Forum Opéra

BERG, Wozzeck — Salzbourg

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
14 août 2017
Plus noir que le fond de la mare

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes (1925)
Livret du compositeur d’après la pièce Woyzeck de Büchner

Détails

Mise en scène
William Kentridge
Assistant à la mise en scène
Luc De Wit
Décors
Sabine Theunissen
Costumes
Grata Goiris
Vidéos
Catherine Meyburgh
Régie vidéo
Kim Gunning
Lumières
Urs Schönebaum

Wozzeck
Mathias Goerne
Tambour-Major
John Daszak
Andres
Mauro Peter
Capitaine
Gerhard Siegel
Docteur
Jens Larsen
Premier compagnon
Tobias Schabel
Second compagnon
Huw Montague Rendall
Le Fou
Heinz Göhrig
Marie
Asmik Grigorian
Margret
Frances Pappas

Salzburger Festspiele und Theater Kinderchor
Chef du choeur
Wolfgang Götz
Konzervereinigung Wiener Staatsopernchor
Chef des choeurs
Ernst Raffelsberger
Wiener Philharmoniker
Direction musicale
Vladimir Jurowski

Salbourg, Haus für Mozart, lundi 14 aout 2017, 20h30

Il règne une noirceur insondable dans la Haus für Mozart de Salzbourg où William Kentridge et son équipe technique propose une nouvelle mise en scène de Wozzeck. Le metteur en scène sud-africain s’était déjà frotté à Berg, avec une Lulu de facture expressionniste présentée à Amsterdam, New-York et à Londres. On retrouve la marque de fabrique de cette équipe à savoir une fusion entre un décor fonctionnel et l’omniprésence de projections vidéo qui servent autant de lumières que d’éléments narratifs. Mais à la différence de Lulu où l’articulation pêchait, elle trouve ici toute sa force. Un échafaudage brinquebalant de planches, de portes et de chaises sert d’espace scénique tant pour les scènes d’intérieur que d’extérieur. Il permet une somme de trouvailles qui viennent souligner les ambiances ambivalentes du livret. Idée diablement ironique et loufoque que de représenter la consultation chez le médecin dans l’armoire de la maison par exemple. Surtout, au-delà de cet ingénieux décor, ce sont  les projections permanentes, imaginées par Catherine Meyburgh et contrôlées par Kim Gunning, qui transportent le spectateur dans un univers inquiétant et oppressant. Elles peignent en toile de fond de noires fresques expressionnistes comme échappeés des années 1920. L’univers de la guerre et de la désolation hante en permanence l’action. Têtes décapitées, personnages grimaçants et un enfant au visage mangé par un masque à gaz nous montre la psyché torturée de Wozzeck. On retrouve le double de cet enfant dans un pantin de bois actionné par des marionnettistes. Le final pousse ainsi la cruauté un cran plus loin : l’enfant naturel du couple est absolument déshumanisé et seuls ses membres de bois et son masque étouffant s’agitent dans l’obscurité.


© Salzburger Festspiele / Ruth Walz

Mathias Goerne n’est pas étranger à cette angoisse opaque. Sobre dans le jeu, il laisse penser que toutes les élucubrations et pulsions violentes de Wozzeck sont « normales ».  La voix, épaisse et bien projetée, installe encore davantage le personnage dans cette évidence malsaine sans qu’il soit nécessaire d’avoir l’œil torve ou de rajouter des accents à l’écriture de Berg. Asmik Grigorian manque d’un rien d’épaisseur vocale pour composer une Marie pleine et entière, sensuelle et pénitente. Des aigus percutants et présence scénique touchante contrebalancent cette lacune. Après un Alviano remarqué au Festspiele de Munich, le Tambour-Major passe-partout de John Daszak déçoit. La faute principale incombe à une projection en retrait. Le couple formé par Gerhard Siegel (le Capitaine) et Jens Larsens (le Docteur) est lui un vrai régal. Le premier se joue des écarts et des stridences de son rôle et fait du capitaine un couard détestable, quand le second, tout en rondeur vocale, surinvestit la figure morale médicale, sûr de son droit et de son génie.

Last but not least, la direction de Vladimir Jurowski, fluide et précise, peint elle aussi une infinité de tons, en miroir des images renvoyées par la scène. Bien entendu, la présence des Wiener Philharmoniker dans la fosse n’est étrangère au succès de cette fresque apocalyptique. Le chef et l’orchestre assument avec brio leur rôle de narrateur : ils ironisent, se moquent, jouent avec une cadence infernal, s’arrêtent et prennent le temps d’un peu de poésie vite emportée par le tourbillon saumâtre du drame.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes (1925)
Livret du compositeur d’après la pièce Woyzeck de Büchner

Détails

Mise en scène
William Kentridge
Assistant à la mise en scène
Luc De Wit
Décors
Sabine Theunissen
Costumes
Grata Goiris
Vidéos
Catherine Meyburgh
Régie vidéo
Kim Gunning
Lumières
Urs Schönebaum

Wozzeck
Mathias Goerne
Tambour-Major
John Daszak
Andres
Mauro Peter
Capitaine
Gerhard Siegel
Docteur
Jens Larsen
Premier compagnon
Tobias Schabel
Second compagnon
Huw Montague Rendall
Le Fou
Heinz Göhrig
Marie
Asmik Grigorian
Margret
Frances Pappas

Salzburger Festspiele und Theater Kinderchor
Chef du choeur
Wolfgang Götz
Konzervereinigung Wiener Staatsopernchor
Chef des choeurs
Ernst Raffelsberger
Wiener Philharmoniker
Direction musicale
Vladimir Jurowski

Salbourg, Haus für Mozart, lundi 14 aout 2017, 20h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Expérimentation inclusive
Tamara WILSON, Andrew STAPLES, Gustavo DUDAMEL
Spectacle