A Londres, la toujours fascinante Lady Macbeth de Netrebko

Par Christian Peter | jeu 05 Avril 2018 | Imprimer

      

Dernier opéra de la saison à être diffusé en direct du Royal Opera House de Londres dans les cinémas, Macbeth de Verdi est représenté dans la production de Phyllida Lloyd que l’on a pu voir à l’Opéra Bastille en 1999 et 2002 et qui a fait l’objet d’un DVD en 2012.
Dans son compte-rendu de la première du 25 mars, Yannick Boussaert avait émis quelques réserves sur les prestations du rôle-titre et du chef. Quatre représentations plus tard, rien n’a changé : le timbre monochrome de  Želiko Lučić peine toujours à exprimer les affects contrastés de son personnage notamment dans les deux premiers actes. Le baryton serbe parvient toutefois à distiller quelque émotion dans son dernier air « Perfidi ! All’anglo v’unite ». Il faut dire qu’il n’est pas aidé par les tempi alanguis de Pappano qui, s’ils permettent à Netrebko de vocaliser confortablement, privent sa direction d’une partie de son impact théâtral, capital dans cette œuvre. Yusif Eyvazov fait valoir dans l’air de Macduff « Ah la paterna mano » une ligne de chant tout en nuances qui lui vaudra une belle ovation de la part du public mais, tout comme le soir de la première, c’est l’exceptionnelle Lady d’Anna Netrebko qui fait tout l’intérêt de cette reprise. Depuis sa prestation au Met en 2014, également diffusée dans les cinémas, la soprano a mûri son personnage et son interprétation s’en trouve plus fouillée. Son air d’entrée bénéficie d'une riche palette de couleurs et de sa capacité à faire alterner les piani les plus ténus avec d’impressionnants forte dans un jeu subtil de clair-obscur. La cabalette doublée – mais non ornementée – tout comme les couplets du brindisi agrémentés d’un trille impeccable montrent que la soprano a su conserver une certaine agilité malgré l’ampleur vocale considérable dont elle dispose désormais. Cette incarnation est couronnée par une scène du somnambulisme hallucinante de bout en bout au cours de laquelle la cantatrice fait entendre des graves somptueux et expressifs avant de conclure son air par un contre-ré lumineux.

La saison prochaine le ROH proposera cinq opéras dans les cinémas parmi lesquels La Walkyrie avec Nina Stemme et La Force du destin avec Netrebko et Kaufmann.    

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.