Décès de Ruth Falcon

Par Jean Michel Pennetier | lun 12 Octobre 2020 | Imprimer

Née à la Nouvelle-Orléans en 1942, Ruth Falcon y débute en 1968 dans le rôle de Frasquita. En 1969 à Dallas, elle tient le petit rôle de la grande prêtresse d'Aida (un emploi qui est souvent tenu par de futures grandes).  En 1974, elle est Micaela au New-York City Opera, puis la Contessa di Almaviva et Donna Anna. Elle débute en Europe avec le rôle-titre de Medea in Corinto, à Bern, en 1975, et chante régulièrement à Munich à la fin des années 70 : Ines du Trovatore, la Voce dal Cielo de Don Carlo, Lola de Cavalleria Rusticana... Le soprano américain est Ariadne auf Naxos à Metz en 1977 (probablement ses débuts en France), puis Manon Lescaut à Nantes en 1978. Elle est alors très présente sur les scènes françaises. A Paris, elle chante Donna Anna en 1981, deux représentations en alternance avec Anna Tomowa-Sintow. Elle interprète la partie soprano du Requiem de Verdi en 1982, au Châtelet. Elle est La Vestale à Toulouse, sous la direction de Michel Plasson, et Leonora d'Il Trovatore à Montpellier, en 1982 également. Elle revient à Garnier en 1983 pour la Contessa di Almaviva, en alternance avec Margaret Price. Elle débute à la Monnaie dans ce même rôle. Elle chante Norma à Bordeaux. Toujours en 1983, à Monte-Carlo, elle participe au superbe Don Giovanni mis en scène par Daniel Toscan du Plantier, avec Ruggero Raimondi dans le rôle du séducteur. A Nice, remplaçant Katia Ricciarelli retenue sur le tournage d’Otello, elle est Anna Bolena en 1983, rôle qu’elle avait interprété en doublure de Montserrat Caballé lors d’une série houleuse à la Scala de Milan en 1982. A l'époque, elle habite Paris. Elle interprète Salomé dans Hérodiade à Avignon en 1986 et débute la même année au Festival d'Aix-en-Provence avec Ariadne auf Naxos. Elle chante également Tosca à Annecy en 1989. Pour Radio France, elle chante en concert Daphne et Der Freischutz sous le baton de Marek Janowski. Elle incarne Norma à Nancy en 1986 (avec Martine Dupuy). Une de ses dernières apparitions françaises est en Senta du Fliegende Hollander à Marseille en 1994 aux côtés de José van Dam. En 1981, elle débute à La Fenice dans Il Duca d'Alba puis y chante Elettra dans Idomeneo. Elle est l'Impératrice dans Die Frau ohne Schatten sous la baguette de Christoph von Dohnanyi à Londres en 1987, puis Chrysothemis dans Elektra en 1988. Elle débute au Metropolitan en Impératrice en 1989, puis y chante Chrysothemis dans Elektra, Turandot, et enfin Gertrud dans Hänsel und Gretel en 1996, sa dernière apparition au Met, voire sa dernière apparition scénique. Sa carrière artistique se fait ensuite plus discrète. Ruth Falcon était dotée d’une voix intéressante, avec un timbre plutôt caractérisé, un beau legato, mais elle eut la malchance de se produire à une époque où de plus grandes voix lui faisaient concurrence, ce qui explique peut-être ce changement de répertoire au tournant des années 90. In 1991, Charles Kauffman, le président du Mannes College, lui propose de rejoindre le tout nouveau département vocal de l'université new-yorkaise. Elle accepte et devient vite un professeur réputé, avec pour élèves Deborah Voigt, Sondra Radvanovsky, et plus récemment Nadine Sierra. Décédée le 9 octobre, Ruth Falcon aurait fêté ses 78 ans le 2 novembre 2020.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager