Conservatoire d’art dramatique, le patrimoine parisien encore menacé

Par Christophe Rizoud | mer 12 Septembre 2018 | Imprimer

Après avoir passé l’été à arpenter les rues de Paris pour relever, photos à l’appui, le délabrement de la ville engendré par la gestion désastreuse de l’actuelle municipalité, Didier Rykner de La Tribune de l’art a poussé les portes du Conservatoire d’art dramatique, rue Bergère, monument vénérable pour les amateurs de musique. L’acoustique de la salle est aussi admirable que sa décoration intérieure. Berlioz y eut son bureau que l’on peut encore visiter. Plusieurs de ses œuvres y furent créées dont la Symphonie fantastique (1830), Lélio ou le Retour à la vie (1832) et Roméo et Juliette (1839). Au fait, ne commémore-t-on pas l’année prochaine le bicentenaire de la naissance de ce compositeur ?

Construit en 1811 par l’architecte François-Jacques Delannoy, puis remanié dans le courant du XIXe siècle, ce bâtiment partiellement classé historique depuis 1921, est aujourd’hui menacé par la vente de ses parties non classées, d’un haut intérêt artistique pourtant, décidée dans le cadre de l’installation d’une Cité du Théâtre, boulevard Berthier dans le XVIIe arrondissement parisien en 2022 – projet non contesté par ailleurs.

Un courrier, envoyé en 2011 au Directeur général de la création artistique (dont dépend le Conservatoire) expliquait que ces éléments non protégés – le vestibule, le grand escalier, le salon d’honneur et la salle Louis Jouvet – « forment un ensemble cohérent de grande qualité architecturale et décorative qui mériterait de bénéficier également d’une protection au titre des monuments historiques ». Ce courrier est resté inexplicablement lettre morte. En l’absence de classement par le ministère de la Culture, la destination de ces éléments serait laissée à l’appréciation du futur acheteur, à savoir une probable destruction.

« On ne peut impunément vendre tout ce qui fait l’histoire de la France, et encore moins son histoire culturelle et artistique », s’indigne Didier Ryckner. Au vu de la gestion patrimoniale de Paris ces dernières années, il semblerait que si.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager