Forum Opéra

PUCCINI, Tosca — Paris (Bastille)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
27 octobre 2022
Le triomphe d’Elena Stikhina

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Mélodrame en trois actes de Giacomo Puccini (1858-1924)
Livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica d’après le drame de Victorien Sardou

Détails

Mise en scène, Pierre Audi
Décors, Christof Hetzer
Costumes, Robby Duiveman
Lumières, Jean Kalman
Dramaturgie, Klaus Bertisch

Floria Tosca, Elena Stikhina
Mario Cavaradossi, Brian Jagde
Scarpia, Gerald Finley
Cesare Angelotti, Sava Vemic
Le sacristain, Renato Girolami
Spoletta, Michael Colvin
Sciarrone, Philippe Rouillon
Un geôlier, Christian Rodrigue Moungoungou

Choeurs et Orchestre de l’Opéra National de Paris
Maîtrise des Hauts-de-Seine, Choeur d’enfants de l’Opéra National de Paris
Chef des choeurs, Alessandro Di Stefano
Directeur de la maîtrise, Gaël Darchen

Direction musicale, Paolo Bortolameolli

Paris, Opéra Bastille, le mercredi 26 octobre 2022, 19h30

Cette fois, il n’y avait ni Gustavo Dudamel, ni Joseph Calleja, ni Bryn Terfel. Mais pour sa deuxième série de représentations en deux mois, la reprise de Tosca à l’Opéra Bastille méritait un peu plus que le détour. Car s’il y a une figure féminine dans les œuvres de Giacomo Puccini qui mène la danse et peut, à elle seule, donner un supplément d’âme à une honnête soirée de répertoire, c’est bien Floria Tosca. Ça tombe bien, le rôle est endossé par Elena Stikhina, qui confirme toute sa valeur dans ces emplois de grand soprano lyrique tendant vers le dramatique. Elle refuse les minauderies au I, évite les vociférations au II, nous épargne trop de cris et de sanglots au III, conserve en toutes circonstances de l’allure et de la classe. Pour autant, cette prestation de haute tenue n’oublie pas d’émouvoir. L’iridescence soyeuse du timbre, l’égalité des registres, la force de la projection nous valent des duos d’amour d’une infinie tendresse, et un « Vissi d’arte » à l’intensité contenue, qui s’insère avec plus de fluidité que d’habitude dans les affres de la confrontation avec Scarpia. Il faut dire que ce dernier n’aura pas trop menacé de voler la vedette à l’héroïne de la soirée. Il est embarrassant d’émettre des réserves sur un artiste de la trempe de Gerald Finley, mais ce rôle dans cette salle exige tout simplement d’autres moyens ; le volume limité, les aigus pris en arrière, réduisent un chant que l’on devine subtil et travaillé à l’état d’intentions. Brian Jagde, au contraire, n’a pas de souci pour se faire entendre, ni pour prodiguer des aigus dont on sait par avance qu’ils seront longs, timbrés, puissants (le ténor était, paraît-il, en méforme il y a quelques jours, aujourd’hui il n’en paraît rien). Pour apprécier pleinement ce Mario solide, auquel la robustesse de la voix confère tout juste une forme d’arrogance mâle, c’est un surcroît de caractérisation que l’on aurait aimé voir. Encore eût-il fallu pour cela une autre conduite du legato dans « Recondita armonia » ou dans « E lucevan le stelle », où l’émotion affleure cependant grâce à une meilleure maîtrise des nuances.

A ce trio répondent des comprimarii parfaits et, surtout, une direction soucieuse d’éclairer toutes les subtilités d’une orchestration où Puccini se montre à son meilleur. A la tête d’un chœur et d’un orchestre en grande forme, Paolo Bortolameolli ne peut éviter quelques décalages avec le plateau, mais réussit admirablement à ménager la tension au final de l’acte I et pendant tout l’acte II, et à tirer de ses musiciens des couleurs qui donnent au prélude du III toute sa poésie.

Le spectacle de Pierre Audi, désormais bien connu du public parisien, n’est pas de ceux qui nécessitent une longue exégèse. Dans des décors signés Christof Hetzer et sous des lumières de Jean Kalman, qui dessinent un monde écrasé par une religion à la fois omniprésente (ces gigantesques croix qui surplombent la scène) et hypocrite, le metteur en scène propose une direction d’acteur plutôt habile mais assez conventionnelle, dont la principale innovation est de retirer à l’héroïne son spectaculaire saut final ; Elena Stikhina n’en avait pas besoin pour soulever les acclamations de la salle.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Mélodrame en trois actes de Giacomo Puccini (1858-1924)
Livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica d’après le drame de Victorien Sardou

Détails

Mise en scène, Pierre Audi
Décors, Christof Hetzer
Costumes, Robby Duiveman
Lumières, Jean Kalman
Dramaturgie, Klaus Bertisch

Floria Tosca, Elena Stikhina
Mario Cavaradossi, Brian Jagde
Scarpia, Gerald Finley
Cesare Angelotti, Sava Vemic
Le sacristain, Renato Girolami
Spoletta, Michael Colvin
Sciarrone, Philippe Rouillon
Un geôlier, Christian Rodrigue Moungoungou

Choeurs et Orchestre de l’Opéra National de Paris
Maîtrise des Hauts-de-Seine, Choeur d’enfants de l’Opéra National de Paris
Chef des choeurs, Alessandro Di Stefano
Directeur de la maîtrise, Gaël Darchen

Direction musicale, Paolo Bortolameolli

Paris, Opéra Bastille, le mercredi 26 octobre 2022, 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Un grand mélodrame, comme on l’aime.
Axelle FANYO, Sehoon MOON, Mischa SCHELOMIANSKI
Spectacle