Forum Opéra

MASSENET, Werther — Londres (ROH)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
13 juillet 2016
La métamorphose de Vittorio Grigolo

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Drame lyrique en quatre actes de Jules Massenet

livret d’Edouard Blau, Paul Milliet et Georges Hartmann, d’après Goethe

Créé le 16 février 1892 à l’opéra impérial de Vienne

Détails

Werther
Vittorio Grigòlo

Albert
David Bizic

Charlotte
Joyce DiDonato
Sophie
Heather Engebretson
Le Bailli
Jonathan Summers
Schmidt

François Piolino

Johann

Yuriy Yurchuk

Brülhmann

Rick Zwart

Kätchen

Emily Edmonds

Orchestre du Royal Opera House
Direction musicale
Antonio Pappano

Royal Opera House, Covent Garden, mercredi 13 juillet 2015, 19h15.

Un nouveau Werther est né sur la scène du Royal Opera, et un nouveau Vittorio Grigòlo également. Le ténor italien nous offre en effet une composition remarquable de ce caractère tourmenté, dont il fait un personnage fougueux, d’un romantisme ardent, à la limite de la violence, à l’opposé de la vision d’un suicidaire neurasthénique. La voix est puissante, superbement projetée, et l’aigu ne pose aucun problème (avec un si naturel à la fin de « Lorsque l’enfant » à faire trembler les murs). La diction est remarquable, les erreurs d’accent rarissimes. Les alternances forte et piano, dont le chanteur a pu abuser autrefois, sont mises magnifiquement au service du texte, en particulier au dernier acte, absolument passionnant dramatiquement et musicalement (reconnaissons que, dans pas mal d’interprétations, la tension retombe souvent après l’acte III). Le jeu théâtral est fort, mais maîtrisé, sans aucun débordement histrionique. A titre d’exemple, le duo de l’acte III est un véritable affrontement physique entre les protagonistes, comme si Werther cherchait la provocation qui justifiera son suicide.

Une telle réussite n’aurait pas été possible sans une osmose parfaite avec la direction d’Antonio Pappano, rapide, tendue, haletante, délicate aussi au besoin (comme dans le magnifique prélude où il fait ressortir les contre-mélodies des différents pupitres). Le chef britannique concilie ainsi admirablement théâtralité et musicalité tout en portant les chanteurs. Depuis le retrait de James Levine, Antonio Pappano est certainement le plus grand directeur musical d’opéra actuel, et de loin. Seul bémol : une formation orchestrale qui peut encore progresser. Joyce DiDonato est apparue également métamorphosée par rapport à sa prise de rôle parisienne. La prononciation est mieux maîtrisée et les éventuelles duretés dans les aigus sont ici utilisées dramatiquement pour renforcer le désespoir de l’héroïne. L’alchimie entre les deux protagonistes est ainsi parfaite, un véritable choc dramatique.


© Royal Opera House

Des seconds rôles, on retiendra l’excellent Schmidt de François Piolino. Heather Engebretson campe une Sophie plus délurée qu’à l’ordinaire, avec une attention intéressante apportée aux mots et aux couleurs, mais reste avare de piani dans ce rôle aérien. David Bizic est un Albert correctement chantant mais un brin monolithique et le vétéran Jonathan Summers un Bailli plein d’humanité.

Bien connu des spectateurs parisiens, la production de Benoît Jacquot avait été initialement créée à Londres. Sur cette scène de taille réduite, elle apparaît bien plus classique que l’épure dont nous avons l’habitude à Bastille. Le jeu des interprètes (y compris et surtout celui des seconds rôles) est également plus vivant, réaliste. Visuellement, les chanteurs nous sont plus proches et la scène finale, avec cette chambre sur laquelle tombe des gros flocons lumineux comme des lucioles est sans doute plus émouvante qu’à Paris.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Drame lyrique en quatre actes de Jules Massenet

livret d’Edouard Blau, Paul Milliet et Georges Hartmann, d’après Goethe

Créé le 16 février 1892 à l’opéra impérial de Vienne

Détails

Werther
Vittorio Grigòlo

Albert
David Bizic

Charlotte
Joyce DiDonato
Sophie
Heather Engebretson
Le Bailli
Jonathan Summers
Schmidt

François Piolino

Johann

Yuriy Yurchuk

Brülhmann

Rick Zwart

Kätchen

Emily Edmonds

Orchestre du Royal Opera House
Direction musicale
Antonio Pappano

Royal Opera House, Covent Garden, mercredi 13 juillet 2015, 19h15.

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Rossini sur instrument d’époque
Marina VIOTTI, Jan SCHULTSZ
Spectacle