Cinq questions à Francesco Demuro

Par Sylvain Angonin | jeu 09 Février 2012 | Imprimer
Si le nom de Francesco Demuro vous est inconnu, cela ne devrait pas durer. Après Santiago, Pékin, Milan, Berlin, San Francisco, le voici pour la première fois en France à Paris où il s’apprête à incarner le rôle d’Ernesto dans Don Pasquale à l’affiche du Théâtre des Champs-Elysées du 13 au 23 février. Doté d’une voix extraordinaire, Francesco Demuro pourrait bien être ce qu’on appelle un « phénomène ».
 
Comment avez-vous découvert le monde de l’opéra ?
Je suis issu d'une famille populaire du nord de la Sardaigne. A 4 ans, je chantais déjà aux côtés de mon père et de mes frères. A 8 ans, j'ai fait ma première apparition publique. Dès l’âge de 10 ans, j’étais chanteur professionnel. J'étais alors une sorte d'enfant prodige du chant populaire en Sardaigne. J'ai pratiqué ce genre musical jusqu'à 26 ans. J'ai fait de nombreuses apparitions en Italie mais aussi a l'étranger comme à Paris à Radio France où j'ai réalisé des enregistrements. Mais je me sentais à l'étroit ; je sentais que ma voix pouvait m’apporter plus. Passionné par les mélodies populaires italiennes, les chansons napolitaines notamment, je me suis dit que je pouvais faire autre chose. J'ai donc commencé à chanter ces mélodies et ma voix répondait bien. N'ayant aucune technique, je  me suis inscrit au conservatoire de Sassari. Je voulais devenir célèbre, faire plein de choses, des festivals... Je suis un peu exhibitionniste non? (rires). Je voulais devenir quelqu'un et que ma voix soit connue par le plus de monde possible. Je ne suis resté que 2 ans au conservatoire car ça n'allait pas assez vite et ayant une femme et des enfants, mon temps était précieux. J'ai donc travaillé le chant avec Elisabetta Scano à Sassari qui a été une grande soprano et qui est aujourd'hui un grand professeur. J'ai la chance d'avoir une bonne oreille, ce qui m'a permis d'acquérir une bonne technique très vite. J'ai fais mes premières auditions dans le monde du théâtre et le directeur artistique de Sassari m'a confié la doublure de Cavaradossi ce qui m'a permis de voir comment fonctionne le monde du théâtre. Le rôle était trop lourd pour moi mais c'est ainsi que j'ai rencontré Gianluca Macheda de IMG Artist's qui s'est tout de suite proposé de devenir mon agent. En 2007, à 29 ans, je débutais à Parme dans Luisa Miller aux cotés de Leo Nucci.
Donizetti, Verdi et Puccini ; lequel préférez-vous chanter ?
Je ne peux pas dire que j'en préfère un plus que l'autre. Donizetti, Verdi et Puccini sont les trois compositeurs que je chanterai toute ma vie. Mais aujourd'hui j'ai un rêve, celui de pouvoir chanter des opéras en français comme Werther ou Manon. Mais pour ces rôles, j'attendrai d'être prêt. Je chanterai mon premier opéra en français, Faust, à  Seattle en 2013-2014.
Comment vous êtes préparé au rôle d'Ernesto ?
Le rôle d'Ernesto est très particulier mais Denis Podalydès m'a bien expliqué ce qu'il voulait. Ernesto est un jeune homme pas forcément sympathique, un peu déprimé, paresseux. Il ne pense qu'à Norina. L'unique raison d’être d‘Ernesto c'est Norina, et pas autre chose.
Quel est votre meilleur souvenir sur scène ?
Ça ne fait que quatre ans que je chante de l’opéra. Durant ces quatre années, j'ai beaucoup travaillé pour progresser rapidement, et c'est seulement depuis quelques mois que j'ai le sentiment d'avoir acquis une certaine sérénité sur scène. Cette aisance me permet enfin de faire plus ou moins ce que je veux. A l'heure actuelle, mon meilleur souvenir est le rôle du Duc de Mantoue dans Rigoletto à Zurich en novembre dernier. Je chantais aux cotés de Leo Nucci et la direction était assurée par Nello Santi. C'était magique !
Avec Ernesto vous faites vos débuts en France en tant que chanteur d'opéra...
 
Évidemment, j'avais très envie de venir chanter en France, à Paris qui est pour moi la capitale du monde. Je suis très heureux d'être là. Ce rôle que j'interpréterai pour la première fois est adapté à ma voix et je pense qu'il peut être important pour la suite de ma carrière. J'ai vraiment envie de donner le meilleur de moi-même. Débuter dans un lieu aussi important que le Théâtre des Champs-Elysées est idéal. J'ai d'autres contrats en France ; j'aime beaucoup la France ; ma femme l'aime peut-être encore plus que moi. Quand elle a su que je chantais à Paris, elle a pratiquement fait un bon de deux mètres. Vous savez comment sont les femmes et Paris est la capitale de la mode...
 
Propos traduis de l’italien par Daria Moudrolioubova et recueillis par Sylvain Angonin, le 27 janvier 2012
©  Andrzej Swietlik

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.