Forum Opéra

Récital Patricia Nolz et Florian Bœsch – Heidelberg

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
23 juin 2024
Quintessence du Lied

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Programme du récital

Robert Schumann (1810-1856)
So wahr die Sonne scheinet, op. 37/12
Wenn ich ein Vöglein wär’, op. 43/1
Er und Sie, op. 78/2

Johannes Brahms (1833-1897)
Erinnerung, op. 63/2
An ein Veilchen, op. 49/2
Mädchenlied, op. 107/5
Dein blaues Auge, op. 59/8
Wehe, so willst du mich wieder, op. 32/5
Über die Heide, op. 86/4
Mein wundes Herz, op. 59/7
Sonntag, op. 47/3
Blinde Kuh, op. 58/1
Sehnsucht, op. 14/8
Dein blaues Auge, op. 59/8
Kein Haus, keine Heimat, op. 94/5
Die Trauernde, op. 7/5
Schwermut, op. 58/5
Die Sonne scheint nicht mehr, WoO 33/5
Ach Gott, wie weh tut scheiden, WoO 33/17
Schwesterlein, WoO33/15
In stiller Nacht, WoO 33/42
Es steht ein’ Lind’, WoO 33/41

Entracte

Johannes Brahms (1833-1897)
Vier Duette, op. 28

                  Der Jäger und sein Liebchen
Es rauschet das Wasser
Die Nonne und der Ritter

Robert Schumann (1810-1856)

Liederkreis, op. 39
In der Fremde
Intermezzo
Waldesgespräch
Die Stille
Mondnacht
Schöne Fremde
Auf einer Burg
In der Fremde
Wehmuth
Zwielicht
Im Walde
Frühlingsnacht

Patricia Nolz, mezzosoprano

Florian Bœsch, baryton

Andras Fröschl, piano

Heidelberger Frühling Liedfestival, Salle de l’ancienne université de Heidelberg, 15 juin 2024, 19h30

Pour sa troisième édition, le Heidelberger Frühling Liedfestival proposait une programmation principalement articulée autour des Lieder de Brahms et de leur apparent désordre (« Brahms und die Unordnung der Lieder »). En parfait accord avec ce thème, le récital de Patricia Nolz et Florian Bœsch, intitulé « Der Himmel so blau », explorait ce désordre, envisageant les Lieder hors de tout cycle, ou presque (on sait que, chez Brahms, le « désordre » tient d’abord de l’éclatement et de la fragmentation). À Brahms était adossé Schumann, choix cohérent qui s’explique sans doute en partie par les nombreux duos qu’il permet entre la mezzo et le baryton. 

D’emblée, l’harmonie des timbres est une évidence. Les voix se superposent et leurs souplesses individuelles forment une pâte sonore homogène qui sert une interprétation globalement cohérente. On relève tout de même des fins de phrases qui s’achèvent différemment (elles sont tenues un peu plus longtemps par la mezzo dans « So wahr die Sonne scheinet ») et un équilibre parfois instable en début de concert, la mezzo couvrant par exemple franchement le baryton dans « Wenn ich ein Vöglein wär’ ».

La voix pleine, colorée et très riche en harmoniques de Patricia Nolz permet une approche vocalement engagée qui, parfois, verse dans un lyrisme qui tient d’abord de l’opéra. Dans « Über die Heide », le legato est parfait mais la maîtrise technique ne suffit pas à freiner un élan sans doute trop ardent en fin de pièce. D’une manière générale, l’interprétation est relativement homogène et tranche à cet égard avec les propositions de Florian Bœsch qui, lui, excelle dans l’art du contraste, du récit, en un mot, du Lied.  La projection impeccable du baryton lui permet de couvrir un spectre de nuances infini, servant une interprétation qui touche la perfection. L’approche est narrative, l’enjeu n’est jamais la démonstration vocale. En un mot, Bœsch raconte des histoires. D’ailleurs, il n’hésite pas à détimbrer ou à verser dans un piano à la limite de l’audible. Dans « Sonntag », le jeu sur les consonnes et les articulations (« Das tausendschöne Jungfräulein, Das tausendschöne Herzelein ») est jubilatoire, alors que dans « Schwermut », il passe par toutes les nuances de la palette expressive en moins de deux minutes.

Le propos est vaillamment soutenu au piano par Andreas Fröschl qui est un accompagnateur remarquable, bien que certaines intentions exprimées à la fois par le piano et le chanteur ou la chanteuse manquent de cohérence (mais est-ce nécessairement de la faute du pianiste ?). Du reste, un excès de pédale noie trop souvent la lisibilité de l’accompagnement.

Le Lied est un genre qui demande un degré de raffinement expressif et de compréhension des pièces exceptionnels. Malgré quelques réserves, le récital du 15 juin dernier en incarnait, à bien des égards, la quintessence.   

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Programme du récital

Robert Schumann (1810-1856)
So wahr die Sonne scheinet, op. 37/12
Wenn ich ein Vöglein wär’, op. 43/1
Er und Sie, op. 78/2

Johannes Brahms (1833-1897)
Erinnerung, op. 63/2
An ein Veilchen, op. 49/2
Mädchenlied, op. 107/5
Dein blaues Auge, op. 59/8
Wehe, so willst du mich wieder, op. 32/5
Über die Heide, op. 86/4
Mein wundes Herz, op. 59/7
Sonntag, op. 47/3
Blinde Kuh, op. 58/1
Sehnsucht, op. 14/8
Dein blaues Auge, op. 59/8
Kein Haus, keine Heimat, op. 94/5
Die Trauernde, op. 7/5
Schwermut, op. 58/5
Die Sonne scheint nicht mehr, WoO 33/5
Ach Gott, wie weh tut scheiden, WoO 33/17
Schwesterlein, WoO33/15
In stiller Nacht, WoO 33/42
Es steht ein’ Lind’, WoO 33/41

Entracte

Johannes Brahms (1833-1897)
Vier Duette, op. 28

                  Der Jäger und sein Liebchen
Es rauschet das Wasser
Die Nonne und der Ritter

Robert Schumann (1810-1856)

Liederkreis, op. 39
In der Fremde
Intermezzo
Waldesgespräch
Die Stille
Mondnacht
Schöne Fremde
Auf einer Burg
In der Fremde
Wehmuth
Zwielicht
Im Walde
Frühlingsnacht

Patricia Nolz, mezzosoprano

Florian Bœsch, baryton

Andras Fröschl, piano

Heidelberger Frühling Liedfestival, Salle de l’ancienne université de Heidelberg, 15 juin 2024, 19h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Chaleur d’Il Tamerlano pour une nuit fraîche
Filippo MINECCIA, Ottavio DANTONE, Bruno TADDIA
Spectacle