Véronique Gens et Susan Manoff, une leçon de simplicité

Par Christophe Rizoud | jeu 20 Décembre 2018 | Imprimer

Le partenariat entre Royaumont et le musée d’Orsay donne lieu à une série de rendez-vous publics* autour de la mélodie française dont une masterclasse, mardi dernier à l’heure du déjeuner, animée par un des meilleurs tandems du genre Susan Manoff et Véronique Gens.

Peut-on raconter un tel exercice ? Comment transformer en récit cette somme d’infimes conseils prodigués par des musiciennes confirmées à l’attention de jeunes artistes. Il faut le son et l’image pour donner à comprendre comment là une inflexion, ici une intention influent sur l’interprétation. Dans l’auditorium du Musée d’Orsay, la complicité entre Susan Manoff et Véronique Gens est aussi évidente qu’en récital. Déclinaison lyrique du yin et du yang, le première extravertie s’épanche en de larges gestes tandis que la seconde, droite, commente en peu de mots. Complémentaires et similaires : leurs remarques sont dirigées vers le même objectif, répété à plusieurs reprises et résumé en un seul mot : simplicité.

Cette session est le fruit d’une semaine de travail où les huit lauréats de l’Académie (quatre duos chant -piano) ont bénéficié de l’enseignement des deux artistes. Chacun leur tour, les binômes viennent sur scène interpréter une mélodie de leur choix (voir programme ci-contre). Du fond de la salle, les deux maîtresses de musique les écoutent avant de retourner sur scène commenter leurs impressions. Revient en mémoire cet extrait de La Grande Vadrouille où Louis de Funès dans le rôle du chef d’orchestre, s’exclame à l’issue d’une répétition de la Marche hongroise : « C’était très bien ! » avant de se reprendre pour finalement conclure « Ce n’était pas mauvais, c’était très mauvais ! ». Evidemment, Susan Manoff et Véronique Gens n’ont pas le commentaire aussi hargneux. Rien à voir avec certaines masterclasses proches de l’exécution sans sommation de l’apprenti-chanteur. Leur approche, bienveillante, ne vise qu’à la construction – et non la destruction – des jeunes musiciens.

L’art de la mélodie, explique Susan Manoff en préambule, est un chemin de vie, une discipline qui se travaille chaque jour et dont on n’a jamais fini d’explorer les tréfonds, une quête incessante d’aisance et de liberté. Cette recherche émotionnelle et intime ne s’accomplit pas seulement au travers d’une étude minutieuse du texte et d’un respect scrupuleux de la partition. La diction est évidemment essentielle. Durant la séance, plusieurs phrases difficiles à prononcer ou à comprendre sont disséquées afin de trouver la meilleure manière de les rendre parfaitement intelligibles. Au-delà de l’articulation, il est indispensable d’aimer les mots. Tout en s’interrogeant sur leur prononciation et leur sens, Véronique Gens les goûte tel l’œnologue un grand millésime.

Chaque mélodie, ensuite, comporte son lot de difficultés pour lesquelles il faut inventer à chaque fois de nouvelles solutions. Dans « La Pintade » de Maurice Ravel, jouer le texte en redoublant d’énergie et de précision tandis que le piano doit donner à entendre le défilé de la basse-cour. Dans « Pour qu’à l’espérance » de Jules Massenet, oser des nuances pour alléger une atmosphère uniformément sinistre ; trouver la lumière au piano en jouant plus clair et au chant en refusant de se poser en victime. Dans « La vie antérieure » de Duparc, ne pas se mettre en danger en adoptant un tempo trop lent, ménager sa respiration. Etc.

Après mise en pratique de ces recommandations, la mélodie de nouveau interprétée prend une autre tournure. Soudain les notes s’animent, le sens s’éclaire, le relief s’accuse, l’émotion affleure. Cette leçon d’interprétation est aussi pour le public, venu nombreux, une leçon d’écoute.

* Autres rendez-vous de la semaine
  • Jeudi 20 décembre, de 18h à 19h45 – Salles d’exposition permanente / Promenades musicales à Orsay
    Les jeunes chanteurs et pianistes de l’Académie vous proposent de découvrir des œuvres du musée en musique, à travers un programme de mélodies qu’ils ont eux-mêmes choisi et qu’ils interprèteront in situ. Partez à leur rencontre et à leur écoute en déambulant dans les salles à partir de 18h, avant le récital donné par leurs maîtres à l’auditorium. Gratuit sur présentation du billet d’entrée du musée ou du concert du 20 décembre (voir ci-dessous)
  • Jeudi 20 décembre, à 20h – Auditorium / Récital des maîtres à Orsay
    Véronique Gens, soprano / Susan Manoff, piano
    Œuvres de Charles Gounod, Jules Massenet, Henri Duparc et Francis Poulenc

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.