Acis et Galatée au TCE, un savant patchwork

Par Brigitte Cormier | sam 23 Mars 2013 | Imprimer
-
En 1732, pour contrer un plagiat (à l’époque impuni) Haendel a voulu se surpasser en présentant au King’s Theater de Londres la serenata HWV 49b. Aux meilleurs moments de sa cantate italienne Aci, Galatea e Polifemo de 1708 et de son « masque » anglais Acis and Galatea de 1718, le « Saxon » a ajouté quelques pages nouvelles ainsi que des airs empruntés à divers opéras dont Rinaldo et Sosarme. Mélangeant l’italien et l’anglais, notons que cette mouture bâtarde, mais néanmoins superbe, donnée au Théâtre des Champs-Élysées ce 20 mars 2013, a été vite abandonnée du vivant de son compositeur au profit de l’œuvre en anglais, dont le succès n’a jamais faibli.
Quoi qu’il en soit à nos oreilles d’aujourd’hui, Paul Goodwin, chef bondissant et inspiré, à la gestuelle large et élastique, aux regards vigilants envers chacun, a su créer, entre instrumentistes et chanteurs, le liant que toute œuvre lyrique réclame pour prendre vie. On retient les beaux élans et les délicieux pianissimi de Carolyn Sampson (Galatea) ; le visage souriant et la voix cristalline de Mhairi Lawson (Eurilla et Clori ) ; le ravissant duo avec luth, adroitement exécuté par Martina Koppelstetter (Filli). On admire surtout la voix de contralto, riche en couleurs, le phrasé intelligent et la présence scénique de Hilary Summers (Dorinda) ainsi que le physique séduisant, la voix bien timbrée et la diction parfaite du contre ténor Lawrence Zazzo (Acis).
Ce n’est pas si souvent qu’une exécution en concert parvient si bien à capter l’attention (pratiquement ni toux, ni raclements de gorge, malgré les températures hivernales). Au plus près de la partition, sans racolage ni cabotinage, le génie haendélien prend toute sa force. Conscient d’avoir reçu la faveur d’une œuvre rare, le public acclame sans distinction l’ensemble des interprètes. Comme il se doit en pareil cas, le finale sera bissé. Ardemment ! [Brigitte Cormier]
Georg Friedrich Haendel, Acis et Galatée, Serenata en trois parties HWV 49, version 1732
Concert en italien et en anglais, Livret d’après le livre XIII des Métamorphoses d’Ovide
Lawrence Zazzo (Acis), Carolyn Sampson (Galatea), Callum Thorpe (Polyphème), Hilary Summers (Dorinda), Michael Feyfar (Silvio), Mhairi Lawson (Eurilla, Clori), Martina Koppelstetter (Filli), Kammerorchesterbasel, Paul Goodwin (Direction musicale)
Théâtre des Champs-Élysées, mercredi 20 mars 2013, 20h

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager