Forum Opéra

TCHAÏKOVSKI, Eugène Onéguine – Toulouse

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
22 juin 2024
On revient de loin

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes et sept tableaux
Musique de P.I. Tchaikovsky sur un livret de Constantin Chilovsky et du compositeur, inspiré d’Eugène Onéguine, roman en vers d’Alexandre Pouchkine

Créé le 29 mars 1879 au Théâtre Maly, Moscou

Détails

Mise en scène
Florent Siaud

Décors
Romain Fabre

Costumes
Jean-Daniel Vuillermoz

Lumières
Nicolas Descôteaux

Vidéo
Gaspard Philippe

 

Onéguine
Stéphane Degout

Tatiana
Valentina Fedeneva

Olga
Eva Zaïcik

Lenski
Bror Magnus Tødenes

Grémine
Andreas Bauer Kanabas

Mme Larina
Juliette Mars

Filipievna
Sophie Pondjiclis

Triquet
Carl Ghazarossian

Capitaine / Zaretski
Yuri Kissin

 

Choeurs du Théâtre National du Capitole de Toulouse
Orchestre National du Capitole de Toulouse
Direction musicale
Franck Lange

Toulouse, Théâtre du Capitole
Jeudi 20 juin 2024, 20h

 

 

 

 

 

 

Cette nouvelle production d’Eugène Onéguine revient de loin et arrive à Toulouse avec trois ans de retard. Initialement programmée en janvier 2021, elle a fait les frais de la pandémie et a par la même retardé la prise de rôle de Stéphane Degout. Le rôle a été laissé de côté plus d’un an durant pour être repris presque du début, la langue étant un obstacle d’évidence. Et c’est finalement au Théâtre de La Monnaie à Bruxelles que le baryton lyonnais a inauguré le rôle-titre en janvier 2023. A Toulouse en revanche, il le chante  pour la première fois  sur le sol français.
On revient de loin aussi parce que la direction du Théâtre du Capitole a dû faire appel in extremis, pour être précis après la pré-générale, à un nouveau chef d’orchestre. Patrick Lange a donc eu quelques jours seulement pour arriver d’Allemagne, faire connaissance avec les musiciens (il se produisait pour la première fois à Toulouse) et partager sa vision du chef-d’œuvre de Tchaïkovski. Et très honnêtement on reste, au soir de la première, confondu par la qualité du résultat, obtenu en si peu de temps. L’orchestre brille de mille feux, le mystère et l’ambiguïté des personnages sont rendus dès le prélude du premier acte, les altos et violoncelles résonnent de leurs plus chaudes cordes graves, les liaisons flûte, hautbois, cor et basson, un peu tendues dans l’exposition de la scène de la lettre, gagnent en fluidité dès la reprise de l’air. Bravo maestro.
Intéressante mise en scène de Florent Siaud, soutenue par des décors (Romain Fabre) et des costumes (Jean-Daniel Vuillermoz) au diapason. L’idée est celle d’une scène sur deux niveaux. En bas, les intérieurs (la maison cossue de la famille Larine, plus tard celle du Prince Grémine) et en haut les extérieurs (souvent les jardins des Larine). Ce double niveau permet de fluidifier, au I, les entrées et sorties des personnages, de rendre plus lisibles leurs multiples apartés. Elle permet aussi de commenter en quelque sorte l’action se déroulant plus bas ; ainsi, lorsque Lenski tombe sous la balle d’Eugène, Tatiana, dans la forêt à l’étage supérieure s’écroule en même temps que lui. Elle marque ainsi que la mort de Lenski est aussi la fin de son amour avec Eugène. Autre belle idée de mise en scène : la réapparition fantomatique, au III, et pendant l’air de Grémine («L’amour est de tout âge »), soit durant la réception qu’il donne, de personnages qui renvoient Tatiana à ses heureuses années de jeunesse : sa mère, sa gouvernante Filipievna, sa sœur Olga et feu son fiancé Lenski défilent devant elle, sans oublier l’impayable Triquet. En quelques instants donc, Tatiana, qui avait refoulé son passé en se jetant dans les bras de Grémine, se retrouve confrontée, en voyant réapparaitre Onéguine, aux fantômes de sa jeunesse.


