Forum Opéra

VERDI, I Lombardi alla Prima Crociata – Liège

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
22 mai 2023
Des croisés injustement éclipsés

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Dramma lirico en quatre actes

Musique de Giuseppe Verdi

Livret de Temistocle Solera
Création à La Scala, Milan, le 11 février 1843

Détails

Mise en scène
Sarah Schinasi
Décor
Pier Paolo Bisleri
Costumes
Françoise Raybaud
Lumières
Bruno Ciulli

Giselda
Salomé Jicia
Oronte
Ramón Vargas
Pagano
Goderdzi Janelidze
Arvino
Matteo Roma
Viclinda
Aurore Daubrun
Pirro
Luca Dall’Amico
Sofia
Caroline di Mahieu
Acciano
Roger Joakim
Un priore delle città di Milano
Xavier Petihan

Orchestre et chœur de l’Opéra Royal de Wallonie-Liège
Direction musicale
Daniel Oren

Opéra Royal de Wallonie-Liège, vendredi 19 mai 2023, 20h

L’Opéra Royal de Wallonie se distingue à nouveau dans sa défense des titres verdiens méconnus. Quelques années après Jérusalem ou Ernani et un an après Alzira, c’est au tour de ces Lombards à la première Croisade de briller en Wallonie. L’occasion d’admirer une œuvre qui a beaucoup à proposer, tout en souffrant de maints défauts. Le premier étant d’avoir été composée juste après l’autrement plus efficace et inspiré mélodiquement Nabucco. Le second d’offrir un livret trop dispersé (de Milan à Antioche puis Jérusalem, du drame familial à une guerre de religions) et maladroit : on commence avec une deuxième tentative ratée de fratricide, rien que ça ; que dire de la reconnaissance in extremis du frère criminel en la figure d’un vieil ermite très respecté localement ? alors qu’il n’est arrivé en terre sainte que depuis peu, puisqu’il est parti en même temps que son frère qui vient de débarquer avec son armée de lombards ; enfin les retours d’Oronte relèvent presque du gag : premier retour « Surprise ! Je ne suis pas mort », second retour « Surprise ! Je suis un rêve ». Le troisième défaut est un rôle principal féminin inchantable, dont la fureur vociférante est éclipsée par la délicatesse de sa célèbre prière à l’acte I, comme si Desdemona devait soudain chanter Abigaille. Et pourtant qu’il est formidable ce rôle de Giselda, femme forte qui porte l’opéra de bout en bout, là où les protagonistes masculins alternent à chaque acte. Ce qui contribue heureusement d’ailleurs au caractère très choral de cet opus, en plus des nombreux et amples chœurs qui flattaient la veine patriotique des spectateurs milanais lors de la création. Soulignons également qu’une œuvre où l’héroïne chrétienne s’insurge contre le massacre des musulmans est assez rare en cette première moitié du XIXème siècle (et c’est sans doute pour faire amende honorable, que le librettiste fait se convertir Oronte avant d’expirer), par une opposition presque féministe, les deux frères apparaissant comme également sanguinaires. Musicalement enfin, Verdi tente beaucoup : sans parler des teintes exotiques, le contraste permanent entre la fanfare et les moments intimistes ou cataclysmiques font toute la vivacité de cet opéra qui ne connait aucun temps mort, alors que son glorieux aîné souffre d’une sérieuse baisse de régime au dernier acte.

