Samuel Hasselhorn : « La musique et l'art peuvent aider les gens à trouver du courage, de l'espoir et de la force dans les moments difficiles »

Par Sylvain Fort | dim 21 Novembre 2021 | Imprimer

Après son Prix au concours Reine Elisabeth (2018), la carrière de Samuel Hasselhorn a pris un bel envol, marqué par un disque Schumann très remarqué, "Stille Liebe" (Harmonia Mundi) et une prise de rôle en Wolfram von Eschenbach à Rouen hélas annulé pour cause de Covid. Le voici qui reprend le chemin des théâtres, très attendu. 


Comment avez-vous vécu personnellement la période de la pandémie ? Comment cela a-t-il affecté votre travail ?

Comme presque tous les autres artistes, j'étais souvent à la maison et j'ai dû voir tomber les projets les uns après les autres. Et avec eux, non seulement des impulsions et des inspirations artistiques importantes, mais aussi tous les revenus qui sont vitaux pour nous tous. Vous pouvez donc imaginer que ce n'était pas une période facile sur le plan psychologique - à tous égards. Néanmoins, je n'ai jamais cessé de m'exercer, de planifier des projets et des programmes. Mais bien sûr, il y a eu des jours très difficiles, parce qu'il y avait de nombreux moments où je n'avais aucune motivation pour faire des projets qui, une fois de plus, pourraient ne pas avoir lieu. Bien sûr, un tel événement peut également affecter votre vie privée, car il peut engendrer des angoisses et vous ne pouvez pas simplement les laisser hors de la maison. Mais - pour parler de quelque chose de positif - j'ai pu passer beaucoup de temps avec mes enfants et ma femme, ce que je n'aurais pas pu faire autrement. Ces moments ne peuvent pas m'être ôtés et je les garderai précieusement en moi.

Avez-vous appris quelque chose en particulier, que ce soit sur le plan personnel ou artistique ?

La chose que je retiens le plus de cette période est que la musique et l'art peuvent aider les gens à trouver du courage, de l'espoir et de la force dans les moments difficiles. Pour moi, en tant que chanteur, cela signifie mettre en place des programmes qui ont un message, qui signifient quelque chose, et se réjouir de cela. Lorsque l'occasion revient de présenter à nouveau votre art devant des gens et de le partager avec d'autres personnes, je ne veux pas faire quelque chose de "vide de sens", je veux raconter quelque chose et donner quelque chose aux auditeurs. Cette fois, nous avons dû faire preuve d'une spontanéité encore plus grande que celle que nous connaissions auparavant. Cette spontanéité a pu engager certains artistes dans des phases créatives, mais elle en a paralysé d'autres. La gestion de tous ces sentiments a été une leçon importante - et tous ceux qui sortent "intacts" de cette situation peuvent et doivent être fiers d'eux-mêmes !

Comment aborder la période qui suit la pandémie ? Quels sont vos projets et vos souhaits en tant qu'artiste aujourd'hui ?

Il n'est pas facile de se projeter aussi loin dans l'avenir, car la pandémie ne semble pas encore vraiment terminée. Nous devrons apprendre à vivre avec ce virus - il ne disparaîtra pas comme ça. Mais il est vrai que, depuis quelques mois, les choses "démarrent" à nouveau pour nous dans le domaine de la musique et de l'art. On m'a permis de faire beaucoup de doublures - comme mes débuts dans le rôle du Comte Almaviva dans "Le nozze di Figaro" de Mozart à l'Opéra d'État de Berlin sous la direction de Daniel Barenboim. On m'a appelé 24 heures à l'avance pour me demander si je pouvais venir à Berlin. J'ai également chanté un Carmina Burana à Stavanger et un War Requiem au Musikverein de Vienne et c'est fou comme c'est "nouveau" de pouvoir se tenir sur une scène avec un grand orchestre, un chœur, un chœur d'enfants, des solistes et un chef d'orchestre. Enfin, nous pouvons à nouveau jouer et chanter - mais je soupçonne déjà que cela va devenir plus difficile au cours de l'hiver. Nous devons donc profiter de chaque instant et faire comme si c'était la première ou la dernière fois que nous pourrons le faire - cela doit être quelque chose de spécial, une fête !

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.