© Mirco Magliocca

Stéphane Degout illumine le rôle d’Eugène Onéguine de son insolente présence. Même silencieux, il impose son personnage par une sourde gravité et un jeu millimétré. Le timbre est chaud, presque trop ardent pour incarner la duplicité du personnage. On admirera la maîtrise des moyens vocaux et la capacité à les distiller avec une parfaite économie. Il restera bien le héros que l’on adore détester. Degout triomphe au baisser de rideau, tout comme Valentina Fedeneva (Tatiana), qui le devance même presque à l’applaudimètre. Succès mérité certes par la beauté de l’incarnation et la majesté du personnage. Majesté qui rime parfois avec distance, pour ne pas dire froideur et un engagement un peu en retrait ; tout cela correspond certes parfaitement à la dernière scène, où Tatiana se refuse à Onéguine, mais moins aux scènes du I, où elle déclare sa flamme. La voix porte, mais quelques raideurs apparaissent aussi et il nous manque la complexité du personnage, certaines nuances, qui doivent transparaître dans le chant.
Eva Zaïcik est une Olga entièrement convaincante dans la voix et le jeu. La voix gravit les degrés vers le haut ou les descend vers le bas avec la même aisance. Aisance dans la diction également, ce qui n’est pas un mince compliment. Bror Magnus Tødenes est un Lenski irréprochable de sincérité et de vérité. Son ténor est franc et vigoureux. Juliette Mars campe avec Madame Larina une femme de caractère certes, mais qui n’a rien d’une babouchka ; nous sommes dans la bourgeoisie russe, cultivée, lettrée et éduquée. Sophie Pondjiclis (la gouvernante), un peu fébrile lors du quatuor inaugural au I, prend rapidement de l’assurance.  Carl Gharazossian est un Triquet absolument délicieux et Andreas Bauer Kanabas en Grémine, patriarche vibrant, mérite son franc succès grâce à son air du III où il fait montre d’une vigueur enviable.
Ainsi s’achève à Toulouse une saison lyrique 2023-24 en tout point exemplaire, qui a eu peu ou pas d’égal en régions cette année. Une programmation variée et exigeante, des castings de premier choix avec force nouvelles productions. Une année référence donc qui en appelle d’autres. C’est tout le mal qu’on peut souhaiter au Capitole.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes et sept tableaux
Musique de P.I. Tchaikovsky sur un livret de Constantin Chilovsky et du compositeur, inspiré d’Eugène Onéguine, roman en vers d’Alexandre Pouchkine

Créé le 29 mars 1879 au Théâtre Maly, Moscou

Détails

Mise en scène
Florent Siaud

Décors
Romain Fabre

Costumes
Jean-Daniel Vuillermoz

Lumières
Nicolas Descôteaux

Vidéo
Gaspard Philippe

 

Onéguine
Stéphane Degout

Tatiana
Valentina Fedeneva

Olga
Eva Zaïcik

Lenski
Bror Magnus Tødenes

Grémine
Andreas Bauer Kanabas

Mme Larina
Juliette Mars

Filipievna
Sophie Pondjiclis

Triquet
Carl Ghazarossian

Capitaine / Zaretski
Yuri Kissin

 

Choeurs du Théâtre National du Capitole de Toulouse
Orchestre National du Capitole de Toulouse
Direction musicale
Franck Lange

Toulouse, Théâtre du Capitole
Jeudi 20 juin 2024, 20h

 

 

 

 

 

 

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Chaleur d’Il Tamerlano pour une nuit fraîche
Filippo MINECCIA, Ottavio DANTONE, Bruno TADDIA
Spectacle