Pour défendre cette œuvre plurielle, félicitons le bon chœur maison dont la timidité initiale secouée par le chef a laissé place à un bel entrain soutenu par un métier solide. Des seconds rôles bien tenus, mentionnons le Pirro vaillamment pénitent de Luca Dall’Amico. Matteo Roma est par contre une erreur de casting en Arvino :  difficile de croire que ce juvénile (de timbre comme de physique) ténor est le père de cette volcanique Giselda, difficile également de le croire sanguinaire ou d’être impressionné par sa colère à l’acte III ; et pourtant le chanteur est fin et sa très belle voix à l’ambitus plutôt étendu pour ce format fait sans doute merveille dans Rossini. Ramón Vargas est bien plus idoine en Oronte : la voix est toujours étonnamment souple, le timbre chaleureux et le technicien maitre de ses moyens pour éviter tout débordement dégoulinant, tout en assurant de longs et soyeux points d’orgue. Voilà un rôle belcantiste qui gagne beaucoup à être interprété par un Idomeneo plutôt que par un Calaf. Maître de ses moyens, Goderdzi Janelidze l’est sans doute trop : s’il sait atténuer la puissance colossale de son émission dans les ensembles pour ne pas écraser ses collègues, que ne le fait-il aussi dans les passages subtils de son air au premier acte, à peine soutenus par quelques instruments ? C’est d’autant plus dommage que le chanteur a bien plus que des décibels à offrir pour impressionner : qualité des phrasés, présence scénique, velouté de l’émission… A l’inchantable nul n’est tenu, Salome Jicia s’en sort néanmoins avec les honneurs. Avec ses faux airs de Patti Lupone dont elle partage certainement la véhémence et le chien, son medium solide et son audace quasi suicidaire, elle compose une Giselda très marquante, au prix d’un registre aigu constamment arraché, aux couleurs astringentes mais très sonores, que ce soit sur des notes filées ou claironnées. Son meilleur moment n’est sans doute pas la prière à la Vierge dont l’angoisse est un peu trop marquée par la raideur de l’émission, mais elle est remarquable dans le final rugissant de l’acte II, puis dans son adresse aux tentes lombardes et le duo d’amour avec Oronte. 

© J. Berger – ORW-Liège

La mise en scène de Sarah Schinasi est hélas bien timide : si les costumes médiévaux sont assez soignés, les décors et les éclairages élégants, la direction d’acteurs est assez naïve voire inexistante. Les chœurs sont constamment en rang d’ognons derrière les chanteurs à l’avant-scène, rendant ces tableaux vivants bien trop statiques. De plus, elle ne fait rien pour corriger les faiblesses du livret (Pagano a tout juste changé d’habit pour devenir ermite mais reste reconnaissable entre mille), tout en en exploitant pas les ressources (où sont les taches de sang sur le costume des croisés qui déclenchent la fureur de Giselda ? où est l’hostilité dans l’attitude des femmes du harem envers Giselda ? hostilité que la musique surligne pourtant).

Dans la fosse, l’Orchestre de l’Opéra Royal de Wallonie-Liège manque parfois de résonnance, il sonne un peu sec, mais certainement pas d’énergie. Au prix de quelques départs ratés, Daniel Oren imprime une ferveur constante aux musiciens, dont les cordes se distinguent particulièrement par leur agilité ; citons aussi le superbe solo paganinien de Julien Eberhardt.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Dramma lirico en quatre actes

Musique de Giuseppe Verdi

Livret de Temistocle Solera
Création à La Scala, Milan, le 11 février 1843

Détails

Mise en scène
Sarah Schinasi
Décor
Pier Paolo Bisleri
Costumes
Françoise Raybaud
Lumières
Bruno Ciulli

Giselda
Salomé Jicia
Oronte
Ramón Vargas
Pagano
Goderdzi Janelidze
Arvino
Matteo Roma
Viclinda
Aurore Daubrun
Pirro
Luca Dall’Amico
Sofia
Caroline di Mahieu
Acciano
Roger Joakim
Un priore delle città di Milano
Xavier Petihan

Orchestre et chœur de l’Opéra Royal de Wallonie-Liège
Direction musicale
Daniel Oren

Opéra Royal de Wallonie-Liège, vendredi 19 mai 2023, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Expérimentation inclusive
Tamara WILSON, Andrew STAPLES, Gustavo DUDAMEL
Spectacle