
Spectacle