Forum Opéra

HAENDEL, Serse — Versailles

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
7 juin 2015
Petit tyran devenu grand

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Dramma per musica en trois actes, livret d’après Niccolo Minato et Silvio Stampiglia

Créé au King’s Theatre, Haymarket, le 15 avril 1738

Détails

Mise en scène

Lars Rudolfsson

Scénographie

John Engberg

Costumes

Kersti Vitali Rudolfsson, Karin Höeg

Lumières

Anders Rosenqvist

Chorégraphie

Sara Larsson Fryxell

Serse

Malena Ernman

Arsamene

David DQ Lee

Romilda

Hanna Husahr

Atalanta

Kerstin Avemo

Amastre

Ivonne Fuchs

Ariodate

Jakob Zethner

Elviro

Bengt Krantz

Ensemble Matheus

Direction musicale

Jean-Christophe Spinosi

Opéra de Versailles, dimanche 7 juin 2015, 15h

En 1999, une jeune mezzo scandinave brûlait les planches en Néron adolescent sniffeur de cocaïne dans Agrippina dirigée par René Jacobs. Quinze ans après, Malena Ernman nous revient dans un Haendel, mais elle tient cette fois le rôle-titre, et le tyran potentiel qu’était le fils d’Agrippine est devenu un tyran à part entière. après avoir montré ses dons pour la tragédie en incarnant une déchirante Didon Salle Favart, la chanteuse montre qu’elle excelle aussi dans la comédie. La voix possède incontestablement l’ampleur nécessaire, et la présence scénique était là dès les débuts : tout irait donc pour le mieux si…

Si Jean-Christophe Spinosi, qu’on pourrait croire apaisé, avec une ouverture jouée à une allure raisonnable, ne persistait à prendre les airs vifs à une vitesse « bartolienne », ce qui, certes, met en avant la virtuosité de ces moments, mais oblige aussi les interprètes à perdre de vue la beauté du chant pour se transformer en mitraillettes émettrices de sons ultra-rapides. Les artistes réunis pour cette production suédoise, créée à Stockholm à l’automne dernier, arrivent à tenir le rythme, ce qui est tout à leur honneur, mais la recherche de vélocité implique-t-elle de sacrifier toute autre considération ?


Kerstin Avemo © Mats Bäcker

Par ailleurs, tout irait pour le mieux si Malena Ernman, ici transformée en une sorte de Patrick Juvet viril, se produisait dans une mise en scène moins soucieuse d’efficacité, et davantage d’élégance. Le spectacle réglé par Lars Rudolfsson dessine clairement le profil psychologique des personnages principaux, mais avec au moins une lacune cruciale : loin de justifier l’amour qu’elle inspire aux deux frères ennemis, Romilda est ici parfaitement insipide et horriblement mal fagotée – si les costumes des messieurs évoquent un improbable dandysme intemporel, ceux des deux sœurs sont assez vilains. Hanna Husahr est malheureusement dénuée de toute séduction vocale et réduit l’héroïne à une geignarde ennuyeuse. Plus peste que jamais, affublée d’une perruque hideuse, Atalanta est franchement antipathique pendant tout le début du spectacle, ce qui est peut-être lié à la voix agile mais parfois un peu acide de Kerstin Avemo. Même si l’on pourrait rêver d’un timbre plus grave, Ivonne Fuchs est une belle Amastre, qui pâtit, elle aussi, des maquillages pailletés, voire clownesques, imposés à la distribution. Du rôle comique d’Elviro, le vétéran Bengt Krantz ne tire vraiment pas grand-chose, pas plus hélas que Jakob Zethner en Ariodate, dont la suffisance et la bêtise ne sont pas du tout exploitées. D’abord un peu effacé, David DQ Lee se déchaîne vers la fin, notamment dans un air où il apostrophe le chef, comme l’ont fait certains de ses collègues.

Contrairement à ce qui est le cas dans la magistrale production de Serse qu’avait livrée Stefan Herheim, cette relation intermittente entre les chanteurs et les instrumentistes ne relève d’aucun parti-pris développé : il s’agit juste d’un petit gag, comme l’arrivée d’une moitié de l’orchestre par la scène pendant l’ouverture (bravo à l’Ensemble Matheus qui réussit à jouer tout en se déplaçant sur un plancher de bois vallonné). C’est amusant, mais ça ne veut rien dire. Tout aussi gratuites, les évolutions des quatre gardes-du-corps de Xerxès, silhouettes androgynes habillées en style Courrèges, dont deux acrobates et deux malheureuses chanteuses censées à elles seules remplacer le chœur exigé par la partition à plusieurs moments.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Dramma per musica en trois actes, livret d’après Niccolo Minato et Silvio Stampiglia

Créé au King’s Theatre, Haymarket, le 15 avril 1738

Détails

Mise en scène

Lars Rudolfsson

Scénographie

John Engberg

Costumes

Kersti Vitali Rudolfsson, Karin Höeg

Lumières

Anders Rosenqvist

Chorégraphie

Sara Larsson Fryxell

Serse

Malena Ernman

Arsamene

David DQ Lee

Romilda

Hanna Husahr

Atalanta

Kerstin Avemo

Amastre

Ivonne Fuchs

Ariodate

Jakob Zethner

Elviro

Bengt Krantz

Ensemble Matheus

Direction musicale

Jean-Christophe Spinosi

Opéra de Versailles, dimanche 7 juin 2015, 15h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Les déserts de l’amour et de l’ennui
Ambroisine BRÉ, Cyrille DUBOIS, Edwin CROSSLEY-MERCER
Spectacle